Skip to main content

Le bilan de compétences, pas à pas !

Le bilan de compétences, pas à pas !

De la demande de financement à la remise du document de synthèse en passant par le choix du centre, suivez nos conseils pour mettre toutes les chances de votre côté.

Pouvez-vous bénéficier d'un bilan de compétences ?

Le bilan de compétences peut s'effectuer à l'initiative personnelle du salarié ou à la demande de l'employeur dans le cadre d'un plan de formation. Dans ce cas, il doit respecter certaines conditions pour se faire financer. Si vous êtes en CDI, vous devez justifier de cinq années consécutives ou non d'activité salariée, dont douze mois dans votre dernière entreprise. En CDD, 24 mois d'activité sont requis (consécutifs ou non) au cours des cinq dernières années dont quatre mois au cours des douze derniers mois. Vous ne pouvez effectuer de bilan qu'une fois tous les cinq ans.

Si l'on ne sent pas très bien dans son job et pour éviter de se mettre en porte-à-faux, il est aussi possible de faire son bilan en dehors de ses heures de travail, sans que l'employeur en soit averti. Vous adressez une demande de financement à l'organisme financeur, mais la prise en charge ne portera que sur le coût du bilan et vous ne serez pas en congé à ce moment-là.
Les demandeurs d'emploi y ont également droit. Dans ce cas, le bilan de compétence approfondi (BCA) est proposé par le conseiller qui les suit dans les pôles Emploi.

Avant le bilan

1 - A vous de choisir votre centre de bilan de compétences.

Comment s'y retrouver ?
De multiples structures et organismes proposent le bilan de compétences dans leur catalogue. Deux grandes familles composent les quelque 900 prestataires :
- les centres publics ou CIBC (Centre interinstitutionnels de bilan de compétences) possèdent une vocation de généralistes
- les centres privés se présentent sous divers statuts : cabinet de recrutement, de conseil en ressources humaines ou organismes de formation. Ils sont parfois spécialisés dans un domaine, mais toujours extérieurs à l'entreprise et les personnes qui réalisent les bilans de compétences, tenues au secret professionnel.
Pour choisir le " bon " centre et trouver le " bon " consultant, menez l'enquête et faites le tri en fonction de vos besoins. Effectuez une étude de marché et rencontrez plusieurs consultants avant de décider de votre choix. D'autant que le premier entretien est gratuit !
Tout d'abord, il faut savoir que le même conseiller ou consultant suit les trois phases d'accueil, d'investigation et de conclusion mais, en cas de besoin, il faut faire appel à des spécialistes du métier ou d'une problématique particulière. Comme les centres de bilan s'appuient sur une méthodologie standard, la différence va s'effectuer sur la qualité de la relation et la confiance nouée avec le consultant car vous allez devoir vous livrer, aussi bien sur votre parcours que sur votre mode de fonctionnement ou votre personnalité.

La première sélection
Contactez le prestataire pour vérifier sa localisation, sa spécialisation dans un secteur, la disponibilité des consultants. S'il n'a pas de site, demandez une documentation et aussi un entretien d'information pour visiter les locaux et tester l'ambiance.

L'entretien préalable
Prenez rendez-vous par téléphone avec le centre, demandez à qui vous aurez à faire et rencontrez la personne qui vous suivra. Ce premier entretien, d'une durée de 45 minutes à une heure, est utile pour connaître les modalités du déroulement du bilan, les méthodes appliquées pour aller au-delà d'une simple présentation commerciale. N'hésitez pas à poser des questions sur l'organisation des phases, leur durée, le rythme… ainsi que sur les jours et les heures de rendez-vous, la disponibilité le soir ou le samedi pour ceux qui le réalisent hors temps de travail.
Quels sont les supports pédagogiques utilisés ? Quel sera le travail demandé et sous quelle forme ? Quels sont les outils et les ressources documentaires dont dispose le centre ? Quelle est la qualité du réseau de contacts ?

Sur l'accompagnement
Une fois le bilan achevé, vous devez être suivi pendant quelques mois pour faire le point sur l'avancement du plan d'action établi et remis dans le document de synthèse. Comme il est essentiel, vérifiez que le centre vous garantisse un suivi post-bilan.

A prendre en compte
La qualité de l'accueil, la convivialité du personnel, l'agencement des locaux, l'ambiance, le matériel mis à disposition, les espaces réservés aux recherches documentaires…

A propos du consultant
Le consultant qui vous reçoit sera-t-il celui qui vous accompagnera ou d'autres personnes prendront-elles le relais ? Lors de la prise de rendez-vous pour l'entretien préalable, dites que vous souhaitez rencontrer le conseiller qui vous suivra tout au long du bilan. Ce sera un moyen de vérifier si une relation de confiance s'instaure car vous devrez parvenir à vous livrer. Vous ne devrez rien lui cacher… sans qu'il vous juge. Interrogez-le ! Quel est son profil, sa formation, son expérience ? Quel est son degré d'expertise, combien de bilans a-il encadrés l'an passé ? Connaît-il bien l'environnement économique, le monde de l'entreprise ? Gardez à l'esprit qu'un bilan de compétences est un échange entre le consultant qui vous accompagne et vous. Il est impératif que le courant passe, qu'il y ait un " bon feeling " pour la réussite de votre démarche.

2 - Posez un congé de bilan de compétences.
Il vous suffit de demander une autorisation d'absence à votre employeur si vous êtes en CDI ou CDD.
Elle comportera les dates et la durée du bilan de compétences ainsi que le nom de l'organisme prestataire choisi. Attention, vous devez la réclamer au moins 60 jours avant le début du bilan. De son côté, l'employeur a trente jours pour vous répondre. Il peut le reporter pour raisons de service, sans que cela excède six mois.

3 - Pensez au financement.
Vérifiez que le centre de bilan que vous avez choisi est accrédité par l'Opacif (Organisme paritaire agréé au titre du congé individuel de formation) : comme votre entreprise y cotise obligatoirement au titre la formation professionnelle, votre bilan sera pris en charge ainsi que votre salaire pendant votre absence. Une fois l'autorisation d'absence obtenue, remplissez un dossier pour la prise en charge financière auprès du Fongecif ou l'Agecif. Si le dossier remplit les conditions d éligibilité, le verdict est presque toujours positif pour le bilan et l'organisme collecteur rembourse votre rémunération à votre employeur pendant votre absence. Le coût d'un bilan de compétences se situe entre 1 000 et 2 300 euros, d'où la nécessité d'obtenir la participation d'un financeur.

Les temps forts du bilan.

Si les procédures du bilan de compétences sont encadrées par des textes officiels, il n'en demeure pas moins que le consultant les personnalise pour s'adapter à vos besoins et à vos objectifs. Sachez qu'un bilan de compétences dure de 20 à 24 heures, réparties en cinq ou six rendez-vous, avec un minimum de 10 heures d'entretiens. La démarche se déroule sur une période de trois semaines à trois mois maximum. Le découpage des entretiens est variable et leur durée fluctue d'une heure et demie à une demi-journée. S'y ajoute une rencontre de suivi qui intervient six mois après la fin du bilan. Les actions du bilan de compétence sont menées individuellement. Dans la phase d'investigation, elles peuvent être menées collectivement à condition de ne pas attenter au respect à la vie privée, afin de favoriser la dynamique de groupe.

La phase préliminaire sert à confirmer votre engagement dans la démarche. Elle servira à :
- analyser la nature de vos besoins et définir précisément les axes de travail sans perdre de vue les objectifs assignés.
- vous informer des conditions du déroulement du bilan de compétences et des méthodes et techniques mises en œuvre.

A l'issue de cette phase, qui est aussi l'occasion de sonder le terrain, si l'approche et le contenu ne vous conviennent pas, il est possible d'arrêter le processus avec le consultant, en demandant d'en rencontrer un autre ou bien de changer de centre de bilan de compétences. Il ne vous en coûtera rien.

La phase d'investigation est celle de la découverte de vos atouts personnels et professionnels pour définir ou redéfinir votre projet professionnel. Par le biais d'entretien, de questionnaires et d'exercices, vous analyserez votre parcours professionnel et vous repèrerez vos motivations et vos intérêts. Elle sert aussi à mettre au jour vos compétences, à étudier les liens entre vos itinéraires personnel et professionnel, à évaluer le cas échéant vos aptitudes et à vérifier si votre personnalité colle avec votre projet professionnel, voir s'il est viable ou non.

La phase de validation constituera la seconde de cette étape. Elle sera mise à profit pour enquêter sur votre futur environnement ou sur la formation que vous convoitez par une recherche d'informations, en interrogeant des gens sur le terrain… afin de consolider vos aspirations, sonder la viabilité d'une création d'entreprise, ou plus simplement s'il est pragmatique de vous reconvertir dans tel ou tel secteur. Ce moment de confrontation sera sans doute l'occasion d'une remise en cause et d'un recadrage de vos ambitions ! Ce sera un bon moyen de trouver un compromis entre vos aspirations, vos compétences et la réalité du marché de l'emploi.

La phase de conclusion vous restituera les résultats détaillés de la phase de d'investigation. Pas de réponses toutes faites par le consultant. Chaque cas est unique et possède sa propre réponse et c'est vous qui l'apporterez par votre travail et votre réflexion. Vous ferez le point sur les facteurs susceptibles ou non de favoriser la réalisation de votre projet. A ce stade, il va vous guider sur une méthode qui facilitera la réalisation de votre projet professionnel qui peut se traduire par l'élaboration d'un plan de formation si nécessaire pour atteindre vos objectifs. Ou bien, vous dresserez un plan d'action qui listera les étapes de la réalisation de projet, avec à la clé des conseils de formation ou d'orientation et un accompagnement dans les démarches pour le mener à bien.

A la fin du bilan de compétences, le consultant vous remet une synthèse et des conclusions détaillées. Elles sont votre propriété et ne peuvent être communiquées à un tiers qu'avec votre accord. Comme il donne une photographie de votre personnalité et de vos compétences, il sera utile de le consulter pour s'en servir comme un appui quand vous rédigerez un CV et une lettre de motivation.

N'oubliez pas que le consultant reste disponible et à votre service contractuellement pour un suivi. Pensez à lui téléphoner ou à le revoir pour parler de l'état d'avancement de votre projet !

A lire également sur nos pages : cinq bonnes raisons de faire un bilan de compétences !