Skip to main content

Parler de soi : 4 conseils pour sortir des cases

Parler de soi : 4 conseils pour sortir des cases

En entretien d’embauche ou réseau, mieux vaut attirer l’attention sur vos savoir-faire et vos qualités personnelles que sur l’étiquette censée vous désigner.

Vous vous présentez comme un profil atypique, un débutant, un senior, etc., comme si vous aviez fini par épouser les contours des cases dans lesquelles d’autres vous mettent, notamment les recruteurs, comme si vous ne pouviez pas faire autrement pour être identifiable. « On est marqué par l’idée selon laquelle on n’est rien si on n’est pas dans une case. Avoir une étiquette rassure, on y est habitué depuis l’enfance où l’on rentre dans un schéma », observe Alexandra Vassilacos, directrice générale d’Alexforjob.

1. Penser à la valeur de son étiquette

L’étiquette en soi est un faux problème, on peut la porter comme un emblème ou un stigmate. Si un quadra, quinqua ou sexagénaire assume sa condition de senior, il sait en tirer le positif. « Si quelqu’un se présente en se mettant lui-même dans une case parce que ça le rassure, on ne peut pas lutter contre cette tendance, il faut donc qu’il arrive à dépasser cela, à faire de son étiquette une plaquette commerciale », conseille notre interlocutrice.

2. Se rappeler qui on est sous l’étiquette

On n’est ni son métier, ni sa classe d’âge, ni son secteur d’activité, ni son niveau d’expérience, ni son diplôme, ni son absence de qualification, ni son genre, ni son handicap… Sous l’étiquette, il y a quelqu’un qui agit. Pour se présenter sans s’enfermer, « il faut prendre conscience de ce qu’on fait », pointe Alexandra Vassilacos, apprendre à parler des actions que l’on met en œuvre pour effectuer une démarche ou son travail, et des qualités que cela demande, potentiellement transposables à diverses situations.

3. Parler en verbes d’action ou de ses qualités

Vous êtes débutant par exemple. Pas moyen de l’oublier puisque presque tout le monde vous rappelle votre manque d’expérience, n’en rajoutez pas vous-même en commençant par le dire. À partir de qui vous êtes et des savoir-faire que vous vous reconnaissez, utilisez des verbes d’action ou des qualités pour parler de vous :
« M’intéresser, avoir envie d’en savoir plus, être disponible, voilà ce que je peux apporter », ou bien : « De la souplesse, de l’adaptabilité, de la mobilité, le goût d’apprendre, voilà les quatre qualités issues de ma jeune experience ».
Même principe pour un senior, qui peut s’inspirer d’une formulation telle que : « Transmettre, prendre du recul, cultiver un réseau, voici mes points forts. »
Entraînez-vous pour vous approprier cette autre façon de parler de vous.

4. S’entraîner et s'inspirer des autres

Sortir des cases commence par sortir tout court. Le but est de rencontrer d’autres personnes qui se présentent différemment alors que leur situation est similaire à la vôtre, ou qui ont sur vous un effet miroir et vous font prendre conscience d’une attitude à modifier. Ou encore, de découvrir ce qui se passe hors de votre cercle habituel, pour modifier un état d’esprit qui fait tomber dans une case et le vivre mal. « Allez dans les meet up, pas seulement ceux qui regroupent des chercheurs d’emploi, mais également ceux qui rassemblent des entrepreneurs, pour l’énergie qui s’en dégage, découvrez aussi les pitch parties », conclut-elle.

Sophie Girardeau


Back to top