Skip to main content

Conseiller les candidats, l’autre mission des cabinets de recrutement

Conseiller les candidats, l’autre mission des cabinets de recrutement

Allant du suivi relationnel à l’accompagnement formalisé, la mission de conseil aux candidats des cabinets de recrutement est relativement méconnue. Elle mérite de sortir de sa discrétion, ne serait-ce que pour adoucir les rapports candidats recruteurs parfois malmenés par la rudesse du marché du travail.

Exemples parmi tant d’autres. Journées porte-ouverte, initiatives qui favorisent la relation intuitu personae comme les mises en relation virtuelles débouchant sur des rencontres réelles et informelles, mini coaching… autant de façons pour les cabinets de rencontrer, conseiller et accompagner les candidats.   Un suivi réciproque et proactif « Cette démarche est évidemment complémentaire d’une approche pertinente du recrutement », rappelle Hervé Simonot, directeur associé du Groupe Mac Allister, en évoquant un suivi réciproque et proactif. Comprendre que si le recruteur a un réseau, le candidat aussi et personne ne l’oublie.

Candidat, vous n’êtes pas qu’une cible parmi tant d’autres dans un vivier, vous êtes un professionnel dans votre secteur et/ou votre domaine et à ce titre, un éventuel futur prescripteur ou client. Vous êtes également une source d’informations qui permet au recruteur de compléter celles qu’il aurait obtenues par ailleurs. C’est donc aussi dans son intérêt qu’il vous accordera du temps en dehors de toute mission particulière qu’il mènerait. Nous parlons là de convention non écrite, de démarche qui s’articule autour d’un fondamental de l’intuitu personae : la qualité relationnelle. Dans ce cadre, pas plus que dans un autre d’ailleurs, le rôle du recruteur n’est pas de corriger votre CV ou de rédiger votre lettre de motivation ‒ exemples ironiques et néanmoins réels. Lorsque vous en abordez un, nous comptons donc sur vous pour vous souvenir des principes élémentaires de la courtoisie et du bon sens. Nouer une relation ne se décrète pas mais se cultive, notamment en gardant le contact. En outre, certains événements sont l’occasion de tisser des liens plus étroits avec les recruteurs, comme l’Art Experience, vernissages qu’organise Mac Allister. « Une autre façon de travailler la relation est d’échanger sur d’autres sujets que le boulot, c’est une occasion de faire valoir des choses que l’on n’évoquerait pas forcément en entretien », pointe Hervé Simonot.  

Un accompagnement proche du coaching

Certains cabinets formalisent davantage leur démarche de conseil aux candidats. C’est le cas de Transition dont le positionnement d’agence d’intérim et de cabinet de recrutement favorise un accompagnement proche du coaching. « Dans les fonctions pour lesquelles nous intervenons, c’est-à-dire les profils middle management liés aux fonctions support de l’entreprise, comme les comptables, les candidats parlent surtout d’eux en termes de compétences techniques. Grâce à un test d’analyse comportementale, Performanse, nous les aidons à aller plus loin et à mettre des mots précis sur ce qu’ils sont et comment ils fonctionnent », explique Béatrice Louvet, directrice générale du groupe Transition. L’accompagnement débute lors de l’entretien d’inscription du candidat et se prolonge tout au long du process de recrutement. Il vise à mettre en lumière les éléments particuliers d’un parcours, tant en termes de compétences techniques que de qualités personnelles. « En France les candidats, sauf à dire des banalités, ont du mal avec l’aspect humain de leur présentation, pourtant savoir parler de soi c’est aussi s’améliorer, d’où l’accent mis sur ce point », souligne la dirigeante de Transition.

Dans le même ordre d'idée, les ECA (Entretiens Candidat(e)s Associations) initiés par À Compétence Egale, ont vocation à prolonger tout au long de l’année les actions des 48 heures pour la diversité. En partenariat avec Force Femmes, qui accompagne les femmes dans le retour à l’emploi après 45 ans, l’Afip et MozaïkRH, qui accompagnent les jeunes, ainsi que le Réseau Daubigny, qui accompagne les cadres seniors, les ECA proposent un focus sur l’entretien de recrutement. « Ce dispositif, qui s’adresse donc aux candidats inscrits dans ces associations, vise à donner une structure aux débutants ou aux personnes qui sont déconnectées depuis longtemps du marché de l’emploi, à leur redonner le contenu et l’assurance qui leur font principalement défaut », explique Christian Cazalot, directeur associé d’Attitudes. Ces entretiens, conduits par les consultants de tout cabinet souhaitant s’engager dans la démarche, peuvent prendre des allures de mini coaching quand les candidats partent de zéro et sont complétés d’un suivi, téléphonique notamment. Véritable échauffement avant le jour J, ils s’adressent aux candidats ayant décroché un entretien de recrutement. Sous ses différentes formes, la mission de conseil aux candidats des cabinets de recrutement doit vous rappeler que ces derniers sont des partenaires de votre recherche d’emploi. Pensez à entretenir la relation avec eux.    

Sophie Girardeau  


Back to top