La recherche d’une alternance est une vraie recherche de job

La recherche d’une alternance est une vraie recherche de job

Apprentissage ou contrat de professionnalisation ? Pas facile de savoir quand on est jeune et potentiellement désemparé par la complexité des dispositifs. Pensez d’abord à élaborer un projet professionnel, les réponses aux questions que vous vous posez et qu’on vous posera en découleront.

La recherche d’une alternance peut déconcerter le jeune, notamment lorsqu’il rencontre des dirigeants de TPE/PME pas toujours au fait du fonctionnement des différents types de contrats. Il arrive qu’en entretien on le questionne sur des points administratifs et financiers qu’il ne maîtrise pas, et quoi d’étonnant puisque l’administration d’un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation n’est pas de son ressort.

D’abord suivre le bon chemin de réflexion…

La priorité pour le jeune est de « concevoir et percevoir la recherche d’alternance comme une vraie recherche d’emploi », souligne Yves Hinnekint, directeur général d’Opcalia. Le plus difficile dans cette démarche est de trouver un employeur, l’aspirant alternant doit donc commencer par se demander où trouver l’entreprise – localement ou non ? –, puis se demander s’il y a un CFA plus ou moins à proximité, qui dispense la formation idoine. Le cheminement recommandé est le suivant : élaborer un projet, rechercher un employeur, rechercher un organisme de formation – le sujet de l’administration du dossier vient après. « Le choix entre les deux types de contrat d’alternance dépend aussi de celui que pratique l’organisme de formation », note-t-il. Pour mieux se rendre compte de l’ambiance d’une école, de sa réalité, il recommande aux jeunes de se rendre sur place, c’est souvent ainsi qu’ils arrivent à se dire que ce qu’ils découvrent est exactement ce qu’ils cherchent. « Il est aussi possible de penser l’apprentissage comme un premier niveau de formation, que l’on complétera pour des raisons d’employabilité par un contrat de professionnalisation, dans la mesure du possible car cela dépend aussi des politiques de branches », précise notre interlocuteur.

… puis comprendre les bases du fonctionnement des dispositifs

Sans pour autant connaître toutes les arcanes de ces dispositifs, il est utile pour le jeune d’en comprendre le fonctionnement et de développer un réflexe de prise d’informations en amont de sa démarche. Le portail de l’alternance est fait pour ça, qui propose une information claire et complète aux employeurs comme aux alternants. Les premiers peuvent s’informer sur les aides spécifiques, les exonérations de charges sociales et les avantages fiscaux auxquels ils ont droit. Le jeune qui s’intéresse à ces aspects peut marquer des points en entretien car il montre son aptitude à apporter des premiers éléments de réponse. Il trouve aussi sur ce portail des informations relatives au montant de sa rémunération, variable selon son âge, le type et l’ancienneté du contrat. Opcalia prévoit en outre la publication d'un guide pratique de l'alternant. « Il est vrai que les circuits ne sont pas toujours aussi clairs qu’on le pense pour le jeune, pour autant, il faut qu’il sache renvoyer l’employeur vers les interlocuteurs qui ont en charge l’administration du dossier, à savoir l’OPCA (ndlr : organisme paritaire collecteur agréé) en ce qui concerne le contrat de professionnalisation, et le Conseil régional pour ce qui est de l’apprentissage », conclut-il.

Lire aussi : Les contraintes de l’alternance sont–elles bien comprises ?
Alternance : où fonctionne-t-elle et pour quels profils ?
L’alternance, première marche symbolique d’un investissement sociétal durable
Les clefs d’une alternance réussie
Comment lever l’objection zéro expérience quand on cherche son premier job
Comment gérer le passage de la vie étudiante à la vie professionnelle
Négocier son salaire quand on est jeune diplômé