Skip to main content

Candidature refusée : il faut oser demander un feedback

Candidature refusée : il faut oser demander un feedback

La plupart des candidats ne cherchent pas à savoir pourquoi leur candidature n’a pas été retenue et se privent ainsi de l’avis et des conseils des recruteurs.

Je sais, je sais : les recruteurs ne répondent jamais. Et quand ils répondent, c’est bateau. Et puis la fois où vous avez essayé, ça ne vous a servi à rien. Navrée mais ce ne sont pas des raisons valables de renoncer à demander au recruteur ce qui a cloché dans votre candidature. Votre CV n’a pas été retenu alors qu’il est à 80% dans la plaque (demander un feedback à ce stade ne fait pas l’unanimité chez les recruteurs, pas de quoi pourtant s’interdire d’oser, sans assiéger votre interlocuteur), ou bien vous avez été reçu en entretien, une ou plusieurs fois, et ça n’a pas marché : vous devez savoir pourquoi.

Le feedback aide à comprendre la décision et à rectifier le tir la prochaine fois

La démarche vous aide d’abord à comprendre et accepter la décision. Débriefer avec le recruteur peut même renverser la situation – les cas sont rares mais ils existent et il faut que cela se sache. Autre chose qui se sait trop peu : des cabinets de recrutement font du débriefing avec les candidats un credo.

Lire aussi : Conseiller les candidats, l’autre mission des cabinets de recrutement

CCLD Recrutement par exemple le fait « systématiquement et de façon la plus positive possible », précise Céline Finot, directrice du bureau de Paris, « le débriefing est important pour le candidat, il lui permet de s'améliorer, de ne pas reproduire ses erreurs et de mettre en avant ses points forts ».

Illustrons : sur votre CV, vos compétences et votre parcours correspondent à la recherche de l’entreprise. En entretien cependant, vous avez manqué d’assertivité, cette capacité à s’exprimer et à s’affirmer tout en respectant les sentiments et les droits des autres. Le sachant, vous renforcerez votre préparation mentale pour vos entretiens futurs. Ou bien, votre CV n’a pas été retenu et l’on vous explique que vous avez postulé à un emploi qui demande trois ans d’expérience minimum alors que vous n’en avez qu’un. Vous apprendrez ainsi à mieux cibler les offres.

Avoir le bon interlocuteur, c’est une réponse garantie à 50%

Le stress que ressentent certains candidats leur fait oublier qu’il est important de connaître la façon dont se déroulera la suite : combien de temps prendra la réponse et de qui viendra-t-elle ? Quand on a rencontré plusieurs interlocuteurs, il peut être compliqué de savoir qui relancer. Pensez donc à vous renseigner, « s’adresser au bon interlocuteur pour obtenir un feedback, c’est déjà une réponse garantie à 50% », observe notre interlocutrice. Pour rappel, lorsque l’entreprise confie une mission à un cabinet de recrutement, c’est ce dernier qui est l’intermédiaire entre elle et vous.

Faire le point sur le motif le plus important

Vous avez réussi à joindre la bonne personne, en persévérant, en y mettant les formes c’est-à-dire sans la harceler. « Ne cherchez pas à tout savoir », recommande Céline Finot, « concentrez-vous sur le principal élément » qui a fait capoter votre candidature. Vous avez le choix des moyens de communication : courriel ou téléphone, optez pour « celui que vous trouvez le mieux adapté à vous », poursuit-elle. Quant aux réseaux sociaux, sachez qu’un cabinet de recrutement/consultant qui y est particulièrement actif s’attend à être contacté par ce biais. S’il vous l’avez rencontré lors d’un entretien, l’aborder sur les réseaux est admis. Mais comme ce point ne fait pas non plus l’unanimité, vérifiez avec lui si cela lui convient, s’informer sur la bonne marche à suivre, c’est cela aussi.  

Sophie Girardeau

 


Back to top