Ce que veulent les salariés en 2020

Ce que veulent les salariés en 2020

Ce que veulent les salariés en 2020

Les salariés sont-ils heureux au travail ? Fidèles à leur entreprise ? Quelles sont les priorités des cadres dans la recherche d’un emploi ? Où en est-on de la déconnexion et du télétravail ? Réponse à travers plusieurs études menées auprès de salariés.  

 

Vie au bureau : encore des progrès à faire

L’Observatoire Actineo 2019 a mené une étude auprès des actifs travaillant dans les bureaux. A priori, tout va bien puisque 87% sont satisfaits de leur QVT, les plus heureux étant les cadres puis les salariés des TPE et ceux travaillant dans un bureau fermé individuel. Malgré cela, plus de la moitié des sondés se disent stressés, 42% pensent parfois que leur travail manque de sens et 32% veulent s’arrêter alors qu’ils ne sont pas malades. Des salariés qui se sentent délaissés car 37% estiment en effet que leur employeur ne s’occupe de leur bien-être, une tendance encore plus marquée dans les entreprises de 1000 employés et plus. Ils jugent que l’espace de travail est essentiel pour leur santé (50%), leur bien-être (48%), leur motivation (43%), leur efficacité (41%) et leurs relations de travail (39%). Le hic, c’est que 66% des insatisfaits de leur QVT pensent que leur lieu de travail n’est pas adapté à leurs besoins. Pour améliorer la situation, 59% réclament un bureau fermé, 38% souhaitent un poste de travail dédié dans un bureau collectif de petite taille et 31% accepte d’être en open space à condition d’avoir des bulles de confidentialité et des salles de réunions en libre accès. Très attachés à leur bureau, il n’est pas surprenant que seulement 14% des salariés utiliseraient le flex office en premier choix.

 

L’équation vie personnelle/professionnelle

Dans l’Étude des Rémunérations de Michael Page, les salariés mettent les relations humaines et la confiance au premier plan de leurs préoccupations : 95% veulent de bonnes relations avec leur manager et leurs collègues, 91% ont besoin de reconnaissance et 81% recherchent un équilibre vie privée et vie professionnelle et mentionnent l’importance d’horaires flexibles, de temps de transport réduits ou de télétravail. Les salariés confirment une appétence pour les TPE/PME plutôt que les grands groupes de 5 000 salariés, ils considèrent qu’une structure à taille humaine leur offre plus d’autonomie, de polyvalence et une meilleure QVT. En ce qui concerne leur quotidien, 64% des personnes interrogées souhaiteraient pouvoir travailler à distance, 38% ont déjà eu recours au télé travail, apprécié pour son impact positif sur l’équilibre de vie et une meilleure concentration. Quant à la déconnexion, la loi votée par le gouvernement semble avoir peu d’impact puisque pendant leur temps libre, 62% des sondés travaillent, 56% consultent leurs mails et 47% répondent aux appels.  

 

Chez les cadres : un métier valorisant préféré à une carrière
 

Le Guide des salaires Robert Half se focalise sur l’emploi cadre qui se porte bien, on parle de 300 000 embauches d’ici 2021. Le guide précise que 60% des salariés recrutés ont 3 à 10 ans d’expérience mais souligne que la pénurie de candidats « dans les secteurs de l’informatique, du digital ou de la finance d’entreprise (…) poussent les entreprises à assouplir leurs exigences en terme d’expérience ». Dans un marché très favorable aux cadres, il n’est pas surprenant que la rémunération représente la motivation principale des candidats. Mais il est intéressant de remarquer qu’ils sont aussi très attentifs à la vision des dirigeants et la culture d’entreprise. « Ils recherchent les affinités entre leur personnalité, leurs aspirations et ce que peut offrir leur futur employeur en termes d’environnement de travail et d’intérêt du poste ». Autre nouveauté liée à au plein emploi, les cadres sont plus volatiles 
et cherchent à diversifier leurs expériences. « Faire carrière n’est plus l’objectif, ils recherchent un métier valorisant et épanouissant » conclut l’étude.  

 

Salaire, mobilité et fidélité
 

De son côté, l’Etude de Rémunération Nationale Hays remarque que 87% des salariés envisagent de changer de job cette année pour aller de préférence dans une PME. Une envie de mobilité qui tombe bien puisque 83% des entreprises ont des projets de recrutements en 2020. En ce qui concerne les salaires, seulement un tiers des sondés estime être bien payé alors que la majorité des entreprises jugent leurs salariés rémunérés à leur juste valeur. Plus de la moitié des sondés espèrent être augmentés cette année en raison de la qualité du travail, l’augmentation du coût de la vie et la charge de travail plus importante. Autre grand challenge auquel doivent faire face les employeurs: fidéliser leurs équipes. En effet, l’étude révèle que seulement 65% de sondés sont attachés à leur entreprise et 76% partiraient du jour au lendemain si une meilleure proposition se présentait. Pour rester, ils auraient besoin d’un poste intéressant (51%), de collègues bienveillants et d’une bonne ambiance (50%) et des bonnes conditions de travail (46%). Conscients du challenge, 75% des entreprises ont d’ailleurs mis en place des actions pour fidéliser leurs employés comme le team building, l’aménagement des locaux ou des afterwork.

 

Vous souhaitez en savoir plus ? Suivez les dernières actualités de la vie en entreprise