Skip to main content

5 clefs pour bien vivre votre première période d'essai

5 clefs pour bien vivre votre première période d'essai

Débuter dans la vie active c’est découvrir des process, des outils, des codes culturels et relationnels… Conseils pour bien les assimiler dès la période d’essai.

Votre période d'essai se prépare, à l'instar votre recherche d'emploi, et même pendant cette dernière.

Demandez le programme

Horaires de travail, tenue vestimentaire, codes culturels de l’entreprise… : autant de choses que vous devez connaître en amont de votre arrivée. Vos premiers pas se préparent dès l’entretien d’embauche comme le rappelle Audrey Brichant, directrice associée chez Walters People : « Certaines entreprises ont des programmes d’intégration, d’autres non, vous pouvez questionner le recruteur sur ce point lors de l’entretien. » Les réseaux sociaux sont d’autres lieux où s’informer et poser des questions : les vidéos qui montrent la vie intérieure de l’entreprise, le ton adopté pour communiquer sur les plateformes sont des indices de son ambiance de travail et de sa culture. Une fois dans les murs, n’hésitez pas à aller vers vos collègues pour cueillir des infos (à différencier des ragots) sur les us et coutumes et les bonnes pratiques de la boîte, ça aide à s’intégrer.

Soyez ouvert, curieux et souriant, pour faire de vos collègues des soutiens

Vos collègues seront d’autant plus enclins à vous répondre que vous serez ouvert et souriant. « La première semaine compte énormément, il faut poser des questions qui montrent de l'intérêt pour son job, pour l'entreprise et pour les personnes qui y travaillent », recommande notre interlocutrice, « ayez en tête qu’il n’y a pas de question idiote et allez chercher les infos qui vous manquent ».

Parlez de ce qui vous met mal à l’aise…

La période d'essai sert aussi à savoir si ce job vous convient. « Un décalage est possible entre le profil de poste tel qu'il a été présenté lors des entretiens de recrutement et ce qu'il est à l'arrivée. Si vous ne vous sentez pas à l’aise, n’hésitez pas à solliciter des points avec votre manager, ou avec les RH, pour réajuster les choses au lieu de les laisser s’envenimer », poursuit Audrey Brichant. Un excellent niveau d'anglais était un prérequis du poste mais votre fluent English ne trouve finalement pas matière à s'exprimer ? Des question d’organisation et/ou de timing sont sans doute en cause, votre manager vous le précisera. Le job peut vous décevoir, toutefois, c’est votre premier poste et il faut bien commencer quelque part. « Si le malaise est passager et le décalage, minime, cela vaut la peine de s’accrocher, dans un premier emploi on est là aussi pour apprendre », rappelle-t-elle.

… mais apprenez à le dire avec des filtres

Vos débuts vous font aussi découvrir le langage politiquement correct de l’entreprise et pas seulement son jargon technique. Observer votre entourage professionnel et pratiquer l’écoute active aide à savoir comment dire les choses et à qui. Selon le tempérament de votre interlocuteur, une déclaration comme « mon job ne me convient pas » sera entendue ou provoquera un clash. « Vous devez donc être attentif à la façon dont l’autre s’exprime et savoir parler de votre frustration de façon cohérente et construite, sans revendication », précise-t-elle. En étant factuel (donnez des exemples de ce qui a été fait ou dit) et courtois, vous serez professionnel.

Économisez votre souffle pour tenir la distance

« L'enjeu de la période d'essai n'est pas d'être parfait mais de démontrer de la constance. C’est un marathon, pas un sprint », pointe Audrey Brichant. Vous apprenez beaucoup (l’utilisation d’un logiciel, des procédures, le travail en équipe comme en autonomie…) et dépensez pas mal d’énergie, émotionnellement parlant aussi, ne serait-ce que pour accepter les critiques constructives et essayer de vous améliorer. Vous devez trouver votre rythme, cela peut être difficile, particulièrement lorsque vous êtes en alternance. Pour garder votre souffle, allez-y progressivement, il serait dommage qu’une baisse de régime passe pour de la démotivation.

Sophie Girardeau

 

MONSTER Pour trouver mieux


Back to top