Et si vous faisiez le point sur votre carrière ?

Et si vous faisiez le point sur votre carrière ?

Et si vous faisiez le point sur votre carrière ?

Que vous soyez au chômage partiel ou en télétravail, cette crise est propice pour vous poser des questions essentielles (et parfois existentielles) sur votre vie professionnelle.

 

Se poser les bonnes questions pour évaluer sa carrière 

Antoine Lecoq, Managing Director chez Page Personnel nous livre quelques pistes de questionnement.  

S’interroger sur son expérience actuelle : Commencez par vous interroger sur votre poste actuel : « Suis-je heureux ? Qu’est ce que j’aime, et je n’aime pas : les équipes, le salaire, l’activité de l’entreprise ? Ce sont des questions nécessaires qui peuvent nécessiter un regard extérieur, un cabinet de recrutement, les RH ou un coach. Ce miroir permet d’avoir un regard neutre qui va traiter les questions objectivement ». Il est aussi possible que cette crise vous conduise à vous demander ce qui compte vraiment pour vous et si vous avez toujours envie de la même vie.

Examiner sa carrière dans sa globalité : « Cette phase d’introspection permet aussi de faire le tri sur son passé professionnel. C’est le moment de revenir sur son parcours et d’évaluer les expériences les plus épanouissantes, les plus frustrantes et essayer de comprendre pourquoi. Etait-ce lié au poste, à la mission, aux équipes ou aux valeurs de l’entreprise ? »

Que voulais-je faire, il y a 5 ou 10 ans : Retour sur vos ambitions passées. « Quel était mon objectif ? Est-ce que le poste que j’occupe actuellement est le bon pour y arriver ? Est-ce que mon objectif a changé en cours de route ? Les réponses permettront d’identifier des frustrations qui n’étaient pas forcément formulées et d’y faire face ».

Si je devais repartir à zéro, que ferais-je aujourd’hui ? « On connaît tous à des contraintes dans son secteur d’activité ou dans son poste et cela peut nous faire oublier le champ des possibles ». Mais si vous vous libérez de ces obligations, imaginez cet autre « vous » professionnel : rêvez-vous d’une simple évolution ou d’une véritable reconversion ? «  Cela ne signifie pas forcément qu’on changera du tout au tout mais quand on se libère du cadre imposé, on peut alors être plus honnête avec soi-même » estime Antoine Lecoq.

Quels sont mes points forts et faibles ? «Avec quelques années d’expérience, il est important de connaître les compétences développées et ne pas se leurrer sur ses capacités. Un salarié est épanoui quand il évolue dans un environnement qui valorise ses qualités qu’il s’agisse du sens du relationnel, du talent créatif ou du goût pour le management ».

Où me serai-je dans 3 ou 5 ans ? Se projeter dans le futur permet de confronter vos envies à la réalité de votre entreprise ou de votre secteur.  « Pouvez-vous devenir manager dans l’entreprise actuelle, votre rémunération peut-elle évoluer, pouvez-vous développer telle compétence dans votre entreprise? Si ce n’est pas possible, vous avez tout intérêt à penser sans urgence à un changement ».

Et après ? Tous ces questionnements seront très utiles pour piloter d’éventuels entretiens d’embauche « car les candidats ont parfois des difficultés à se projeter dans un nouveau secteur ou l’évaluation d’un poste ». Par la suite, il s’agira aussi de tirer parti du travail sur soi accompli. « Vous avez le choix de continuer seul ou accompagné. Un professionnel a la capacité de valider la synthèse que vous avez pu faire, vous guider sur les possibilités car il est crucial de valider ces hypothèses pour ne pas se tromper par rapport au marché. Seul, vous pouvez regarder les annonces, candidater, solliciter votre réseau ou chercher à vous former » conclut Antoine Lecoq.

 

Faire un bilan de compétences en ligne

Pour rebondir sur ce travail personnel, vous pouvez aussi vous tourner vers le bilan de compétences. Comme l’explique Corinne Dupré, dans son ouvrage « Guide pratique de la formation » ce dispositif permet au salarié « de définir un projet professionnel ou de formation en analysant ses capacités professionnelles et personnelles », l’objectif étant « d’élaborer une réflexion sur ses compétences, ses motivations et/ou ses priorités afin de mieux guider ses choix de carrière ». Cet outil ouvert à tous les salariés ainsi qu’aux demandeurs d’emplois, indépendants et agents publics peut être financé par le CPF. Pour cela, il faut faire une demande auprès de Pôle Emploi, de votre RH, ou directement auprès d’un OPCA. Comme c’est un dispositif coûteux - entre 1.200 et 2.000 euros - qui peut grignoter une bonne partie de votre congé de formation,  vous avez également la possibilité de faire le point sur votre parcours en ligne sur des sites comme Aksis, ou Conseil Orientation. Le bilan effectué, nécessitant un accompagnement, vous pourrez alors passer à la phase coaching pour mettre un plan d’action en œuvre.   

 

Déterminer votre Quotient Emotionnel

Le confinement est aussi le moment d’apprendre à mieux se connaître. Le boom des soft skills démontre que l’Homme, son savoir-être, ses émotions seront de plus en plus au cœur du travail de demain. Et si vous en profitiez pour découvrir votre quotient émotionnel  en mesurant votre intelligence émotionnelle ? « L’intelligence émotionnelle, c’est la capacité à comprendre son fonctionnement intérieur, à voir l’impact des émotions sur la communication, à appréhender cet impact sur les autres. Elle aide aussi à prendre les bonnes décisions qui découlent aussi des émotions » explique Lucie Lauras, coach chez Performance Consultants. Des tests en ligne vous permettront de comprendre comment vous fonctionnez et utiliser au mieux vos émotions dans votre métier. Libre à vous ensuite de faire appel à un coach pour travailler sur ce que vous avez besoin de développer.

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Suivez les dernières actualités sur les études et la formation professionnelle