Comment faire passer votre CV au-dessus de la pile des recruteurs ?

Comment faire passer votre CV au-dessus de la pile des recruteurs ?

Comment faire passer votre CV au-dessus de la pile des recruteurs ?

C’est la question que se posent moult candidats. Pourtant, il suffit de suivre quelques règles simples pour se distinguer et attirer l’œil du recruteur. Explications avec Hervé Bommelaer, associé chez Enjeux Dirigeants, cabinet de placement et co-auteur avec Philippe Douale et Nicolas Pavesi du livre « Recherche d'emploi : secrets de pros ».

 

Miser sur les mots-clés

Dans le cas où un candidat répond à une annonce, il existe deux alternatives à la réception du CV. Il peut être scanné par le logiciel ATS qui trie les CV. Dans ce cas, la forme est moins importante, seuls les mots-clés importent. En effet, cet outil de recrutement est programmé pour repérer 40 mots clés de la description de poste. « Via un screening, il va trier les mots clés pertinents trouvés pour ensuite effectuer un scoring qui classera les CV en fonction du nombre de mots-clés contenus ». Et si l’entreprise pour laquelle vous postulez ne possède pas ce logiciel, il n’empêche que les yeux du recruteur chercheront aussi les fameux mots clés. D’où l’importance  d’adapter son CV, sans mentir, pour changer des termes et y inclure les mots clés de l’annonce pour « augmenter sensiblement les chances d’être dans la bonne pile ». Et Hervé Bommelaer de poursuivre « si l’annonce mentionne ‘recherche un chef de projet informatique’ et  que le titre du CV est ‘responsable IT’, votre CV atterrira dans la mauvaise pile ».

 

La présentation et la structure du CV

Quelque soit la richesse du parcours professionnel, il ne faut jamais perdre de vue qu’il faut aussi donner envie de lire votre CV. Opération compliquée quand un candidat a la tentation de vouloir tout mettre, le rendant ainsi illisible. Hervé Bommelaer conseille à ses clients plus seniors de rédiger deux CV, d’une page et deux pages. Cela permet de choisir le format en fonction de la circonstance et des préférences. En pratique, cela signifie aussi choisir une taille de caractère lisible et une police traditionnelle. En ce qui concerne le secteur des cadres, les recruteurs sont assez traditionnels. « On préfère le CV anti-chronologique, avec un titre clair, 3 à 5 bullet points qui résument les forces du CV». Une introduction à ne surtout pas rater pour convaincre le recruteur d’aller plus loin. « Il peut s’arrêter vite s’il n’y a pas le bon titre. Et oubliez les titres bizarres de certains postes comme directeur de la fluidité interne culturelle pour préférer le titre classique de directeur des ressources humaines ».

 

Prendre soin des détails

Pour s’assurer d’atterrir dans la pile des oui, il y a un certain nombre d’indications à respecter. Pour commencer les présentations, assurez-vous de bien mettre Laurent Dupond (pas de monsieur et surtout pas Dupond Laurent). « Il n’est plus nécessaire d’indiquer son adresse postale, il suffit de mentionner le numéro de portable, le numéro fixe n’étant plus nécessaire ». Il est aussi important d’avoir une adresse mail sérieuse (bannissez familledupond@gmail) et récente (adieu club.internet) sans oublier d’y inclure l’url nettoyée de votre profil linkedin. La question de la photo reste ouverte estime Hervé Bommelaer. « Elle n’est pas obligatoire dans le premier envoi. Mais c’est bien de laisser une photo sur le CV de l’entretien pour qu’on se souvienne de vous ». Attention évidemment à la qualité de la photo qui ne doit être « ni trop vieille, ni trop sophistiquée ». Etre vigilant sur l’orthographe est une évidence mais cela peut aussi vous éviter de vous retrouver dans la pile des refus.

 

Afficher des résultats concrets

En ce qui concerne les accomplissements professionnels, Hervé Bommelaer encourage à privilégier les mots d’action comme diriger, gérer pour souligner que vous êtes le moteur de votre réussite. Ensuite, il faut rentrer dans le concret en affichant des réalisations précises comme par exemple l’augmentation du chiffre d’affaires en précisant la durée et le pourcentage. Quant aux soft skills, elles sont certes très valorisées dans l’entreprise mais ce n’est pas la peine de les mentionner dans le CV, « cela n’a aucune valeur, vous aurez l’occasion de les évoquer lors de l’entretien ». Et comme la France est friande de diplômes, mieux vaut les faire figurer sur la première page, tout comme les langues. « Le recruteur a besoin de comprendre le niveau de la personne. Si elle est débutante en espagnol, cela ne vaut pas la peine de le mentionner. En revanche, si elle possède un anglais courant, il faut spécifier qu’elle travaille à 100% en anglais depuis 5 ans par exemple ». Quant aux centres d’intérêt, ils ne sont pas anodins et  permettent de mieux comprendre la personne. Il faut cependant éviter l’anecdotique (j’aime faire du vélo) pour préférer des activités spécifiques et valorisantes comme du bénévolat dans une association.

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Découvrez tous nos conseils pour rédiger un CV