Skip to main content

Comment préparer son entretien d’embauche en langue étrangère ?

L’entretien d’embauche est un moment doublement stressant si vous postulez pour un poste dont le profil requiert une compétence dans une langue étrangère. Car sous l’impulsion du recruteur, il y a des grandes chances pour qu’une partie du rendez-vous se passe en V.O. Voici quelques astuces pour mettre toutes les chances de votre côté.   

Faire preuve d’honnêteté sur votre niveau de maitrise de la langue

Quand vous rédigez votre CV, vous avez envie d’être très optimiste sur votre niveau d’espagnol parce que vous partez chaque année en vacances sur la Costa del Sol. Mieux vaut rester raisonnable et indiquer « niveau scolaire » plutôt que de fanfaronner que vous êtes bilingue.

Avoir le TOEFL

Judith Andreyev, auteure du livre « Say it with style ou comment réussir l’essai et l’entretien en anglais » explique qu’avoir le TOEFL (Test Of English as a Foreign Language) est un atout supplémentaire pour certaines entreprises. Il est même courant d’indiquer la note obtenue » précise l’auteure. Si vous estimez que votre niveau est trop moyen, « c’est peut-être l’occasion de passer l’examen en candidat libre ».

Etre attentif aux questions du recruteur

Lors d’un entretien dans une langue étrangère, le candidat doit écouter les questions avec encore plus d’attention pour éviter les contre sens et les mauvaises réponses. Et si vous n’avez pas compris la question posée, n’hésitez surtout pas à demander au recruteur de la répéter.

Ne pas stresser à cause de votre accent

Vous avez beau regarder tous les films en version originale et converser avec la fille au pair de votre voisin, vous avez du mal à vous débarrasser de cet accent français à couper au couteau. Pas de panique, l’essentiel est que vos futurs collègues puissent vous comprendre notamment lors de conférences internationales qui rassemblent d’autres personnes de multiples nationalités.  

Eviter de parler trop vite

Sous l’effet de la nervosité, un candidat peut avoir tendance à accélérer le débit. Si on lui demande de parler dans une langue étrangère, il peut même croire que parler vite signifie maitriser la langue. Là encore, mieux vaut parler normalement pour réfléchir sereinement et éviter des erreurs.

Réviser votre vocabulaire du secteur

Chaque secteur d’activité possède un vocabulaire spécifique. Il est donc conseillé de remettre à jour vos connaissances même si vous êtes déjà à l’aise avec la langue parlée. C’est d’ailleurs le moment idéal pour se rendre sur le site de l’entreprise dans sa version originale pour vous familiariser avec l’ambiance.

Etre familier avec la culture du pays

Si par exemple vous passez un entretien pour une entreprise japonaise, mieux vaux connaître les spécificités du pays pour éviter des faux pas voire même irriter votre interlocuteur. Ainsi, vous saurez avant d’arriver à votre rendez-vous que la modestie est une qualité très appréciée, l’attitude et la tenue vestimentaire sont presque aussi importantes que la réponse aux questions ou bien qu’on ne croise surtout pas les jambes, c’est très mal vu.

S’entraîner pour éviter la panique

Si vous avez autour de vous, des amis ou des relations professionnelles issus du pays de l’entreprise pour laquelle vous postulez, sollicitez-les pour les bombarder de questions et surtout parler avec eux. Vous pouvez ainsi lister les bonnes formules de politesse, préparer les questions piège et répéter les réponses avant l’entretien à venir.

Vous souhaitez en savoir plus ?

Suivez les dernières actualités sur les entretiens d’embauche


Back to top