Skip to main content

Comment valoriser votre parcours d’autoformation

Savoir décrire votre expérience aide à mettre en avant les compétences « molles » que vous avez mobilisées pour vous autoformer, et qui sont prisées par les entreprises.

DIF (droit individuel à la formation), CPF (compte personnel de formation), CPA (compte personnel d’activité) : les sigles se succèdent et disent la même chose : prenez-vous en main ! D’une abréviation l’autre, le message reste en effet, qui enjoint l’individu à être acteur de son employabilité. Or, en un coup d’œil jeté aux titres du CPF inscrits au RNCP (répertoire national des certifications professionnelles), on constate que l’offre est encore maigre. Un pas de côté, lui, fait découvrir des modes d’apprentissage non conventionnels, comme les conférences en ligne ou les MOOC (massive online open courses).

« Il faut arriver à décrire son expérience d’autoformation et à valoriser son investissement »

Le numérique met une quantité de savoirs à disposition. Les personnes les plus curieuses et désireuses d’apprendre s’en emparent pour s’autoformer. Dans un monde qui pousse à mettre à jour en permanence ses connaissances et à en acquérir de nouvelles, il est temps que les recruteurs apprécient à leur juste valeur ces démarches. N’attendez cependant pas que les lignes bougent sans vous, contribuez à l’évolution des mentalités en sachant montrer que les qualités requises pour se prendre en main sont celles dont l’entreprise a besoin aujourd’hui.

Cela vous demande « d’arriver à décrire votre expérience d’autoformation et à valoriser votre investissement », pointe Philippe Riveron, président-fondateur de Learning Tribes. Il ne s’agit pas de parler du contenu de la formation suivie mais de ce que vous avez mobilisé comme motivations, qualités relationnelles et savoir-être pour vous former. Et rien de tel que la prise de recul vis-à-vis de votre expérience pour y arriver.
« C’est un peu comme quand on fait un business case, on développe une capacité à écrire des études de cas, à exprimer de façon objective ce qu’on a déployé comme habiletés en fonction du job recherché », ajoute-t-il.

Lire aussi : Apprendre à se servir de son expérience

Une expérience à valoriser dès le CV

Il y a cinq ans, nous questionnions des recruteurs sur l’intérêt de mentionner des compétences comportementales et qualités personnelles dans son CV, et ils n’en voyaient guère. En 2017, discutons les recommandations de 2012, voulez-vous. Si les entreprises cherchent de plus en plus de soft skills, autant qu’elles en trouvent une trace au stade du CV. Ensuite, au même titre que les savoir-faire, elles les évalueront en entretien. Qui plus est, l’effort de réflexion fourni pour l’écriture de son CV ou de son profil de réseau pro contribue à l’élaboration de son discours oral. « Il faut arriver à personnaliser au maximum son CV avec ces soft skills, en écrivant par exemple « je suis curieux et voilà pourquoi : j’ai suivi tant de Moocs et/ou de conférences ». On explique notamment ainsi qu'on n’est pas enfermé dans son domaine et cela compte actuellement dans l'entreprise, même si la porte d’entrée d’un poste est la maîtrise de la compétence technique », conseille Philippe Riveron.

Des soft skills essentielles dans l’entreprise actuelle et future

Si les entreprises apprécient les compétences « dures », ou hard skills, c’est parce qu’elles sont mesurables. Le hic, c’est que les robots auront de plus en plus en charge ce qui relève de ces compétences-là. Un hic relatif puisque le sursaut pousse l’humain à révéler ce qui le distingue des machines, c’est-à-dire ses compétences molles, ou soft skills. Les employeurs ont encore du mal avec ces dernières, certes, parce qu’elles sont difficiles à évaluer, d’autant plus que les candidats ne savent pas forcément en parler concrètement. Il faut donc arriver à mettre des mots sur elles et les exemples de Philippe Riveron doivent vous y aider.

Compétences sociales : « Les personnes qui assistent à des conférences ou qui s’inscrivent à des MOOCs rejoignent des communautés d’experts ou d’apprenants, ils montrent ainsi des compétences sociales », explique-t-il. La capacité à travailler avec les autres, à échanger avec des personnes situées à divers endroits de la planète, la compréhension de ce qui fait un réseau relationnel que vous aiguisez ainsi, cela compte dans l'entreprise du 21e siècle. Sachez en parler en montrant votre capacité à créer des liens avec autrui et à le comprendre.

Autonomie, volonté, persévérance : « La persévérance est une compétence clé dans les moments difficiles et on vit toujours des moments difficiles dans un parcours de formation, il faut s'accrocher », explique-t-il. De plus, pendant les six semaines qu’a duré votre MOOC, aucun professeur n’était derrière vous, vous êtes allé jusqu’au bout, voilà une preuve de votre autonomie et de votre volonté.

Curiosité et ouverture d’esprit : « Vous êtes informaticien, vous avez suivi un MOOC Histoire de l’Art, Impressionniste ou Picasso (ndrl : comme en proposent la RMN ou Solerni par exemple), vous montrez ainsi votre curiosité, votre ouverture au monde au-delà de votre domaine ». La porte d’entrée de votre poste est technique, vous ne l’oubliez pas et participez aussi à des hackatons, mais vos centres d’intérêt peuvent être mis en valeur dès lors que vous les reliez, à bon escient, au besoin de l’entreprise. Quel que soit votre métier, la culture générale est un atout durable et le signe que vous n’avez pas une seule grille de lecture du monde.

Lire aussi : Vos centres d’intérêt intéressent-ils les recruteurs ?

Sens de l’organisation, de l'écoute et de la gestion du temps : Un conjoint, des enfants, le quotidien, l'incontournable, l'accessoire, le provisoire, l'impondérable, le coup de feu... Cela fait des semaines que vous jonglez avec vos contraintes, vos envies et vos objectifs de tous ordres. Voilà un exemple de votre capacité à être à l’écoute, à traiter des demandes diverses, à trouver des solutions, à gérer les priorités et même des crises… Nous vous tirons notre chapeau avant de vous inviter à continuer d'illustrer, selon votre expérience, avec vos mots, les plus précis et concrets possibles.

Sophie Girardeau


Back to top