Coronavirus : pourquoi il est temps d’adopter le télétravail

Coronavirus : pourquoi il est temps d’adopter le télétravail

Face à la situation sans précédent déclenchée par le Coronavirus, le président Macron a incité les entreprises à autoriser le télétravail pour freiner la contagion. Si votre boss reste malgré tout réticent à ce nouveau mode de travail ou si vous même doutez de ces avantages, voici quelques arguments qui devraient finir de convaincre tout le monde.

 

Le télétravail est un phénomène est en voie de démocratisation : une étude menée par le comptoir mm de la nouvelle entreprise de Malakoff Médéric conduite en novembre 2017, révélait que cette nouvelle façon de travailler concernait déjà  ¼ des salariés tandis que 32% des entreprises de plus de 250 employés l’autorisaient tacitement. Une tendance qui va s’intensifier dans les semaines à venir. Alors si votre boss hyper ventile à l’idée d’un open-space vide, Anne-Sophie Godon, directrice du comptoir mm de la nouvelle entreprise en est persuadée : « c’est un sujet gagnant pour un patron ».

 

Augmentation de la qualité du travail

Pas de coup de fils incessants, de réunions impromptues ou de collègue qui a besoin de votre avis sur un dossier. L’absence de distraction accroit votre concentration et le résultat final n’en est que plus qualitatif. « C’est ce qui s’appelle un bénéfice de performance » pointe Anne-Sophie Godon. D’ailleurs, les salariés interrogés dans l’étude 2018 de l’Observatoire du télétravail des conditions de travail et de l’ERGOstressie (Obergo) constatait un impact positif sur leur productivité (86%) et la qualité de leur travail (84%).

 

Baisse du stress

Un enfant malade, la livraison de votre lave vaisselle prévue entre 8h et 18h ou une grève des transports, le stress de la vie quotidienne vous donne envie de vous arracher les cheveux. Le télétravail permet de gérer le clash du quotidien et du travail dans la sérénité. L’étude Obergo révèle que ce fonctionnement diminue la fatigue physique (89%) et le stress des transports (82%). Si vous vivez aux abords d’une grande ville, imaginez le temps gagné sans être coincé dans les bouches ou les transports en commun. Saviez-vous par exemple que les franciliens perdent 163 heures par an dans les bouchons franciliens ? Imaginez tout ce que vous et votre manager pouvez accomplir pendant tout ce temps.  

 

Amélioration de la confiance

Déléguer et promouvoir la confiance, voilà  des outils managériaux qui facilitent la vie de votre N+1, crée un climat de travail agréable et augmente la motivation des équipes. Un style de management très anglo-saxon qui gagne à être développé dans l’hexagone. D’autant plus que les statistiques de l’étude Malakoff Médéric montrent que « 23% des managers sont eux-mêmes adeptes du télétravail. Ils le souhaitent même plus que les salariés car il permet d’accroître l’autonomie de l’employé » note Anne-Sophie Godon.

 

Meilleur équilibre entre vie perso et pro

Cette pandémie est l’occasion aussi de changer nos habitudes et de modifier notre comportement vis-à-vis d’un travail parfois trop envahissant. « C’est un facteur important de conciliation avec l’entreprise. Les managers interrogés perçoivent de nombreux bénéfices comme un meilleur sommeil, plus de temps pour les loisirs ou le sport. Ils sont très sensibles à l’équilibre de vie » note Anne-Sophie Godon. Mais attention à la porosité entre les deux : le phénomène du blurring apparaît d’ailleurs comme un facteur d’inquiétude chez 32% des plus jeunes (18-29 ans) interrogés. Le télétravail ne signifie pas qu’on doit travailler n’importe comment et n’importe où. Il est important de programmer des heures de travail et s’imposer un rythme et un cadre précis pour être productif.

 

L’occasion de mettre de nouveaux modes de fonctionnement en place

Si vous êtes comme les 65% des sondés qui redoutent la perte du lien social, dites-vous que cette situation est inédite et passagère. Qui sait, vous serez peut-être même heureux de retrouver votre open-space et votre collègue Gérard, amateur de biniou. Et lorsque tout sera revenu à la normale, n’oubliez pas de signaler à votre employeur que le travail à domicile réduit l’absentéisme et les arrêts maladies. C’est l’argument qui devrait faire mouche. C’est aussi la conséquence logique d’une méthode qui vise à autonomiser et responsabiliser un employé. En arrêtant d’infantiliser ou de fliquer le salarié, « le télétravail renforce l’engagement du salarié envers l’entreprise » conclut Anne-Sophie Godon.

 

Vous souhaitez en savoir plus?