Skip to main content

De la nécessité d’être un candidat agile

De la nécessité d’être un candidat agile
Les besoins d'une entreprises évoluent selon les phases de son développement, la santé de son activité et au gré d’un contexte économique global. Maintenir son employabilité passe par l’adaptation à ses besoins. Être agile, ouvert, des essentiels du monde d’aujourd’hui.

De la nécessité d’être agile (flexible, souple, habile, alerte, ouvert, preste, plastique)… « Aujourd’hui, bien des candidats ont du mal à trouver un poste adapté à leurs compétences car les besoins des entreprises sont autres », observe Marc Saunder, dirigeant fondateur de Nexmove. Tel profil RH, qui est intervenu dans une entreprise dans une période de croissance, pour gérer le recrutement, le développement de carrière, convient-il quand l’entreprise va mal et qu’elle a besoin de profils capables de gérer une restructuration ou un plan social ? Ou bien ce commercial, un éleveur, pourra-t-il endosser le rôle de chasseur ? Ou encore, un profil marketing, qui aura géré l’innovation et le développement de produits avec la R&D, au siège, sera-t-il adapté à un poste en filiale où il s’agit de mettre en œuvre le marketing opérationnel ?

L’entreprise est censée accompagner ses équipes dans ces évolutions « mais dans certains cas il y a des carences de management et aussi parfois, de la part des collaborateurs, de la résistance au changement », note Marc Saunder.

Être ouvert

Autre exemple de l’inadéquation entre l’offre et la demande, énormément de jeunes s'orientent vers le marketing et  la communication alors qu’il y a beaucoup moins de postes qu’avant dans ces domaines. Par ailleurs, certains métiers changent du fait du développement des technologies, trop de jeunes entrants se projettent sur les métiers traditionnels et non sur leur version Web par exemple. Ceci vaut également pour les candidats plus expérimentés qui doivent envisager leur métier sous un nouvel angle. « Dans le domaine du marketing, quelqu’un qui a toujours fait du développement de produit risque de s’enfermer dans une expertise, il faut s’intéresser au Web, aux métiers qui tournent autour du e-commerce, du CRM », conseille M. Saunder.

Être capable de partir d’une feuille blanche

Au-delà du côté zapping de la Génération Y, il y a une réalité qui fait qu’on ne prend plus aujourd’hui un job pour la vie. « Comment utiliser dans un environnement nouveau tout ce qu’on a appris, voilà ce que partir d’une feuille blanche veut dire », souligne le fondateur de Nexmove. On travaille autrement en 2012, « J’ai toujours fait comme ça » est une phrase qui n’apporte aucune réponse aux besoins de l’environnement actuel.

Chercher à comprendre

Partir de l’environnement plutôt que de soi conduit à chercher l’adaptation. « On évite ainsi d’être dans une posture fausse : soit basse : « Je cherche un job, j’en ai besoin » ; soit haute : « Je vais vous expliquer la vie et vous dire comment faire », explique Marc Saunder. Les outils actuels viennent en renfort de cette attitude, la présence sur les réseaux sociaux permet d’organiser sa veille et de trouver les informations qui vous aident à comprendre un environnement donné. Utilisez-les dans cette optique, pour développer un talent à tirer des fils lors d’un entretien, ou pour cibler vos recherches, par exemple. « Il y a plus de force de conviction chez quelqu’un qui cherche à comprendre, à rebondir sur ce que dit son interlocuteur », conclut-il.

Sophie Girardeau


Back to top