Secteur production & opération : des filons à creuser dans l'industrie

Secteur production & opération : des filons à creuser dans l'industrie
Untitled Document

Départs à la retraite, développement de nouveaux secteurs comme celui des énergies renouvelables*, l'industrie continue de recruter malgré la crise. Certes, des secteurs comme l'automobile sont au point mort. Mais d'autres, comme le nucléaire civil, tournent encore à plein régime.

 

Ces métiers techniques souffrent souvent d'une mauvaise image. Pourtant, du CAP à l'ingénieur, ils ont beaucoup évolué. Moins de cambouis et plus d'ordinateurs car les usines ont changé, se sont modernisées, automatisées, sécurisées. Certains secteurs sont à la pointe du progrès, comme la plasturgie, qui fabrique et transforme les matières plastiques, ou encore l'électronique.

Le travail de technicien est devenu moins bruyant et moins salissant et surtout, à partir du bac pro, les techniciens ne sont plus de simples exécutants. Ils exercent des responsabilités polyvalentes, notamment dans les PME. Leur fonction a une dimension souvent commerciale et de service auprès du client chez qui ils interviennent

En outre, l'apparition de nouveaux concepts sur les sites de production, comme le lean management - qui consiste à produire en juste à temps, de façon fluide, avec un minimum de stock et de gaspillage - génère des besoins de compétences nouvelles.
Autre question, qui pour un jeune n'est pas subsidiaire: ces formations mènent-elles à des postes attrayants ? Oui, pour ceux qui font leurs preuves et n'ont pas peur de retrousser leurs manches.
Car ces techniciens supérieurs peuvent espérer accéder à des postes à responsabilités et parvenir à terme au grade d'ingénieur.

* (le Syndicat des énergies renouvelables parie sur un nombre total d'emplois dans les énergies renouvelables en 2010 de 115 400)