Comment se vendre quand on est un introverti ?

Comment se vendre quand on est un introverti ?

Comment se vendre quand on est un introverti ?

Contrairement aux idées reçues, être introverti n’est pas un défaut embarrassant. Si on sait mettre ce trait de personnalité en avant, cela peut même devenir un avantage. Démonstration avec Sonia Valente, coach en reconversion professionnelle et en personnalité introvertie.

Haro sur les idées reçues

Les clichés sur les introvertis ont la dent dure. Premier malentendu de taille, ils sont  asociaux. « C’est une fausse idée qui peut compliquer une embauche si l’entreprise valorise la cohésion, les afterworks ou l’open-space explique Sonia Valente. Forcément, le recruteur peut craindre que la personne ne s’intègre pas ou pire, s’imaginer qu’elle ne sait pas prendre la parole en public ». Il est donc plus que temps de remettre les pendules à l’heure. Une personne introvertie n’est ni timide ni asociale, l’introversion n’est pas un défaut mais un trait de personnalité. En réalité, l’introverti est calme, réservé et se concentre d’avantage sur ses pensées intérieures.  « Ces personnes aiment être entourées mais préfèrent les petits comités. Elles sont aussi très réceptives aux stimuli extérieurs comme la chaleur, le bruit, les interactions sociales et cela les épuise. C’est pour cela qu’elles ont besoin de moments de solitude pour recharger leurs batteries. Si un introverti est pris de court, il peut paniquer car pour lui, le circuit du traitement de l’information est différent. Il va donc avoir besoin d’un temps supplémentaire pour assimiler ce qu’il a entendu ».

 

Sortir de son placard

Beaucoup d’introvertis s’ignorent. Ils le nient ou le découvrent au fil des années. « Je suis moi-même introvertie. Je le sentais mais j’en avais honte raconte Sonia Valente. Dans mon activité de coach, quand je questionne les personnes sur leur tempérament, elles ont même tendance à se braquer. Mais quand on leur explique ce dont il s’agit, ils appréhendent mieux les choses ». L’introverti doit donc accepter cette facette de sa personnalité et bien se connaître. « La personne doit évaluer comment l’introversion se traduit dans son quotidien. Certaines sont très sensibles quand d’autres le gèrent très bien ». Son introversion acceptée, il ne faut pas hésiter à se servir des réseaux sociaux pour booster sa vie professionnelle. « Ce sont du pain béni pour ces personnalités souvent plus à l’aise pour retranscrire ce qu’ils ressentent à l’écrit. Avec la barrière du digital, il y a moins de stimuli, c’est plus simple et cela aide à se vendre ».

 

Valoriser ses qualités

Un candidat introverti en recherche en emploi doit tout d’abord savoir où il va mettre les pieds. « Il doit surtout bien décortiquer la mission proposée car les conditions de travail jouent beaucoup pour ces personnes. Par exemple, il ne sera pas à l’aise s’il doit se retrouver tout le temps en réunion, travailler en open space avec du bruit. Tout cela va le déstabiliser. Il a besoin de solitude pour pouvoir travailler ». Et dans le cas d’un entretien, comment faire pour ne pas perdre ses moyens au moment de serrer la main d’un recruteur ? « La préparation à l’entretien est encore plus importante pour un introverti. Quand on lui pose une question, il y a comme un embouteillage dans son cerveau et il peut perdre le contrôle. Pour éviter d’être désarçonné, le candidat doit travailler pour anticiper les questions qu’on va lui poser et valoriser les points qui peuvent représenter un frein pour le recruteur ». Dans sa préparation, le candidat doit donc lister ses qualités d’introverties et préparer les arguments en sa faveur. Les exemples ne manquent pas. Certes, l’introverti n’est pas spontané mais il réfléchit beaucoup, son sens aigu d’observation et d’analyse lui permet d’analyser les subtilités que d’autres manqueront. Avec lui, les discussions et les décisions sont mesurées et raisonnées. « Il peut se baser sur ses expériences professionnelles pour se valoriser et rassurer le recruteur. S’il postule pour un poste de management, ses qualités de diplomate, ses grandes capacités d’écoute active peuvent lui conférer une autorité naturelle et instaurer une ambiance de travail harmonieuse. Sa patience peut l’aider à faire grandir ses équipes et même à fidéliser un client ». On vous avait prévenu, être introverti n’est pas un vilain défaut…

 

Vous souhaitez en savoir plus ? Lisez nos conseils carrières