6 méthodes pour travailler avec un boss plus jeune

6 méthodes pour travailler avec un boss plus jeune

Dans certains domaines, les millennials occupent de plus en plus de postes à responsabilité. Ce qui conduit à des relations de travail parfois compliquées.

 

Les stéréotypes ont la dent dure. Les baby boomers ne comprendraient rien à la technologie, la génération X serait larguée et la fameuse génération Y serait arrogante. Alors comment travailler en bonne intelligence ? Éléments de réponse avec Mehdi Betiche, manager de bureau chez Hays, cabinet de recrutement.

 

Faites preuve de flexibilité. Dans la culture d’entreprise anglo-saxonne, un leadership jeune ne pose pas de problème. En France, explique Mehdi Betiche, « on est plus réfractaire au changement, mais les regards commencent à changer sur cette capacité à travailler pour des personnes plus jeunes ». Tout cela dépend évidemment de la volonté des dirigeants d’apaiser le choc générationnel. D’ou l’importance de demander des formations de management pour apprendre à travailler de façon harmonieuse.

 

Laissez parler la compétence. Peu importe que votre patron(ne) ait 30 ou 50 ans. Au final, « ce qui compte, c’est qu’il possède une expertise, qu’il propose un véritable accompagnement humain et renforce la montée en compétence. » Il a sans doute des aptitudes que vous n’avez pas et vice versa. Alors pourquoi ne pas tirer partie de son dynamisme et de son flot d’idées fraîches ? Ce serait aussi une excellente opportunité pour vous d’avancer. À vous de la saisir.

 

Respectez son autorité. Si votre boss vous fait remarquer que vous êtes en retard tous les lundis matins, acceptez la remarque de bonne grâce. « Mettre un cadre fait partie de son travail » explique Mehdi Betiche. Votre ancienneté ne vous garantit pas de faveur particulière et le respect se gagne dans les deux sens. C’est aussi la meilleure recette pour « une réussite collective ».

 

Restez vous-même. Pas la peine de passer vos soirées à apprendre par coeur l’abécédaire de la génération Y et 
de venir au bureau en chemise hawaïenne. Il ne sera pas dupe et vous risquez de vous ridiculiser. En revanche, si vous souhaitez rester à la page dans votre domaine professionnel, suivez les tendances de votre secteur et demandez à suivre des formations pour acquérir de nouvelles compétences.

 

Soyez respectueux. Souvenez-vous, vous avez tout intérêt de faire de ce boss un allié. Les phrases du type « on en reparlera quand tu auras mon expérience » pourraient à juste titre, l’irriter. Évitez de plaisanter sans arrêt sur ses joues imberbes et faites attention à votre langage corporel. Lever les yeux au soleil comme si vous étiez face à un enfant récalcitrant n’arrangera pas les choses.

 

Devenez un mentor. Oui, votre baby boss est né l’année où vous avez passé votre bac. Mais ne focalisez pas sur ça, ça ne sert à rien, c’est démoralisant et à force, cela finit par démontrer un réel manque de confiance en soi. Vous ne voulez pas qu’il finisse par voir en vous un père ou une mère de substitution. En revanche, jouer le rôle de mentor peut s’avérer très enrichissant : c’est l’occasion de mettre votre « gage d’expertise, votre intelligence sociale » à son service et il vous en sera reconnaissant.