Skip to main content

Robotisation : votre métier est-il menacé ?

Robotisation : votre métier est-il menacé ?

A l’instar de la révolution industrielle du 19éme siècle, l’automatisation et la robotisation visent à augmenter la productivité et à libérer de certains emplois pénibles. Conséquence logique de cette révolution digitale, la disparition de certains emplois. Les études sur le sujet se bousculent : l’OCDE pense que 9% des emplois de ses 21 pays membres sont automatisables. Le cabinet McKinsey estime que l’automatisation du travail pourrait avoir des conséquences sur 60% des emplois dans le monde d’ici 2030. De son côté, l’Institut Sapiens a mesuré l’impact du digital sur l’emploi et prédit la disparition de 5 métiers, soit  2,1 millions d’actifs. Pour cela, l’étude s’est basée sur deux critères : les tâches remises en question par la technologie et les secteurs dont les effectifs ont diminué depuis 30 ans.

Employés de banque et assurances

Si le secteur bancaire est l’un des premiers employeurs privés du pays, ses effectifs ont malgré tout baissé de 39% entre 1986 et 2016. La digitalisation massive des services bancaires,  l’émergence des banques en ligne bousculent le modèle traditionnel d'agences au profit des agences spécialisées. Le cabinet Sia Partners estime d’ailleurs que 12% des agences bancaires pourraient fermer d’ici 2020 alors que moins de 20% des clients se rendent en agence une fois par mois. L’Institut Sapiens prévoit la fin du métier d’employés de banque et assurances entre 2038 et 2051

Employés de la comptabilité

Après avoir connu une embellie entre 1986 et 2004, les effectifs des employés de comptabilité ont diminué de 23%. Un phénomène qui s’explique par l’externalisation du métier et la vague de digitalisation via des logiciels intelligents capables d’effectuer les tâches comptables sans intervention humaine. Pôle Emploi cite d’ailleurs une étude anglaise qui suggère qu’à terme, la probabilité que « les experts comptables soient remplacés par des robots est de 95 %. C’est l’un des dix métiers les plus exposés avec les métiers connexes dans la paie, la gestion des ventes, la finance ». De son côté, l’institut Sapiens estime que le métier de comptable aura disparu entre 2941 et 2056.

Secrétaires de direction

C’est une véritable révolution administrative : les assistants numériques personnels seraient en train de rendre obsolète le métier de secrétaire de bureautique ou de direction. Sans parler des prestataires de services qui offre à leurs clients la possibilité de faire appel à eux de manière ponctuelle. Le nombre des effectifs a chuté de 26% en 30 ans, le métier  devrait s’éteindre entre 2053 et 2072.

Caissiers et employés de libre service

Le nombre de caisses  automatiques ne cesse d’augmenter depuis quelques années. Ce n’est donc guère une surprise que le caissier – classé parmi les métiers pénibles selon la Dares - soit l’une des premières victimes de la robotisation. Depuis 2004, les effectifs ne cessent de baisser (-15%) et le think tank mise sur sa disparition entre 2050 et 2066.

Ouvriers de la manutention

Comme les caissiers, les manutentionnaires font partie des 5 métiers les plus pénibles pour la Dares. Depuis 1986, les effectifs ont baissé de 17%, la plus forte baisse liée à l’apparition de technologies permettant de déplacer de lourdes charges, comme des robots manutentionnaires utilisés dans les entrepôts des géants du e-commerce. L’étude cite comme exemple Baidu. « Le géant du e-commerce chinois, emploie 60 robots dans ses entrepôts, qui peuvent chacun porter jusqu’à 500 kilos de marchandises, en fonctionnant sans arrêt. Ils ont permis une progression de la productivité de plus de 300% ». Si le secteur employait encore 675 000 personnes en 2016, le métier est amené à disparaître entre 2071 et 2091.


Back to top