14 signes qui prouvent que vous pourriez souffrir du brown-out

14 signes qui prouvent que vous pourriez souffrir du brown-out

Vous avez l’impression de ne plus être en phase avec votre entreprise ? Vous restez à la maison au moindre rhume ? Il est peut-être temps de consulter.

Travail, ton univers impitoyable…Après le burn-out et le bore-out, le brown-out a fait son apparition dans le champ lexical des pathologies professionnelles. Médecin spécialiste de ces pathologies, le docteur Baumann vient d’ailleurs d’écrire un livre sur le sujet. Dans « Le brown-out : Quand le travail n’a plus aucun sens », il explique et analyse les origines de ce mal-être au travail et les remèdes à y apporter. D’abord, le brown-out quésako ? Littéralement, cela signifie « baisse de tension ». Pour les spécialistes, le terme désigne la perte de sens de l’activité professionnelle en raison de tâches absurdes confiées par la hiérarchie. Ainsi, « c’est la pire partie de vous-même qui est sollicitée, laissant la meilleure de côté » écrit le médecin. Et comme certains maux insidieux, l’apparition du brown-out est « progressive, lente, parfois inaperçue ».

C’est grave docteur ?

Et pour réagir avant qu’il ne soit trop tard, le spécialiste dresse dans son ouvrage, la liste des signes révélateurs de cette crise. En voici quelques uns.

1. Vous ne prenez aucun plaisir à effectuer votre travail

2. Vous vous sentez prisonnier de la routine

3. Vous n’avez plus de motivation

4. Vous avez l’impression de ne jamais en finir avec le travail

5. Vous pensez qu’il n’existe aucune issue pour sortir de cette situation

6. Vous n’avez pas d’autre solution que de procrastiner

7. Vous êtes souvent en colère

8. Vous ne faites plus confiance aux autres

9. Vous avez l’impression de travailler des longues heures sans grand intérêt

10. Votre travail est incompatible avec vos valeurs

11. Votre plan de carrière ne fonctionne plus

12. Vous ressentez une grande fatigue physique

13. Vous ne comprenez plus la finalité de vos activités

14. Vous avez le sentiment qu’on vous empêche de montrer vos valeurs.

Si vous avez répondu oui à la majorité de ces questions, votre ras-le-bol actuel est plus grave qu’une baisse de régime saisonnière. Le brown-out vous guette.

Haut les cœurs

Pas de panique, vous n’êtes pas seul(e). Des solutions existent qui ne sont pas forcément médicamenteuses De Strasbourg à Toulon en passant par Nîmes, il existe des consultations menées par des spécialistes (médecins, avocats) qui écoutent et aident à comprendre le malaise (http://www.souffrance-et-travail.com.) Il ne faut pas non plus négliger le rôle de la médecine du travail dont une des missions est d’identifier ce type de pathologie et de conseiller, employé et entreprise pour y remédier. Cela passe aussi par un meilleur encadrement managérial qui, en France a encore besoin de progresser. En effet, pour le Dr Baumann, un employé a besoin « de se savoir respecter dans et par son travail ». Et « pour se sortir de l’impasse », l’ordonnance du médecin prescrit de « s’occuper de soi et de faire une évaluation objective de ses propres compétences (avec une aide extérieure et un bilan). S’accorder des plaisirs et ne pas tout investir dans son travail. Reprendre contact avec la nature. Renouer avec des anciennes connaissances et des passions oubliées. » Le brown-out n’est donc pas une fatalité : c’est l’opportunité de (re)définir vos propres aspirations et imaginer si possible, une réorientation professionnelle qui vous donnera à nouveau envie de vous lever le matin. 

 

« Le brown-out. Quand le travail n’a plus aucun sens », Dr François Baumann, Ed. Josette Lyon, 13€