Skip to main content

L’entretien de présélection, ce grand négligé

L’entretien de présélection, ce grand négligé

Il permet d’obtenir ou non un entretien en face-à-face, c’est donc le moment de faire bonne impression or, l’entretien téléphonique de présélection, qui prend les candidats par surprise, est trop souvent réalisé dans de mauvaises conditions.

Vous êtes dans le métro ou le train, dans la rue bruyante, chez vous entouré d’enfants… Le téléphone sonne, vous répondez et rien ne va plus : la conversation est hachée par les aléas du réseau, quand elle ne coupe pas, ou votre progéniture se chamaille, ou vous criez dans le combiné pour couvrir le vacarme du dehors… Parfois même, quand vous avez postulé à plusieurs offres d’emploi, vous répondez sans même savoir de laquelle il s’agit ! Complètement à côté donc…

L’étape, après le tri de CV, où le recruteur élague le plus

« Les candidats qui prennent l’appel et préviennent qu’ils ne sont pas dans de bonnes conditions pour parler sont rarissimes, pourtant il s’agit d’un appel non programmé, le recruteur ne s’attend pas à ce que vous soyez forcément disponible », pointe Cyril Capel, cofondateur de CCLD Recrutement.

Cet entretien de présélection est, après le tri de CV, l’étape où le recruteur « élague » le plus. Il a repéré votre CV soit sur un site emploi, soit dans la masse de candidatures reçues après la publication d’une offre d’emploi. Ses questions, classiques à ce stade, portent sur ce qui vous a plu dans l’annonce, votre intérêt pour le type d’entreprise, pour le poste, votre ouverture à la mobilité géographique le cas échéant. Le recruteur veut aussi savoir où vous en êtes de vos recherches.

Votre candidature plaît, sachez faire un peu languir le recruteur

Dire que vous démarrez vos recherches alors qu’il est visible sur votre CV que vous n’êtes plus en poste depuis six mois est une erreur grossière. De même que dire que vous n’avez aucune opportunité, avec un si beau CV, que va penser le recruteur ? Qu’il y a un loup quelque part.

Car votre CV plaît, puisqu’il vous appelle ! Et cette étape de présélection conditionne l’entretien en face-à-face – en moyenne, CCLD convoque un candidat sur sept candidats appelés. « Quand nous avons affaire à un candidat qui répond dans n’importe quelles conditions, nous nous interrogeons sur ses capacités d’initiative », souligne-t-il.

Votre précipitation écorne votre attractivité, le recruteur pense qu’il est le seul à s’intéresser à vous – c’est l’éternelle histoire de séduction, qui ressemble à celle des restos pleins qui font pousser la porte quand les restos vides font hésiter sur le seuil…

Proposer un appel à un autre moment permet de reprendre la main

L’enjeu est fort, le stress met son grain de sel et vous fait manquer de bon sens. Une croyance des candidats est de penser que plus ils seront réactifs, plus le recruteur sera indulgent en cas de réponses approximatives. C’est faux, le recruteur préfère quelqu’un qui apporte des réponses qui font avancer, et des réponses correctes sont plus faciles à apporter dans de bonnes conditions. Donc si vous ne pouvez pas parler, dites-le et proposez de rappeler à un autre moment !

L’idéal est de proposer un autre appel dans la même journée. « Fixez un rendez-vous rapidement, dans les 48 heures grand maximum », conseille Cyril Capel. Tarder vous fait risquer que le recruteur trouve entre temps des candidats plus séduisants que vous…

« Une fois dans de bonnes conditions, vous pouvez mieux exposer le cadre de votre recherche, reprendre la main en orientant la discussion en fonction du poste pour lequel vous êtes contacté : vous formulez plus clairement vos motivations, pour un type d’entreprise, de poste, d’environnement, vous parlez de votre zone de mobilité, etc. », développe-t-il.

Vous prenez le temps d’une discussion constructive. Aussi, ne pensez pas que sous prétexte que tel ou tel point est mentionné dans votre CV et votre lettre de motivation, il est inutile d’en parler lors de cette présélection. « Ne pensez pas que tout a été lu, enregistré, compris par le recruteur », conclut-il.

Sophie Girardeau

 

MONSTER Pour trouver mieux


Back to top