Skip to main content

L’équilibre vie pro vie perso, c'est bien beau mais comment on fait ?

L’équilibre vie pro vie perso, c'est bien beau mais comment on fait ?

L’équilibre vie pro vie perso, on en parle, souvent. C’est dans l’air, preuve que le sujet est sorti de la sphère privée pour devenir un problème de société. Les entreprises étant diversement avancées en la matière, quelles solutions peut-on mettre en place individuellement ? Quelques pistes de réflexion et d’action.

 

« Lors d’une formation, j’ai demandé à des cadres supérieurs, tous des hommes, de me parler du moment le plus sympa de la semaine. Tous ont évoqué un moment passé avec leurs enfants. Leur émotion, leur tristesse de ne pas les voir suffisamment était palpable », raconte Barbara Nativel, coach et fondatrice de Creative Energy et du réseau Nice To Meet You.

Le désir d’équilibrer vie professionnelle et vie personnelle, s’il est exprimé ouvertement par la Génération Y, concerne aussi les femmes et les hommes de la génération précédente. Il devient encore plus sensible lorsque l'on est parent. Y parvenir ? Un vrai sport ! « Globalement, les gens font avec le déséquilibre, ils se débrouillent au cas par cas, c’est le système D qui prévaut », observe-t-elle.

L’époque se prête pourtant au progrès. Cette aspiration s’inscrit en effet dans une dynamique sociétale qui, avec la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), prend en compte le bien-être des salariés. Il existe par ailleurs de nombreuses réflexions sur la Génération Y qui, comme toute nouvelle génération, exprime un fort désir de fonctionner autrement que les précédentes, des réflexions qui cherchent à répondre à des questions telles que : vers quelle société va-t-on ? Comment donner du sens ? Enfin, les prises de paroles sur ce thème se multiplient. « Ces demandes d’équilibre, d’épanouissement, sont le symptôme de ce qui se passe dans le monde professionnel. La sécurité aujourd’hui n’est plus du côté du travail mais de celui de la sphère privée. Le sujet était autrefois strictement d’ordre privé, ce n’était pas un problème de société. Les choses n’existant que quand elles sont nommées, le fait d'avoir nommé cette situation l'a désignée comme un problème auquel on peut apporter des solutions », explique Barbara Nativel.

Néanmoins, les avancées sont encore insuffisantes aux yeux des salariés-parents, comme le souligne le Baromètre 2012 de la conciliation  entre vie professionnelle et vie familiale de l’Observatoire de la Parentalité en Entreprise (volet salariés) : « les entreprises sont reconnues pour s’engager de plus en plus, mais les attentes des salariés-parents sont elles-mêmes en progression : l’enjeu du temps devient un impératif de plus en plus sensible, où se conjuguent implication croissante des entreprises et demandes croissantes des intéressés ».

S'informer

Congés pour enfants malades, congé paternité et son complément de salaire sous certaines conditions, possibilité d’allaiter son enfant au travail… des outils qui permettent d’aménager dans la sphère du travail quelques espaces qui concernent la vie personnelle, ou d'accorder plus de temps à sa famille à certains moments de la vie existent dans le Code du travail. Pensez à vous informer auprès des services Ressources Humaines de votre entreprise car la convention collective peut prévoir des conditions plus favorables que celles prévues par la loi. Si les questions de RSE restent encore lettre morte dans beaucoup d’entreprises, certaines sont très avancées sur le sujet, comme Altran qui a aménagé une salle d’allaitement dans ses locaux.

Libérer la parole

–  Et vous, comment faites-vous ?

En parler, à ses collègues, à sa famille, à ses amis permet de partager son vécu et de s’ôter un poids. « On découvre qu’on n’est pas seul dans la situation et on puise des idées dans ces échanges informels. Fort de ces idées, on peut proposer des aménagements concrets, soit à son manager, soit au comité d’entreprise, soit aux syndicats, au patron de TPE/PME, soit aux RH », suggère Barbara Nativel. Aménagements d’horaires, télétravail, tout ceci est en cours et prend de l’essor. Et si vous avez entendu parler de solutions existant dans d’autres organisations, vous pouvez également les soumettre à votre entreprise. « De plus, parler des difficultés qu’on rencontre dans l’articulation vie professionnelle/vie privée, permet de revisiter sa perception du problème ou les solutions qu’on n’avait pas envisagées. On peut même, entre collègues, mutualiser les solutions », note-t-elle.

En faire un sujet mixte

Impliquer son conjoint quand on est une femme, grâce au dialogue ; être capable quand on est un homme d’exprimer ses besoins et d’envoyer balader certains stéréotypes : il ne faut pas que ce sujet soit prétexte à une énième guerre des sexes, mais qu’hommes et femmes se rappellent qu’ils sont partenaires. Notons d’ailleurs qu’en 2012, les hommes expriment des attentes plus vives que celles des femmes en matière d’équilibre vie pro vie perso (77% contre 71%, source Observatoire de la Parentalité en Entreprise) mais que 2/3 des entreprises n’ont rien mis en place de spécifique pour les aider à concilier leur vie professionnelle et leur vie familiale (source volet employeurs du Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale). Cependant, Brigitte Grésy, co-auteure du rapport sur Le poids des normes dites masculines sur la vie professionnelle et personnelle d’hommes du monde de l’entreprise, note l'ambiguïté du réinvestissement des hommes dans la vie privée. Qui plus est, l'absentéisme reste du côté de la femme : en cas d'enfant malade, à la crèche, la garderie, l'école, c'est la mère qu'on prévient en premier et qui doit quitter son travail.

Dans une société où les familles recomposées et la garde alternée ne sont plus l’exception, où les grands-parents ne sont plus forcément des recours pour simplifier le casse-tête organisationnel des parents, car certains sont encore dans la vie active, gageons que de plus en plus d’entreprises prendront la mesure du changement. Et qu’elles seront plus nombreuses à être convaincues que l’équilibre vie professionnelle vie privée est un enjeu de performance durable, comme le pointe dans son édito, Jérôme Ballarin, Président de l’Observatoire de la Parentalité en Entreprise.

Sophie Girardeau