Assiste-t-on à la fin de l’open space ?

Il était beau le mythe de l’open space. Pensé dans les années 1950, le lieu de travail moderne disait adieu aux bureaux cloisonnés, aux portes fermées pour laisser place aux espaces ouverts avec des rangées de bureaux et des salariés épanouis. Un lieu fantasmé dans lequel des équipes travailleraient en parfaite harmonie, où les idées fuseraient et la convivialité règnerait. Cinquante plus tard, avec l’avènement de la Silicon Valley, cet espace devait simuler la créativité, provoquer la disruption et bannir la hiérarchie. Ainsi, Facebook inaugurait le plus grand open space du monde, un espace gigantesque pouvant accueillir plusieurs milliers de personnes.

 

L’open space m’a tué

Mark Zuckerberg  risque d’être déçu mais en réalité, la majorité des salariés détestent l’open space. Pour Chloé, « cette configuration est distrayante ». Paul ajoute qu’ « il y a toujours un bruit de fond même si les gens essaient de ne pas parler trop fort ». Pour Guillaume, « on est sans arrêt interrompu et puis, l’intimité est non existante ». Bref, plus de stress, moins de productivité et une concentration en pointillé. Pas étonnant que de plus en plus de salariés portent des casques ou plébiscitent le télétravail afin d’éviter d’entendre leur manager raconter ses problèmes familiaux. Et les études tendent à leur donner raison : l’open space est un échec. Une étude menée par Ipsos et Workspace Futures Team of Steelcase estime qu’on perdrait 90 minutes par jour à cause des distractions. Une autre étude de la Harvard Business School révèle que l’open space réduirait les face-à-face de 73% tandis que les emails et autres messageries augmenteraient de 67%. Démotivant, distrayant, stressant, l’open space serait à l’origine de 66% des arrêts maladies des salariés américains. Et dire qu’on nous vendait cet espace comme le summum du rêve pour le salarié moderne…

 

L’ère de l’environnement flexible

Si de nombreuses entreprises continuent à promouvoir cette configuration, c’est sans doute parce qu’elle est moins coûteuse. Mais si vous êtes allergique à cet espace ouvert, rassurez-vous. L’irruption massive du digital permet plus de mobilité et les espaces de travail continuent d’évoluer à mesure que notre façon de travailler va changer. On parle désormais de coworking (partager ses bureaux avec d’autres entreprises), de desk sharing (changer de bureau au quotidien), de flex office (le poste de travail n’est pas attribué et on peut donc changer de bureau à l’envi). Et malgré cette fâcheuse tendance française à exiger le présentéisme des salariés, 26% des salariés pratiquent le télétravail et 59% aimeraient travailler à distance selon une étude AXA. Et si malgré tout, votre entreprise trouve que l’open space reste une excellente idée, guettez la mise en vente de Wear Space, un masque anti-distraction qui, admettons-le, offre une vision assez effrayante du travail futur. A l’instar d’œillères, ce masque entoure la tête pour cacher ce qui se passe autour de vous et minimise le bruit. Certes, vous ressemblerez à un cheval de course mais au moins, vous n’entendrez plus votre collègue qui aime faire le show au milieu de l’open space…

 

Vous souhaitez en savoir plus ? Suivez les dernières actualités de la vie en entreprise