Les nouveaux métiers crées par l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle n’en est qu’à ses balbutiements. En France, le rapport Villani entend accélérer les choses pour placer le pays sur les premières marches du podium occupé par les Etats-Unis et la Chine. L’intelligence artificielle est aussi source de moult fantasmes : des métiers vont disparaître, d’autres sont en plein boom, une révolution qui pourrait impacter entre 9 et 47% d’emplois dans tous les secteurs, santé, industrie, commerce, éducation etc. Le marché de l’intelligence artificielle pour les applications en entreprise est estimé à plus de 36 milliards de dollars d’ici à 2025 explique le rapport #FranceIA.  Et à en croire la multitude d’études qui fourmillent sur la question, nous vivons les prémices d’une nouvelle ère révolutionnaire où certains métiers n’existent pas encore.

La data, super star

Le paysage actuel se concentre particulièrement sur les métiers spécialistes de la donnée et des experts business. D’ailleurs, quand il s’agit des métiers de la  data, les compteurs s’affolent : qu’il s’agisse de data analyst, data engineer, data architect, data designer, data protection officer, la demande devrait continuer à croitre d’ici 2020. L’étude de Burning Glass Technologies prévoit dans les deux ans à venir, une explosion de la demande de compétences de la data science (+ 93%), Machine Learning (+56%), Big data (+50%) et Data Vizualisation (+ 44%). C’est dire la vitesse incroyable à laquelle le secteur évolue. Le développement de l’intelligence artificielle accroit aussi l’intérêt sur des postes tels que développeurs intégrateurs d’IA notamment dans le secteur de la consommation, ingénieurs en IA, ingénieurs en programmation linguistique, ingénieurs cogniticiens mais aussi chatbot masters et chatbot coachs. Parallèlement, les grandes écoles comme HEC, l’ESSEC, Polytechnique ou Telecom Paris Tech ont modifié leur cursus pour faire face à ce raz de marée tandis que des entreprises comme IBM, Samsung ou Microsoft investissement massivement en créant des centres de R&D et d’intelligence artificielle.

L’émergence de nouvelles fonctions

Un rapport de Dell et de l’Institut pour le Futur prédit que 85% des postes effectifs en 2030 n’existent pas encore aujourd’hui. La bonne nouvelle, c’est que 21 millions d’emplois liés à l’intelligence artificielle pourraient voir le jour selon une étude de Cognizant Technology, cabinet américain d’experts-conseils en technologie. Difficile de faire le tri parmi ces nouveaux postes qui semblent parfois flirter avec la science-fiction. Dans « 21 jobs du Futur », l’étude Cognizant, l’avenir dessiné par l’intelligence artificielle se précise. Parmi ces nouveaux métiers amenés à naitre d’ici 5 à 10 ans, l’étude évoque par exemple le personal data broker (le data courtier personnel) qui aidera les particuliers à monétiser leurs données personnelles, l’AI business development manager (le commercial qui vendra de l’intelligence artificielle), l’AI-Assisted Healthcare assistant (un infirmier-technicien secondé par l’IA), ou encore le Cyber City analyst, chargé de s’assurer du bon fonctionnement et de la sécurité du système digital d’une ville. Dans la très sérieuse revue Harvard Business Review, Eric Dosquet, CIO d’Avanade évoque lui aussi des métiers aux noms exotiques mais à la réalité tangible comme le psydesigner qui travaillera à incarner les assistants personnels ou l’éthicien dont le rôle sera de définir les règles algorithmiques de l’intelligence artificielle. Bref, dans 10 ans, la science-fiction sera devenue réalité.

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

- Suivez les dernières actualités des secteurs de l’informatique et du numérique

- Découvrez aussi les opportunités d’emplois dans le secteur du numérique à pourvoir et correspondant à votre profil.