Skip to main content

Votre premier poste conditionne-t-il la suite de votre parcours ?

Votre premier poste conditionne-t-il la suite de votre parcours ?
L’impact du premier poste sur la suite du parcours professionnel est plus marqué dans les métiers à forte technicité que dans ceux qui ont une dimension relationnelle et gestion de projet importante. Il dépend également de son environnement (taille, culture de l’entreprise…). Et de vous, qui pouvez aussi faire bouger les lignes.

Par où, par quoi commencer ? Les étudiants, même s’ils multiplient les stages, s’interrogent sur la portée d’une éventuelle erreur d’aiguillage au début de leur vie active. Interrogations légitimes quand on sait la tendance des entreprises à reproduire au lieu d’innover dans leurs recrutements. « La démarche sécuritaire des employeurs est cependant très relative – on trouve de tout ! –, depuis dix ans, une autre tendance se dessine, favorable à la recherche de profils moins standardisés », observe Jean-François Battesti, cofondateur de RH Partners.

Plus le métier est technique, plus grand est l’impact du premier poste 

On trouve de tout, donc. Dans les métiers à forte technicité, les débuts marquent particulièrement et plus le temps passe, moins il est possible de créer des passerelles. Dans le domaine des systèmes d’information (SI), il faut changer très vite de trajectoire – dans les six mois – ou se former en parallèle quand le premier poste ne convient pas. Mais une première expérience, si elle marque un profil, ne l’enferme pas systématiquement. « Un ingénieur réseau qui débute à ce poste en sortant de l’école peut aller vers du management, en tant que chef de projet, plutôt que vers l’expertise. Le poste va évoluer, le profil aussi, l’évolution dépendra de la volonté de l’entreprise et de celle du collaborateur », explique Domitille Gueneau, responsable RH chez NetXP, cabinet de conseil en infrastructure technique des SI.

Autre métier à haute technicité, la Finance : pour être recruté, un jeune diplômé de cette filière doit avoir effectué tous ses stages en Finance. Des débuts dans le conseil estampillent aussi, de façon très positive. « Pour les recruteurs, deux ans de conseil, en organisation, SI, stratégie, valent quatre ans en entreprise, c’est une première expérience très valorisée bien qu’elle soit perçue comme un passage obligé ou un cycle formateur supplémentaire », constate Arthur Walus, responsable des relations entreprises de l’INSEEC.

Dans les métiers où la dimension relationnelle et gestion de projet est importante, les passerelles sont en revanche plus nombreuses et les critères moins rigides : dans les métiers commerciaux, par exemple, la fonction de départ est moins marquante car les entreprises, jusqu’à un certain niveau de poste, prêtent plus d’attention à la volonté de s’investir qu’à l’expérience ; sur le sujet de la marque employeur, on peut trouver des profils initialement Ressources Humaines passés côté marketing/communication, ou l’inverse.

L’environnement du poste compte également

PME ou multinationale ? De quel secteur ? Entreprise d’origine française ou anglo-saxonne ? L’impact du premier poste dépend aussi de son environnement. En marketing par exemple, le luxe fonctionne en vase clos alors que l’industrie est plus ouverte. Quand durant trois ans on fait ses premières armes dans un grand groupe en tant que chef de produit junior, il faut savoir qu’une PME qui recrute ce type de profil « se demande si ces trois ans d’expérience formatés grand groupe vont permettre l’adaptation en PME », pointe Jean-François Battesti. Par ailleurs, la différence de culture entre les entreprises françaises et anglo-saxonnes est réelle, comme le souligne Arthur Walus : « Les Anglo-saxons ne tiennent pas compte du passé du candidat et s’attachent à la construction future, ils ont une vision moins fermée que les Français de ce que l’on peut faire ensemble. »

Le candidat peut lui aussi faire bouger les lignes

Un premier poste peut donc vous rendre particulièrement remarquable – pour le bonheur des recruteurs qui aiment pouvoir trancher entre plusieurs candidatures – plutôt que de faire peser un lourd destin sur vos épaules. « Avoir acquis une culture dans un domaine facilite l’intégration, la montée en compétences et l’évolution, et avoir une casquette n’empêche pas de l’enlever si des opportunités se présentent », note Domitille Gueneau. Est enfermé en effet qui se laisse enfermer. Aussi faut-il rappeler l’importance de savoir vendre ce qu’on pense être un argument pour orienter son parcours dans la direction que l’on souhaite, l’importance de penser en termes de tremplin, de dynamique de lancement. « Pour un premier emploi, accepter d’assouplir les lignes sous toutes les formes de travail (stages, CDD, intérim) permet de capitaliser l’expérience », recommande Jean-François Battesti. Ce qui n’équivaut pas à accepter n’importe quel job et à négliger sa stratégie professionnelle. « Il y a certains passages obligés, rappelle Arthur Walus, le terrain par exemple dans la grande distribution ».

Sophie Girardeau

Lire aussi Rapport de stage : préparez-le dès le début ! La top attitude du stagiaire Stage galère ou stage à valeur ajoutée : sachez faire la différence dès l’entretien Stages en entreprises : comment repérer les offres bidons Comment gérer le passage de la vie étudiante à la vie professionnelle Valoriser un stage sur son CV de jeune diplômé Comment lever l’objection zéro expérience quand on cherche son premier job Négocier son salaire quand on est jeune diplômé Les clefs d’une alternance réussie Alternance : où fonctionne-t-elle et pour quels profils ?


Back to top