Comment les cabinets d’audit se préparent à l’impact de la loi Pacte ?

Comment les cabinets d’audit se préparent à l’impact de la loi Pacte ?

La loi Pacte (Pour la croissance et la transformation des entreprises) a été définitivement adoptée par le Parlement le 11 avril 2019. Son objectif ? Permettre aux entreprises d’innover, de se transformer, de grandir et de créer des emplois. La loi fait l’effet d’une bombe dans le secteur de l’audit car l’une des mesures phares autorise un grand nombre de PME à cesser de faire certifier leurs comptes. Selon le gouvernement, la certification des comptes n’apporterait « aucune valeur ajoutée » à l’économie française. Cette mesure ébranle donc un marché acquis aux commissaires aux comptes, la profession estimant d’ores et déjà que 6 500 d’emplois pourraient être supprimés. Bref, le monde de l’audit entre dans une grande période d’incertitude comme nous l’explique Hélène Barberet, Manager senior Hays Audit & Expertise Comptable.

 

Quel est l’impact de la loi Pacte sur les cabinets d’audit ?

Aujourd’hui, un grand nombre de cabinets sont déjà touchés par la loi, certains ont déjà perdus 80% de leur mandat. A terme, les plus vulnérables seront les petits cabinets. Ceux qui vont conserver 4 ou 5 mandats envisagent même d’arrêter complétement leur activité de commissariat aux comptes pour se focaliser sur l’expertise comptable, la gestion des paies et le conseil juridique. En revanche, ceux qui risquent d’en bénéficier sont les cabinets régionaux ou les Big Four car les clients auront toujours besoin de commissariat aux comptes.

 

Que vont devenir les commissaires aux comptes ?

Il est encore difficile de mesurer les conséquences sur le métier de commissaire aux comptes. Par définition, l’expert comptable est commissaire aux comptes. Parfois, il gère déjà des dossiers en expertise et dans ce cas, il pourra devenir 100% expert comptable. En tout cas, il a la possibilité de se réadapter et de reprendre des dossiers en expertise ou en conseil. Et puis tout dépend la structure dans laquelle ils évoluent. Dans les Big Four, ils sont très spécialisés alors les commissaires sont plus polyvalents dans les petits cabinets. Ils pourraient quitter une petite structure pour essayer de rejoindre un plus grand cabinet. En tout cas, la loi Pacte provoque de nombreux questionnements. Quelle réorganisation envisager ? Que proposer en interne aux collaborateurs audit très spécialisés ? Et puis quand on ferme une branche, comment reconstituer le chiffre d’affaires équivalent? Les cabinets vont donc devoir proposer de nouveaux services à leurs clients.

 

Quel avenir pour les profils d’auditeurs ?

Il va être plus délicat de se reconvertir pour un auditeur pur. Dans des petits cabinets, ils peuvent déjà travailler sur des dossiers en expertise et donc il y a possibilité de reconversion. En revanche, la situation est plus délicate dans les gros cabinets. Ces profils font 100% d’audit sur de très gros dossiers et ce sera plus compliqué de trouver une passerelle. Aujourd’hui, on ne se sait pas ce qui va se passer pour ces profils.

 

Ressentez-vous déjà un impact sur le recrutement ?

Là encore, la situation est nébuleuse mais le climat actuel ne tend pas vers des recrutements massifs. Les petits cabinets attendent de voir ce qui va se  passer. Il y a peu de changement chez les cabinets régionaux et les Big Four. Ils peuvent être impactés mais ils continuent néanmoins de recruter des profils audit notamment à cause d’un turn-over important et sans doute parce qu’ils pensent récupérer les mandats des plus petits cabinets. Aujourd’hui, qu’il s’agisse des recruteurs ou des candidats, tout le monde est un peu sur ses gardes.

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

- Suivez les dernières actualités sur les métiers de l’audit-conseil

- Découvrez aussi les opportunités d’emploi dans la comptabilité et l’audit à pourvoir et correspond à votre profil.