Skip to main content

L’importance que les recruteurs accordent à la forme du CV

Ce qui compte dans la forme du CV est ce qui rend sa lecture claire et rapide.

Parce qu’on ne peut comparer que ce qui est comparable, nous avons interrogé trois cabinets positionnés dans des domaines similaires (notamment en finance, juridique, RH, commercial, marketing, assistanat…) pour leur demander à quel point la forme du CV joue dans leur choix. Dans ces métiers en effet, on aime les grands classiques : équilibre, sobriété et structure.

« Un CV qui sort du lot par la forme ne ressort pas de la bonne façon » — Estelle Raoul, directrice exécutive chez Page Personnel

Ce qu’elle regarde en premier : « Je prête attention à la clarté, je cherche de l’homogénéité. N’en faites pas trop sur la forme, c’est le fond le plus important. » Sachez que quand vous postulez auprès d’un cabinet, il vous aidera si besoin à corriger les défauts de votre CV. En direct avec une entreprise en revanche, un détail formel peut passer ou casser plus radicalement.

Son conseil pour permettre une lecture rapide du CV : « Vous pouvez jouer sur le gras, l'italique, le corps du texte, sans en abuser, pour faire des différences entre le titre et le texte, et pour faire ressortir les mots clés. » Quant aux couleurs, pourquoi pas, mais sachez que si votre CV est imprimé, il le sera en noir et blanc.

Points sensibles, voire rédhibitoires : « Le format. Mieux vaut un CV au format portrait que paysage et l’idéal est de le faire tenir dans une page. »

« Je réagis à la forme quand elle est inappropriée à l’environnement métier » — Cécile Fischer, responsable des Ressources humaines du Groupe William Sinclair

Ce qu’elle regarde en premier : « La clarté et la structure du CV, au-delà des modes qui existent, comme celle des logos et des pictogrammes aujourd’hui. Je prône la modération et l’équilibre. » Attention aussi aux attendus sectoriels et métiers : un CV de financier sur fond rose ne produira pas l’effet escompté, pas plus que celui d’un comptable sous Excel : ils surprendront mais pas positivement.

Son conseil pour permettre une lecture rapide du CV : « D’abord, bannir ce qui empêche de le lire : les polices spéciales qui finissent en code indéchiffrable parce qu’incompatibles avec Word, celles, exotiques qui usent les yeux car trop fines ou trop petites (on ne doit pas être obligé d’activer la loupe), ou encore, le format Excel. »

Points sensibles, voire rédhibitoires : « Un CV qui commence par l’expérience la plus ancienne, cela ne se fait plus, une photo inappropriée, ou un corps de texte supérieur à 14, cela donne l’impression que le candidat hurle, ou encore des couleurs criardes. »

« Sa rapidité de lecture rend un CV plus vendeur » — Thierry Andrieux, fondateur d’Humanessence

Ce qu’il regarde en premier : « L’esthétique globale du CV, il faut qu’elle soit propre et claire pour que les informations soient lues rapidement. Mais la forme ne l’emporte pas sur le fond, si le CV est un château de cartes, il le restera malgré sa forme soignée. »

Son conseil pour permettre une lecture rapide du CV : « Une structure solide, pas de détails qui encombrent comme les logos des entreprises où l’on a travaillé. Même si chacun est libre de faire ce qu’il veut, sachez que le recruteur a besoin de lire vite ce qu’il cherche. » Et vite veut dire dans le sens naturel de la lecture, qui va de gauche à droite et part du haut pour aller vers le bas.

Points sensibles, voire rédhibitoires : « Un CV de trois ou quatre pages au format paysage un CV, ou sous Excel ou PowerPoint, formats que je trouve moins pratiques que le format portrait sous Word. Actuellement, les CV qui piquent vraiment les yeux ou aux effets inutiles comme les couleurs du PSG quand on est fan de foot, sont marginaux. »

La structure des différentes expériences demande le plus d’attention selon nos trois experts. Suivez ce guide :

  1. Durée dans le poste (date en mois/années), suivie du nom de l’entreprise. Les dates peuvant être indiquées au niveau de l’intitulé du poste, notamment quand on en a occupé plusieurs dans la même entreprise.
  2. Fonction (son intitulé précis quand il est parlant pour tout le monde), suivi du type de contrat (CDI, CDI, intérim, stage, alternance…).
  3. Les missions du poste, en listes à puces, par ordre décroissant d’importance.

Enfin, un défaut dans la forme ne suffit pas à écarter une candidature, quand cela arrive c’est que le fond ne convient pas non plus.

Sophie Girardeau

MONSTER Pour trouver mieux


Back to top