Développer le bien-être au travail en développant l’estime de soi

Développer le bien-être au travail en développant l’estime de soi

Notre blog s’est déjà intéressé au développement du bien être au travail dans nos entreprises mais plutôt sur le volet aménagement de temps de pause ou la gestion des risques psychosociaux. Un récent sondage du baromètre Monster.fr indiquait que 70 % des 2276 salariés interrogés estimaient que le bien-être au travail représentait pour leur entreprise « le cadet de ses soucis ».

C’est la raison pour laquelle aujourd’hui nous allons plutôt voir le volet psychologique du bien-être au travail par le biais du développement de l’estime de soi, aidés par un sociologue et psychologue du travail Eric Sutter qui reprend sur son blog M@rs-Lab une grande partie de ses préceptes.

1er Volet : Construction de son identité professionnelle par l’estime de soi

L’estime de soi se définit comme étant un jugement de valeurs porté par soi-même sur soi, qui lorsqu’elle est élevée peut entraîner de la satisfaction et du bien-être au travail alors que lorsqu’elle est faible entraine une insatisfaction générale voire un manque de confiance en soi.

Face à des situations professionnelles complexes comme la prise de parole en public, l’affrontement avec un supérieur hiérarchique colérique, la négociation avec un client de mauvaise humeur, chaque individu fait psychiquement référence à son histoire professionnelle pour identifier des situations équivalentes qui lui serviront de « guide » quant à sa façon de réagir. Sa réaction se conforme à trois référents psychiques intériorisés depuis qu’il travaille voire depuis sa plus tendre enfance :

-  Premièrement, le récit autobiographique que l’individu s’est lui-même construit

-  Deuxièmement, sa faculté à intégrer de nouvelles informations apportées par les nouvelles expériences

- Troisièmement, les évaluations faites par autrui sur lui-même

2ème Volet : Estime de soi : l’importance du jugement des autres

Les entretiens annuels d’évaluation sont l’exemple même du jugement que peut porter un manager sur le travail ou la capacité qu’a un collaborateur à réaliser son travail. Les collègues de travail portent aussi un jugement sur nos capacités. L’influence des opinions des autres est fonction de la confiance que l’on a dans les compétences des personnes qui se sont exprimées. Ainsi le feed-back qui nous est renvoyé, évalue à la hausse ou à la baisse l’image de soi. Plus ces feed-back sont présentés de manière encourageante, plus ils incitent à une revalorisation de l’image de soi. Inversement, plus ils sont présentés de manière décourageante, plus ils incitent à une réévaluation dévalorisante de l’image de soi. Si au contraire, les informations renvoyées à un individu contredisent ce qu’il pense de lui, il se sent menacé dans son identité et dans son estime de soi. C’est d’autant plus grave que ce feed-back intervient lorsque l’entreprise est en crise et dans une conjoncture économique défavorable.

3ème Volet : Le Manager tuteur de l’estime de soi des collaborateurs

Il n’est pas facile d’être Manager de nos jours et de relayer la stratégie de l’entreprise auprès de ses collaborateurs tout en veillant à leur bien-être quotidien au travail et à l’atteinte de leurs objectifs. Il est toutefois quelques conseils que nous pouvons leur donner pour veiller à ne pas détruire l’estime de soi des collaborateurs.

Le Manager doit être vigilant sur certains points :

Entretenir une trop grande distance ou être trop peu disponible à leurs sollicitations

Canaliser difficilement ses émotions ou transférer son stress sur ses collaborateurs

Fixer des objectifs flous ou inatteignables qui ne peuvent conduire qu’à l’échec

Ne pas fournir les ressources nécessaires ni l’autonomie de décision permettant aux collaborateurs d’atteindre leurs objectifs

Emettre en permanence des signes de reconnaissance négatifs et être avare des signes de reconnaissance positif

Humilier ses collaborateurs ou s’acharner sur certains en les transformant en bouc émissaires

Enfin, toujours selon Eric SUTTER, le Manager doit adopter une posture hiérarchique, c'est-à-dire qu’il doit être sensible à la logique de valeurs qui guide ses collaborateurs. Ainsi, un bon manager doit aussi savoir développer l’estime de soi chez ses collaborateurs.