Le multitasking, une fausse bonne idée

Répondre à un mail pendant une conférence téléphonique, rédiger un dossier pendant une réunion…Les exemples de multitasking dans nos vies professionnelle et personnelle sont légions. Pourtant, les études sont formelles, le multi tâche ne rime pas avec efficacité et peut même s’avérer nocif.

 

Un gage d’efficacité ?

Le multi tâche ou l’art de performer plusieurs tâches de manière simultanée est un phénomène que l’on impute au développement massif des techniques d’information et de communication, les TIC. Ordinateurs, smart phones, tablettes, autant d‘outils digitaux censés nous faciliter la vie et aller plus vite. Ainsi, gérer plusieurs choses à la fois constituerait une preuve d’ultra efficacité et augmenterait la productivité pour le plus grand bonheur de l’entreprise. Appeler un client tout en répondant au mail de son manager, est devenue une qualité hautement appréciée des recruteurs.

 

Le mythe du multitasking

Les TIC présentent une multitude d’avantages mais ils donnent aussi l’illusion de gain de temps et de performance. Certes, certains spécialistes estiment que cette élasticité du cerveau est la conséquence directe de l’évolution de l’espère humaine. Ils prédisent même que les futures générations biberonnées aux technologies dès leur plus tendre enfance seront plus à l’aise pour effectuer cette gymnastique mentale. Mais à l’heure actuelle, de nombreux neurologues, sociologues et psychiatres tirent la sonnette d’alarme. En effet, scientifiquement, le multitasking signifierait que lorsqu’on accomplit deux tâches simultanément, le cerveau les traite en même temps. Or, les neurologues français Étienne Koechlin et Sylvain Charron, du Laboratoire de neurosciences cognitives de l’Inserm, ont démontré qu’il était impossible pour le cerveau de traiter plus deux tâches en simultané. Sauf pour des actions instinctives et automatiques comme parler et marcher.

 

Des effets nocifs sur le cerveau

Les interruptions intempestives au travail (qui surviennent toutes les 3 minutes environ pour les managers), le flot d’emails constants, les appels téléphoniques, les collègues et autres SMS augmentent le stress et perturbent la concentration. Or, passer du coq à l’âne accroit la fatigue intellectuelle. Selon Earl Miller, professeur en neuroscience au Massachusetts Institute of Technology, effectuer plusieurs tâches simultanément demande plus d’énergie au cerveau. Le multitasking nuit aussi grandement à l’efficacité. Cette tendance à la dispersion cause un besoin de zapping constant notamment chez les digital natives et amoindrit encore la concentration avec des effets sur le cerveau. En effet, une étude de TNS montre que le multitasking oblige les réseaux des zones du cerveau à entrer en concurrence. Résultat, le système nerveux alterne rapidement les différentes tâches entrainant une baisse de la performance globale qui passe de 20 à 50%. De plus, le temps de réalisation d’une action passe de 30% à 200% avec une augmentation sensible d’erreurs. Pire, le QI de la personne baisserait de 10 points.

 

Maîtriser son attention

Pour éviter de tomber dans le multi tâche à outrance que l’Association Américaine de Psychologie estime être responsable d’une baisse de productivité de l'ordre de 40%, il faudrait d’abord réorganiser ses journées. Cela commence par prioriser ses tâches (tout n’est pas urgent) puis segmenter son temps de travail par phase de 30 minutes, suivie d’une pause de 5 à 10 minutes. En effet, David Meyer, professeur de psychologie de à l’Université du Michigan le répète, le cerveau a besoin de temps de repos. Il faudrait également perdre l’habitude de vérifier ses emails constamment, et même ne pas ouvrir ceux qui ne sont pas de nature urgente. En effet, quand un email vous interrompt au milieu d’une tâche, il vous faudra environ 23 minutes pour retrouver votre concentration initiale. Et si c’était le moment d’aller dans les paramètres de votre boite de réception pour régler la fréquence de réception de vos mails ?

 

Vous souhaitez en savoir plus ? Suivez les dernières actualités de la vie en entreprise