Les 12 villes françaises les plus attractives

Les 12 villes françaises les plus attractives

Villes françaises où on a envie de travailler

Après une année remplie d’incertitudes, nombreux sont ceux qui rêvent d’un autre quotidien. Pour vous aider dans vos recherches, Monster a décrypté l’étude menée par Arthur Loyd, conseil en immobilier d’entreprise, qui a identifié les villes françaises les plus attrayantes pour y vivre et y travailler.

 

  • Les très grandes métropoles : Lyon, Toulouse, Bordeaux
  • Les grandes métropoles : Rennes, Nantes, Montpellier
  • Les métropoles intermédiaires : Tours, Orléans, Brest
  • Les agglomérations de taille moyenne : Valence, Niort, Angoulême

 

La métamorphose des territoires

Le développement des LGV, les transformations structurelles, les projets urbains, l’amélioration des transports, le focus sur l’innovation ont contribué à réorganiser les économies régionales autour des villes. Selon le baromètre réalisé par Arthur Loyd, 84% des créations d’emplois sont, depuis 10 ans, concentrées sur 20 métropoles dont Paris, Lyon, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Aix-Marseille etc. Post-pandémie, ces villes devraient être les plus grands fournisseurs d’emploi. L’économie digitale allant se renforcer, il y a fort à parier que les territoires dotés de talents et de structures adaptées se démarquent davantage. Pour mesurer l’attractivité d’une agglomération, le cabinet s’est basé sur 4 grandes thématiques : les performances économiques, l’immobilier tertiaire et l’accueil des entreprises, la connectivité, le capital humain et l’innovation et enfin la qualité de vie.

 

Les 3 très grandes métropoles les plus attractives (plus d’1 million d’habitants)

N°1 : Lyon 

L’ex-capitale de la Gaulle romaine remporte pour la troisième année consécutive la première place du podium.

Ses points forts : Dotée d’excellentes infrastructures de transport, Lyon possède un très bon niveau de formation d’enseignement supérieur et une vie culturelle riche. C’est aussi la cité de l’innovation : c’est la ville la mieux couverte en très haut débit et qui a enregistré la plus grande levée de fonds réalisée par des startups en 2019

Ses points faibles : La forte augmentation du coût du logement et la mauvaise qualité de l’air  

 

N°2 : Toulouse 

La ville rose fait toujours autant rêver. Reste à savoir comment la capitale de l’aéronautique va sortir de cette crise qui a durement affecté ce secteur.

Ses points forts : Le leader incontesté de l’aéronautique et l’aérospatial a permis d’asseoir l’hégémonie économique de la ville et accroitre son dynamisme démographique. Sans compter sa part importante de diplômés de l’enseignement supérieur et sa réputation de ville connectée.

Points faibles : La réduction des trajets aériens et l’absence de LGV lors de la  crise sanitaire ont montré les limites de ses infrastructures au niveau du transport national.

 

N°3 : Bordeaux 

Bordeaux Aéroparc, Bordeaux InnoCampus ou Bordeaux Euratlantique,  la ville fourmille de projets et a focalisé son développement vers 3 axes principaux : santé, recherche, innovation.

Ses points forts : Son accessibilité grâce à la LGV, ses grands travaux et son cadre de vie très agréable notamment la proximité des plages.

Ses points faibles : La fiscalité locale se révèle peu avantageuse aux entreprises et Bordeaux affiche un certain retard dans l’innovation : c’est l’agglomération de sa catégorie la moins couverte en haut débit. On note aussi peu de cadres dans la fonction conception et recherche et un  positionnement encore faible à l’internationale.  

 

Les 3 grandes métropoles les plus intéressantes (entre 500 000 à 1 million d’habitants)

N°1 : Rennes

Facile d’accès et très agréable, la capitale bretonne serait-elle la ville parfaite ?

Ses points forts : Économie locale et immobilier tertiaire sont au beau fixe. Sans parler de la LGV qui a boosté les activités de son quartier d’affaires EuroRennes. Rennes offre aussi un cadre environnemental très agréable et une pollution en baisse.

Son point faible : Victime de son succès, les coûts du logement s’envolent.   

 

N°2 : Nantes

Élue Capitale Verte en 2013, l’agglomération cumule les bons points : ville étudiante et ultra connectée, climat agréable et géolocalisation idéale.

Ses points forts : Nantes affiche des performances économiques irréprochables avec 66 000 créations d’emplois nettes en 10 ans et une compétitivité dans les domaines de la connectivité et l’innovation.   

Ses points faibles : La pénurie de bureaux dans le centre ville et le quartier Euronantes ont provoqué des hausses de loyers pour les entreprises. On note aussi un manque d’infrastructures de transport national et des coûts de logements en hausse.  

 

N°3 : Montpellier

L’une des premières villes de France à avoir obtenu le label French Tech, Montpellier a brillamment réussi son repositionnement. Elle accueille de nombreuses startups et 75% des entreprises présentes au Business & Innovation Centre évoluent dans le numérique.

Ses points forts : Championne toute catégorie en connectivité et innovation, la ville la plus sportive de France (ex-aequo avec Paris) s’améliore aussi dans les autres thématiques. Sa position géographique très avantageuse facilite son lien avec d’autres villes.   

Ses points faibles : Avec une augmentation de 30% de la population en 20 ans, les répercussions se font sentir au niveau du coût de l’immobilier.

 

Les 3 métropoles intermédiaires les plus séduisantes (de 200 000 à 500 000 habitants)

N°1 : Tours

Ville universitaire, idéalement située près des châteaux de la Loire, Tours est la petite ville qui monte, qui monte, qui monte.

Ses points forts : Deuxième plus grand bassin d’emploi de sa catégorie, c’était aussi (pré-pandémie), une ville de congrès et de tourisme d’affaires d’où son ouverture à l’international.   

Ses points faibles : la flambée des prix pour les locations de logement

 

N°2 : Orléans

On dit d’Orléans que c’est la ville à la campagne. Mais pas que…

Ses points forts : Qui dit marché immobilier tertiaire dit vitalité économique. La ville affiche aussi un faible taux de chômage, un excellent taux de création d’entreprise et un  accroissement du nombre de diplômés enseignement supérieur.  Logique qu’elle détienne la 3ème place du plus grand bassin d’emploi.

Ses points faibles : Elle gagnerait à être mieux connectée aux autres métropoles

 

N°3 : Brest

La deuxième ville bretonne commence à faire de l’ombre à Rennes.  

Ses points forts : La ville portuaire remporte la 1ère place des indicateurs économiques. De plus, 19% des salariés du privé évoluent dans des secteurs de pointe et elle attire autant d’étudiants que Grenoble. Question qualité de vie, Brest atteint la deuxième place du podium. Malgré toutes ses qualités, le coût du logement reste compétitif.  

Ses points faibles : La suppression de nombreuses lignes aériennes suite à la pandémie pointe le besoin d’alternatives de transport national.  

 

Les 3 agglomérations de taille moyenne à fort potentiel (100 000 à 200 000  habitants)

N°1 : Valence

La ville installée sur les bords du Rhône a entrepris un programme massif de renouvellement urbain de certains quartiers

Ses points forts : Sa population augmente comme à Angers, son capital humain qualifié est comparable à Metz. Très accessible, elle détient le meilleur appareil de formation et d’enseignement supérieur de sa catégorie. Valence est aussi riche en aménités urbaines et en offre de soins.

Ses points faibles : La performance économique de son immobilier tertiaire, en baisse cette année,

  

N° 2 : Niort

La capitale française des assureurs mutualistes rassemble près de 120 entreprises du secteur et un campus universitaire performant.

Ses points forts : Niort occupe la 2ème place du classement des performances économiques avec une  économie très tertiaire. Elle possède un taux de chômage parmi les plus bas et malgré son dynamisme démographique, le coût du logement reste accessible.    

Ses points faibles : Les transports et son ouverture à l’internationale

 

N°3 : Angoulême

La capitale de la Charente cumule les bons points. C’est aussi la ville idéale pour ceux qui auraient besoin de se mettre au vert.  

Ses points forts : Angoulême est N°1 en qualité de vie et en immobilier tertiaire. Elle voit aussi son accessibilité renforcée grâce à la LGV. Sans parler d’un cadre de vie très agréable et un prix de l’immobilier constant.

Ses points faibles : Manque d’ouverture à l’international

 

Pour télécharger le Baromètre Arthur Loyd, cliquez ici

 

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Suivez les dernières actualités sur les stratégies de recherche d’emploi en région