Découvrez le top 3 des métiers les plus demandés dans la finance-comptabilité

Découvrez le top 3 des métiers les plus demandés dans la finance-comptabilité

métiers qui recrutent dans la finance-comptabilité

Secteur à la réputation robuste, la finance-comptabilité a su naviguer les écueils de la crise sanitaire. Dans son Guide des Salaires 2021, le cabinet de recrutement Robert Half a identifié 3 profils particulièrement demandés :

  • Responsable Comptable
  • Contrôleur de Gestion
  • Trésorier

 

Moins de recrutements mais un secteur toujours dynamique

La finance-comptabilité fait partie de ces secteurs relativement épargnés par la crise sanitaire. Comparés aux années 2018-2019, les besoins des entreprises restent identiques. « Le recrutement permanent a su se maintenir en 2020 et sur les fonctions cadres, les candidats ont continué à bouger. Les opportunités sont toujours présentes et les recrutements finalisés même si nous ne sommes pas dans les mêmes volumes que les années précédentes. Malgré le contexte de crise sanitaire, on reste sur une tendance de fond dynamique » assure Aurélien Boucly, Associate Business Director Finance & Comptabilité chez Robert Half. « Après tout, ce sont des fonctions absolument essentielles. L’entreprise a besoin de suivi des coûts, de davantage de pilotage et de visibilité pour prendre des décisions ». Dans ce secteur, les demandes souvent concentrées sur les grandes métropoles se focalisent toujours sur trois postes.

 

Le responsable comptable

« Pour ce poste de responsable comptable qui évolue souvent en PME ou en filiale de groupe, on va rechercher un profil capable de prendre en charge l’ensemble de la comptabilité, l’encadrement du pôle comptabilité rattaché au DAF et la production des états financiers en toute autonomie. Pour cela, les entreprises veulent des profils issus d’une formation spécialisée en comptabilité ou fiscalité, dotés d’une expérience professionnelle de 10 ans avec une capacité d’encadrement pour accompagner une équipe en présentiel ou à distance. Le reste dépendra du contexte. A-t-on besoin d’un profil totalement autonome, d’une maitrise de l’anglais, d’une expertise sur un ERP ou un système particulier ? La taille de la structure va également conditionner les rémunérations. Le salaire médian varie entre 50 et 60K€ en fixe mais si la taille de la société est importante, on peut approcher des 70K€ ».

 

Contrôleur de gestion

« Ce sont des diplômés BAC+5 issus d’écoles de commerce ou de Mastère spécialisé en contrôle de gestion avec une expérience demandée, en contrôle de gestion opérationnel en entreprise. Outre son expertise, un contrôleur de gestion doit avoir la capacité d’échanger avec des interlocuteurs variés, mettre en place des procédures, être autonome, proactif et proche des opérationnels. Pour un profil qui possède au minimum 3 ans d’expérience, les rémunérations oscillent le plus souvent entre 45 et 50 K€. Il pourra ensuite évoluer vers des postes d’encadrement comme responsable du contrôle de gestion sur un pôle, une filiale, une zone, une activité et pourquoi pas directeur financier ».

 

Trésorier

« Moins nombreux aujourd’hui, les volumes de recrutement des fonctions liées à la trésorerie et au crédit management ont principalement été effectués au printemps 2020. Dans ce domaine, les recrutements varient. Il y a eu des demandes pour des postes avec un premier niveau d’expérience trésorier, détenteur d’un Bac +5 spécialisé en trésorerie pour un salaire médian autour de 50 K€. Il y a également eu des postes de trésorier groupe ou responsable trésorerie avec des rémunérations qui atteignent 70-80K€. Par rapport à d’autres départements, ces fonctions sont moins représentées en entreprise d’où le volume moins important de demandes ».  

 

2021 : L’incertitude persiste et le télétravail en forte demande

Aujourd’hui, il est difficile d’avoir une visibilité à long terme. La crise sanitaire n’en finit pas et beaucoup d’entreprises sont encore sous perfusion grâce aux différentes aides de l’État. Il n’est pas évident de lister les secteurs qui recrutent selon Aurélien Boucly. « Certes, les éditeurs de logiciels, les sociétés de service ou les sociétés dans l’industrie recrutent. Mais les offres ne dépendent pas forcément d’un secteur mais plutôt de l’état de santé d’une entreprise. On navigue encore à vue, il est compliqué de se projeter à plus de 3 mois. On rencontre tous les cas de figures, des entreprises prudentes, d’autres qui recrutent et celles qui ne remplacent pas les départs ». La pandémie a quand même modifié une donnée dans ce secteur que rien ne semble ébranler. L’intérêt très marqué des candidats pour le télétravail. « Avant la crise, la question du télétravail venait souvent des jeunes diplômés ou des moins de 30 ans qui souhaitaient concilier vie personnelle et vie professionnelle. Aujourd’hui, c’est un sujet récurrent pour les candidats. Dans les offres ou les lettres d’embauche, le travail à distance fait partie du package mais cela dépend encore beaucoup de la culture d’entreprise. Toutes ne sont pas encore prêtes à sauter le pas » conclut Aurélien Boucly.

 

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

- Suivez les dernières actualités sur les métiers de l’audit-conseil

- Découvrez aussi les opportunités d’emploi dans la comptabilité et l’audit à pourvoir et correspond à votre profil.