Les secteurs qui recrutent le plus de commerciaux

Les secteurs qui recrutent le plus de commerciaux

Le commerce se porte bien. Et pourtant, bien que le secteur a généré 1,517 milliards d’euros de chiffres d’affaire en 2017, il a du mal à recruter. Michael Page estime qu’il manque actuellement 200 000 commerciaux et pour les années à venir, les chiffres donnent le vertige. France Stratégies et la Dares tablent sur 827 000 postes à pourvoir dont 276 000 de créations d’emplois d’ici 2022. Plus précisément, le secteur aura besoin de 100 000 vendeurs, 80 000 de technico commerciaux auxquels il faut rajouter 49 000 de créations de postes d’attachés commerciaux. De leur côté, les cadres ne sont pas en reste avec 350 000 postes à pourvoir pour 2021-2022. Des besoins qui se concentrent majoritairement en Ile de France (53 800), en Auvergne-Rhône-Alpes (37 200) et Paca (31 600). De son côté, le CIDJ précise que, depuis 20 ans, le secteur recrute de moins en moins des non-diplômés et favorise les profiles bac +2 et bac +4/5. A l’heure actuelle, les métiers les plus difficiles à recruter sont les télévendeurs, les représentants auprès des particuliers, les ingénieurs et cadres technico commerciaux, les cadres des magasins et les attachés commerciaux.

 

Le commerce de détail : de nouveaux métiers grâce à l’e-commerce

Selon l’analyse de l’INSEE, les ventes du secteur continuent d’augmenter en volume. La vente à distance (notamment sur internet) se développe rapidement et gagne des parts de marché. En 2017, le chiffre d’affaires s’élevait à 506 milliards d’euros. L’enquête de Besoins en Main d’Oeuvre de Pôle Emploi comptabilise 198 000 de projets de recrutements. Parallèlement, le CIDJ relate que 30% des projets de recrutement sont jugés difficiles par les employeurs du secteur. A noter que le e-commerce de l’habillement, produits culturels et tourisme, est lui aussi en pleine croissance. Le CIDJ rapporte que 54% des sites leaders prévoyaient une augmentation de leurs effectifs en 2018 surtout en Ile de France et Hauts de France. Un secteur créateur de nouveaux métiers comme vendeur connecté, chargé de e-commerce, ou encore créateur de showrooms virtuels 

 

La grande distribution : bientôt l’employeur N°1 en France

D’ici 2030, c’est le secteur qui générera le plus d’emplois (avec l’hôtellerie-restauration) pour l’INSEE. Ce secteur qui regroupe les magasins de proximité, supermarchés, hypermarchés met en place des nouveaux services (amélioration des services de drives et commandes en ligne) pour faire face à la concurrence du e-commerce. Avec un turn-over important, le CIDJ estime qu’il y a 100 000 salariés à remplacer aux postes de vendeur, chef de rayon, directeur de magasin et employé libre service.

 

Le commerce de gros : un secteur toujours dynamique

Avec une activité qui progresse, le BMO Pôle emploi recense 70 600 postes à pourvoir et 45% de projets de recrutement considérés comme difficiles. En 2017, le commerce de gros totalisait un chiffre d’affaires de 638 milliards, le premier contributeur de son activité étant le commerce de gros de biens d’équipement de l’information et de la communication ainsi que les équipements industriels.

 

Le commerce et réparation auto/moto : des recrutements difficiles

Les grossistes et détaillants dans la vente et réparation ont vu leur activité progresser grâce à l’augmentation d’achats des voitures neuves. Le commerce d’équipement automobile est également très dynamique juge l’INSEE. La bonne santé du secteur avec 129 milliards d’euros de chiffre d’affaires n’empêche pas que 65% des recrutements sont difficiles selon les employeurs. Le BMO Pôle Emploi projette 25 000 projets de recrutements.

 

Vous souhaitez en savoir plus ?