Skip to main content

Ces métropoles régionales qui n'ont rien à envier à Paris

Ces métropoles régionales qui n'ont rien à envier à Paris

Bouleversement dans le classement annuel des villes les plus compétitives en matière de business. En intégrant des métropoles régionales à son classement pour la première fois en 2010, le cabinet d’audit KPMG chamboule la hiérarchie hexagonale : voilà Paris doublée par Lyon – qui fait directement son entrée au 10ème rang mondial !

Epiphénomène ? Pas du tout ! Ce classement révèle l’émancipation progressive au niveau international des grandes métropoles régionales. Lyon, Marseille, Lille et Toulouse composent ce groupe à part des aires urbaines régionales de plus de 400 000 habitants qui gagnent aussi des points au niveau mondial… Economiquement, culturellement, technologiquement, ces villes prennent leur envol. Les actifs parisiens qui souhaiteraient s’y installer retrouveront facilement leurs repères...

Un rayonnement économique international
Le groupe lillois Oxylane, derrière lequel se cache le distributeur d’articles de sports Decathlon – et ses nombreuses marques « passion » (Tribord, Quechua, Kipsta, Artengo…) est un emblème de la réussite des entreprises de l’agglomération. Son développement international donne le tournis : après l’Europe, l’Asie, l’Amérique Latine – voici que la société prend pied aux Etats-Unis ! Fin Août, le groupe de Villeneuve d’Ascq annonce l’ouverture d’un « mégastore » et d’une base logistique en Californie… Les infrastructures logistiques de ces villes, leur rapide connexion aux autres capitales européennes leur ont donné des ailes. Pensez-donc : Lille est à 1h20 de Londres, 35mn de Bruxelles, 2h40 d’Amsterdam, et 1h de Paris. Seule Toulouse peut paraître enclavée… mais le rayonnement mondial de son industrie aéronautique attire de nombreux cadres et ingénieurs étrangers. Aurélie, consultante en relocation à Toulouse, le confirme : « depuis 10 ans, nous accompagnons des expatriés venus d’horizons toujours plus variés : les allemands ont été les premiers, suivis des anglais, des américains, des espagnols et maintenant des chinois ».

Des capitales culturelles à part entière…
Après Lille en 2004, Marseille sera en 2013 la capitale européenne de la culture. Et ce n’est pas un hasard si la cité phocéenne a coiffé Lyon sur la ligne d’arrivée : l’offre culturelle des métropoles régionales n’a (quasiment) plus rien à envier à Paris et aux capitales européennes. Ainsi, les expositions et les festivals y enregistrent des affluences record ces dernières années. A Marseille en 2009, l’exposition consacrée à Van Gogh et Monticelli a attiré quelques 170 000 visiteurs, au-delà de toutes les projections. Les Nuits de Fourvière, qui sont devenues le rendez-vous estival des lyonnais, ont accueilli plus de 120 000 spectateurs en 2010 et réuni un plateau prestigieux : Alain Souchon, Vanessa Paradis, Keith Jarrett, M… Non, il n’y a pas un désert culturel en Province !   

L’enseignement supérieur et les nouvelles technologies
Les métropoles régionales sont également rentrées de plain pied dans l’économie « du savoir ». Toutes ont développé des pôles d’expertises forts, permettant la collaboration entre universités, laboratoires, entreprises et pouvoirs publics. Lyon est ainsi devenue en quelques années l’un des principaux pôles européens des « CleanTech » : environnement, transports, recyclage, éco-construction, biomasse... sont représentés par de nombreux acteurs publics et privés qui collaborent entre eux. Marseille essaime de son côte de nombreuses startups – en particulier orientées web et électronique. La société marseillaise Miyowa développe par exemple des solutions de convergence pour réseaux sociaux. Ses innovations la classent parmi les 100 startups les plus innovantes en Europe dans le palmarès Red Herring, une référence dans la Silicon Valley. A Toulouse, les laboratoires du LAAS imaginent la maison de demain aux côtés d’industriels comme Total ou EDF : automatismes, robots, économies d’énergie, sécurité… A Lille, le déclin de la vente par correspondance ouvre la voie au e-commerce. Le Salon VAD-Ecommerce qui se tient dans la capitale nordiste au mois d’octobre est devenu un rendez-vous européen du secteur. On voit aussi fleurir des dizaines de sociétés de services ou de logiciels dans le domaine. La société Cheetahmail, basée à Roubaix, est l’un des leaders de la gestion d’e-mailings en France… et a été rachetée par le groupe américain Experian.

Quelles opportunités professionnelles ?
Ces quatre villes ont la particularité de proposer des bassins d’emploi et un tissu économique assez comparables à la région parisienne. La présence de grands groupes nationaux et internationaux offre des opportunités dans les fonctions « siège », les fonctions orientées « international » et les métiers du tertiaire supérieur (conseil, finance, droit…). Les fonctions cadres y sont donc plus représentées qu’ailleurs en régions. Il faut bien connaître l’histoire industrielle de chaque ville pour en comprendre les opportunités. Grande distribution à Lille signifie achats, logistique, et e-commerce. La vieille filière chimique à Lyon a entraîné de nombreux secteurs : l’environnement, l’industrie pharmaceutique, les équipements industriels ou les énergies nouvelles. L’aéronautique à Toulouse ouvre aussi à l’ingénierie et à la recherche fondamentale sur les matériaux composites… Sachez enfin, si vous souhaitez créer ou reprendre une entreprise, que ces quatre villes proposent une offre très structurée pour l’accueil d’entrepreneurs.

 

PROVEMPLOI, le Salon pour Vivre et Travailler en Province
Chaque année, 200 000 franciliens partent s'installer en régions : pourquoi pas vous ? Rendez-vous le mardi 12 octobre au Salon PROVEMPLOI à Paris, Espace Champerret. Plus de 20 000 offres d'emplois, de 10 000 opportunités de création et de reprise d'entreprise, des concepts en franchise, des solutions pour travailler en freelance, des régions à découvrir, des conférences et des ateliers pour vous aider dans votre projet... Depuis Paris, réalisez vos projets en régions - en ville ou à la campagne !

Plus d'informations sur www.provemploi.fr
Invitations gratuites sur www.provemploi.fr/invite