Skip to main content

Jeunes, soyez mobiles tant que c’est facile

Jeunes, soyez mobiles tant que c’est facile

Dans un contexte où tous les marchés sont connectés, la mobilité géographique est une obligation si vous ne voulez pas d’un parcours étriqué.

« On gagne des années d’expérience en étant mobile. » Par ce constat, Julien Frutoso, directeur senior chez Page Personnel Lyon, confirme l’impact positif de la mobilité géographique sur la carrière mis en exergue par différentes études depuis des années. En 2000 par exemple, les travaux de Chantal Brutel, Maryse Jegou et Carole Rieu, de l’Insee, – La mobilité géographique et la promotion professionnelle des salariés : une analyse par aire urbaine – en faisaient état : « La mobilité géographique et la promotion professionnelle des salariés sont étroitement liées. » En 2010, les résultats du 1er Observatoire réalisé par l’IFOP sur « la mobilité géographique en France », indiquaient que le phénomène touchait 40% des moins de 35 ans (contre 24% des 35-49 ans et 17% des 50-64 ans), et que 76% des personnes mobiles franchissaient les frontières de leur département, 44% avaient changé de région et 14%, de pays.

« La mobilité chute avec la rencontre du conjoint »

C’est aux jeunes de 23 à 27 ans (environ) que s’adresse Julien Frutoso, avant qu’ils ne se sédentarisent par désir de construire quelque chose dans leur vie personnelle. « La mobilité chute avec la rencontre du conjoint », constate-t-il en effet. En début de carrière, bon nombre de candidats sont ouverts à une mobilité sur l’ensemble du territoire, « certains visent la France entière et Paris, notamment pour les fonctions implantées aux sièges comme le marketing, d’autres visent la France entière mais pas forcément Paris et sa région », ajoute-t-il. Les Millennials, qui restent urbains où qu’ils aillent, suivront sans mal le conseil de viser les métropoles régionales les plus dynamiques en termes d’emploi.

Pour pas mal d’entre vous, chers jeunes, la mobilité géographique a débuté avec le choix d’une école ou d’une université loin de chez vous, elle s’est poursuivie avec un ou plusieurs stages à l’étranger – c’est néanmoins plus vrai pour les étudiants qui visent un Bac+4/5 que pour les autres. Vous êtes, aux dires de notre interlocuteur, moins sédentaires qu’avant et vous avez raison, vous avez tant à gagner à bouger.

« Les évolutions en entreprise sont plus rapides »

« Être promu implique souvent un déplacement géographique. Inversement, changer de lieu de résidence favorise l’avancement », indiquait au début du siècle l’étude de l’Insee citée plus haut. C’est toujours vrai en 2016. En étant mobile d’une ville, d’un département, d’une région à l’autre, vous ouvrez le champ des possibles, accédez aux opportunités de l’ensemble de votre bassin d’emploi, puis de tout l’Hexagone. « Les évolutions en entreprises sont aussi plus rapides, la mobilité géographique permet d’être reconnu, elle accélère clairement la carrière », souligne Julien Frutoso.

L’occasion de muscler des compétences dont les entreprises sont friandes

En outre, la mobilité muscle des compétences comportementales (soft skills) que les entreprises prisent : adaptabilité, vivacité, ouverture d’esprit. « Cela apporte aussi de la maturité puisqu’on est confronté à plein de sujets auxquels on n'aurait pas pensé en restant au même endroit », poursuit notre interlocuteur. Chaque changement de territoire est l’occasion d’être amené à gérer vos priorités et votre stress, d’être à nouveau le nouveau dans une équipe. « On devient plus efficace dans la gestion de son quotidien personnel : trouver un nouvel habitat, créer un nouveau réseau, régler des questions administratives à chaque fois », note-t-il.

Être mobile fait mieux comprendre le fonctionnement du monde

Vous découvrez des environnements et des marchés différents, vous comprenez mieux le fonctionnement du monde en étant mobiles d’une région à l’autre, et a fortiori d’un pays à l’autre. « C’est une expérience de vie extrêmement riche et plus on est habitué à bouger tôt, moins on en a peur ensuite », conclut Julien Frutoso.

Sophie Girardeau


Back to top