Nouveau dans la boîte ? 6 comportements à éviter !

Nouveau dans la boîte ? 6 comportements à éviter !
Untitled Document

Félicitations, le job est à vous ! Mais si vous pensez que le plus dur est fait, alors vous vous mettez le doigt dans l’oeil. Les premières semaines au sein de votre nouvelle enterprise vont être cruciales, et détermineront largement si votre avenir dans ces nouveaux murs ressemblera au paradis ou plutôt à l’enfer.
Rien à voir avec vos compétences techniques pour mener à bien votre mission. Nous parlons ici de votre comportement et de votre manière de vous intérgrer, ou pas, à votre nouvel environnement de travail. Voici 6 comportements qu'il vous faudra à tout prix éviter.

Ignorer la culture d’entreprise.

Ouvrez grands vos yeux, et tendez l’oreille. Comment communiquent vos nouveaux collègues ? Coups de fil, emails, messagerie instantanée, ou bien les conversations en face à face sont-elles privilégiées ? Adoptent-ils un look soigné ou plutôt décontracté ? Callez votre comportement sur le leur. Si certains aspects de la culture d’entreprise sautent aux yeux et ne vous auront certainement pas échappés au fil des entretiens de recrutement, d’autres sont plus subtiles à détecter. Pour les repérer, rien de mieux que d’arriver au bureau avec un peu d’avance et rester un peu plus tard que vos collègues. Vous aurez tout le loisir d’observer leurs comportements à des moments clés de la vie de l’entreprise, quand la ‘pression’ n’est pas encore montée ou, à l’inverse, quand elle redescend . Ces moments sont aussi propices aux confidences et aux conversations informelles au cours desquelles vous recevrez quelques conseils bien utiles pour comprendre ce qui se fait et ce qui ne se fait pas dans votre nouvelle entreprise. Une étude menée par Monster début 2010 montrait ainsi que quasiment quatre salariés français interrogés sur cinq (77%) considèrent la pause café du matin comme un moment essentiel dans la vie de l’entreprise, pour tisser de bonnes relations au bureau (65%) ou pour se tenir au courant des bruits de couloirs (12%).

Montrer de l’arrogance


Au delà des compétences que vous possédez et qui vous ont permis de décrocher le job, vous détenez une autre qualité précieuse (qui elle, ne durera pas) : un oeil neuf sur l’entreprise que vous venez d’intégrer.
Votre patron le sait bien et compte sur vous pour lui faire part de vos observations et pistes d’amélioration. Ce qui ne signifie aucunement que vous êtes autorisé à dire tout ce que vous pensez !
Sachez user de ce privilège avec intelligence, c'est-à-dire sans arrogance. Ne vous tirez pas une balle dans le pied en vous offusquant ‘d’anomalies majeures dans les process, inacceptables à ce niveau’, car quand bien même vous auriez raison, vous n'avez rien à gagner à être peremptoire et n'avez pas été embauché pour saper le moral de vos collègues ou de votre patron (qui d’ailleurs pourrait bien les avoir instaurés lui-même, ces process…)
N’en faites pas trop non plus sur votre précédente boite ‘qui, elle, avait tout compris’, préférez exposer des solutions qui ont porté leurs fruits au cours de vos expériences. Bref, faîtes preuve de modestie, tout en faisant preuve d'un esprit constructif.
 
Longer les murs

Pas d’arrogance, certes, mais de la présence ! Ne laissez pas votre timidité freiner le développement de vos relations au bureau, n’attendez pas que l’on vous sollicite pour entrer en contact avec vos nouveaux collègues. rendez-vous rapidement visible et montrez votre envie de vous intégrer, pas de vous imposer.

Avancer dans le brouillard

Difficile de produire un travail de qualité quand on ne sait pas exactement ce que l’on attend de vous.  N’hésitez pas à demander à votre manager de clarifier les points qui le méritent, quand bien même il l’aurait déjà fait. Redemandez quel périmètre de responsabilités vous est confié, comment votre performance sera mesurée… Mieux vaut demander à votre N+1 de se répéter que d’aller tout seul dans le mur. Soyez tout de suite dans l'action, pas dans la passivité.

Refuser d’admettre ses erreurs.


Tout le monde fait des erreurs, et les nouvelles recrues en font souvent plus que les autres. Rien d’anormal à cela. La seule erreur à ne pas commettre est celle qui consisterait  à croire que si vous cachez vos fautes, personne ne les remarquera. Misez plutôt sur votre sens de la responsabilité, vos capacités à apprendre, corriger et à continuer d’avancer.  C’est cela qui paie !

Ne pas demander de feedback


Inutile d’attendre votre revue de performance, dans six mois ou un an, pour savoir ce que pense votre supérieur de votre travail.  Lui-même serait quelque peu étonné que vous ne cherchiez pas à connaitre son ressenti au bout de quelques semaines. Proposez lui d'échanger sur ce qui fonctionne bien et les points qui pourraientt être améliorés. C’est une démarche constructive qui montre votre envie d’aller de l’avant.