Reconversion professionnelle en pleine crise : est-ce bien raisonnable ?

Reconversion professionnelle en pleine crise : est-ce bien raisonnable ?

Reconversion professionnelle en pleine crise

Crise et reconversion font-elles bon ménage ? Peut-on envisager un changement de parcours professionnel dans un climat économique aussi incertain ? Un sujet complexe analysé par Sylvaine Pascual, coach spécialiste de la reconversion et fondatrice du cabinet Ithaque Coaching qui rappelle quelques règles essentielles si on envisage de se reconvertir :  

 

  • Nuancer le phénomène reconversion
  • Explorer son projet très concrètement
  • Mener son introspection
  • Avoir une vision à 360 degrés de son futur job

 

Faire preuve de nuance sur la reconversion

La recherche constante d’une vie meilleure passe pour beaucoup par la quête d’un nirvana professionnel où travailler serait une source de bien-être constant. En pleine crise sanitaire, c’est même devenu un fantasme prégnant. L’Étude de Rémunérations 2021 de Michael Page indique d’ailleurs qu’1 actif sur 2 envisage une reconversion professionnelle dans les 2 prochaines années. Sylvaine Pascual regarde ces chiffres avec prudence. « Il faut relativiser ce genre d’études qui peuvent présenter une vision biaisée des choses. Idem pour les statistiques qui englobent dans la reconversion, changement de job et de secteur. On peut observer des tendances sans pour autant en tirer une généralité ».  

 

Se reconvertir : une question personnelle

La crise sanitaire va certainement pousser les salariés de secteurs touchés à remettre en question la viabilité de leur avenir professionnel. Pour d’autres salariés, la pandémie a cristallisé des envies déjà existantes. Mais le sujet est plus complexe qu’il n’y paraît. « La reconversion dépend des individus et des situations. Si vous avez envie de changer de métier, prenez le temps d’effectuer une veille de ce qui est en train de se passer maintenant y compris sur votre métier actuel. Les secteurs évoluent, les métiers vont continuer à muter. Ces évolutions sont des pistes à explorer qui pourraient rendre votre job actuel plus intéressant ou à l’inverse incompatible avec vos envies ».

 

Explorer son projet et mener son introspection

Comment engager ce processus de changement professionnel ? « Même si vous avez une vague envie d’exercer un autre métier, commencez par une phase d’exploration. La réflexion n’est pas une prise de risque, c’est ce qui va déterminer si c’est une bonne idée ou pas. Envisagez la possibilité de changer de métier comme si vous aviez décidé de le faire, sans aucune barrière et dans toutes ses dimensions opérationnelles comme la formation, les aides, les financements nécessaires ». Autre impératif, prendre en compte une baisse de revenus probable. « La question financière est indispensable. Si on saute le pas sans avoir une vision concrète de cet aspect, attention aux mauvaises surprises et aux échecs ».

Sylvaine Pascual suggère également de travailler sa connaissance de soi pour éviter les erreurs de parcours. « De nombreuses personnes se reconvertissent très bien sans accompagnement. Mais pour d’autres, arriver à objectiver ses croyances est épineux. Il est impératif de définir vos traits de personnalité et les valeurs que vous pouvez utiliser pour faire vivre ce projet ». Mais à quel moment s’interroger sur son désir de reconversion ? Pour la fondatrice d’Ithaque, le pourquoi n’est pas la question centrale même si elle va forcément surgir pendant le processus d’exploration. « Bien sûr, vous pouvez identifier ce qui a manqué à votre vie professionnelle pour évaluer ce dont vous avez besoin de trouver dans votre vie future. Et c’est au cours de l’exploration, que vous pourrez déterminer si c’est une envie ou simplement une insatisfaction. L’introspection et l’investigation s’alimentent mutuellement ».  

 

Déboulonner les mythes de votre futur métier

Ce projet de reconversion ne tolère pas les approximations mais des informations concrètes. Il faut envisager une immersion en amont pour avoir une vision à 360 degrés et éviter les mauvaises surprises. « Au fur et à mesure de l’élaboration du projet, on peut réaliser que les formations sont trop longues, le financement compliqué. Il faut explorer la réalité et les possibilités de ce métier en rencontrant des gens qui exercent ce métier, en passant quelques jours à leurs côtés pour comprendre comment ils vivent ce métier. À leur contact, vous aurez un tableau global et détaillé des possibilités. Si vous rêvez de devenir boulanger, ne vous limitez pas au pétrissage du pain mais examinez tout son quotidien : décharger les sacs de farine, traiter avec les fournisseurs, faire la comptabilité. Toutes ces informations permettront de prendre une décision en connaissance de cause » rappelle Sylvaine Pascual. Et de passer à la mise en œuvre de votre projet de reconversion professionnelle.

 

 

Vous souhaitez en savoir plus sur la reconversion professionnelle ?