Skip to main content

Postuler pour un emploi loin de chez soi : nos 10 conseils

Postuler pour un emploi loin de chez soi  : nos 10 conseils

Les actifs sont de plus en plus fréquemment amenés à déménager, à changer de ville, de région ou de pays pour suivre des opportunités professionnelles. Environ 1.2 million de Français changent de région chaque année – et près d’un actif sur trois a déjà déménagé pour des raisons professionnelles… Les nouveaux outils de candidature, la diffusion d’offres d’emploi sur internet ont rendu plus facile la candidature à distance. Si vous habitez la région parisienne, vous pouvez ainsi répondre à des offres sur Monster pour des postes à Sélestat, Compiègne, Tulle, Cholet, Briançon, Beauvais, Digne-les-BainsBruxelles et même Dubaï !

Attention pourtant : s’il est aujourd’hui plus facile d’envoyer son CV par e-mail à l’autre bout du pays qu’à l’époque de la bonne vieille lettre manuscrite, certaines questions se posent toujours. Ma candidature sera-t-elle prise au sérieux  à plus de 600 kilomètres de mon domicile actuel ? Le recruteur préfèrera-t-il les candidatures locales ?

Un préalable essentiel s’impose : rappelez-vous que l’objectif de toute candidature est d’être reçu en entretien. Avez-vous bien réfléchi aux questions que se pose un recruteur de Brest quand il reçoit un curriculum vitae parisien ? Vous êtes vous demandé ce que pense un employeur alsacien quand il reçoit la candidature d’un basque ? L’exemple prête à sourire, mais la réalité n’est pas rose lorsque l’on interroge les recruteurs. Nombreux sont ceux qui avouent regarder et traiter en priorité les candidatures locales : «Si j’ai la compétence sur place pourquoi irais-je la chercher ailleurs ?» « Pour des raisons de mentalité, nos clients préfèrent avoir à faire à des gens de la région ». Ou encore parce qu’aujourd’hui «les candidats répondent en rafale aux offres d’emploi sans savoir où se trouve le job ».

Vous l’avez compris : il faut se mettre à la place du recruteur, comprendre ses attentes et ses appréhensions, pour mettre toutes les chances de son côté… Voici nos 10 conseils pour réussir une candidature à distance :

Candidater à distance : le test de la Lettre de Motivation et du CV…

1/ Être mobile « toute France » sur son CV ne veut rien dire pour un recruteur. Qui est vraiment prêt à travailler dans les îles Kerguelen ? Personne. Annoncez donc concrètement vos souhaits de mobilité. Et n’hésitez pas à être précis sur la/les régions, le/les départements ou mieux – la/les agglomérations ciblées. Catherine Hankiss, responsable recrutement et mobilité chez GFI Informatique est catégorique : « Il faut préciser dans sa lettre de motivation son désir de mobilité vers des zones bien précises ».

2/ N’hésitez pas à personnaliser votre candidature. Selon l’annonce et la localisation du poste, il est conseillé d’adapter son CV et sa lettre de motivation. Insérer la mention « en cours de mobilité à Nice » ou « souhait de mobilité en région Aquitaine » dans votre CV confirmera le sérieux de votre démarche. Nous vous conseillons d’expliquer les motifs de votre recherche dans la zone dès la lettre de motivation. Ces précautions apporteront ainsi un crédit supplémentaire à votre candidature.

3/ Certains recruteurs vous mettront en garde : « afficher » une adresse dans la région n’est pas forcément un gage de succès si vous n’y résidez pas. Cette manœuvre sera difficile à justifier si le recruteur exige de vous rencontrer dans la semaine ou s’il vous propose une prise de poste immédiate. Toutefois, si vous disposez « d’attaches » dans la région (familiales, amicales…), rien ne vous empêche de faire apparaître deux adresses. C’est même conseillé…

4/ La candidature spontanée reste de loin la plus appréciée – en particulier dans les PME. Elle témoigne de votre motivation et de du sérieux de vos recherches. Nous vous conseillons donc (aussi) de prospecter en direct dans les régions qui vous intéressent auprès des employeurs de la zone.

Candidater à distance : réussir l’entretien téléphonique…

5/
Un recruteur vous appelle ; il convient d’abord de recadrer le sujet. Commencez par demander de quelle offre il s’agit. Rappelez ensuite votre position géographique. Si le recruteur l’a bien assimilée, il vous laissera le temps de vous organiser pour un entretien « physique » (réservation de train, avions, hôtels, location de voiture, etc…)

6/ Dans un premier temps, proposez un entretien téléphonique de manière à confirmer votre intérêt pour le poste et à juger la valeur de cette proposition. Proposez des créneaux horaires qui vous conviennent et qui vous permettront d’être au calme. Si le recruteur ne veut pas perdre son temps, vous non plus !

7/ Si vous évoquez déjà un entretien physique, évitez d’aborder trop précipitamment la question du remboursement des frais de transport. Ne comptez que sur vous-même ! Votre quête de changement a un prix, et commence par le déplacement à l’entretien.

Candidater à distance : L’entretien physique

8/ Vous êtes convoqué(e) à un entretien « physique » ? Bravo ! Premier conseil : si vous ne connaissez pas bien la région, rendez-vous sur place dès la veille – vous pourrez mieux appréhender ce nouveau cadre de vie et l’évoquer lors de votre rendez-vous. Pensez à associer votre conjoint à cette démarche. Faites par exemple des repérages ensemble à l’occasion d’un week-end ! Les recruteurs apprécieront tout particulièrement cet investissement…

9/ Projetez-vous dans le poste et dans l’entreprise ! Comme pour toute offre d’emploi, l’entretien se déroulera dans un ordre logique. On tâchera de vous présenter le poste, son intérêt pour l’entreprise et ses perspectives. On mesurera à votre curiosité votre niveau de motivation et de dynamisme. Questionnez votre interlocuteur, digérez les informations et élargissez vos champs de réflexion. Quelle vision le recruteur a-t-il de ce poste à trois ans ? Quels sont les projets de l’entreprise ? Comment l’équipe est-elle organisée ? Quelle sera votre valeur ajoutée ?

10/ Abordez par vous-même les questions relatives à votre mobilité. Vous devez connaitre votre disponibilité avant cette rencontre (en particulier la durée de votre préavis) et savoir approximativement quand vous pourriez débuter. La question des contraintes familiales (conjoint, enfants) est capitale. Le recruteur aura du mal à vous interroger sur ces sujets – annoncez la couleur spontanément: Votre conjoint travaille-t-il ? Cherche-t-il un emploi dans la région lui aussi ? Comment envisagez-vous les premiers mois d’installation ? Car, si vos compétences sont bien confirmées par le recruteur, ce sont avant tout vos capacités d’adaptation qui vous ouvriront les portes de l’entreprise…  

Si vous appliquez à la lettre ces dix commandements, tout devrait bien se passer pour vous. Et rassurez-vous, les temps changent. L’époque où les sociétés bretonnes ne juraient que par des candidats « made in Breizh » semble révolue. Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à s’ouvrir aux candidats d’autres régions. Catherine Hankiss de GFI Informatique peut en témoigner. « Nous organisons à Paris depuis 10 ans des sessions de recrutement « Cap à l’Ouest » et « Cap à l’Est ». Les recruteurs régionaux se déplacent eux-mêmes à Paris pour rencontrer des candidats en démarche de mobilité. Nous avons embauché pas moins de 1 000 parisiens en régions depuis nos débuts ! »
 

 

MONSTER Pour trouver mieux


Back to top