Skip to main content

Quatre bonnes pratiques pour négocier votre salaire

Quatre bonnes pratiques pour négocier votre salaire

Négocier son salaire

Vous avez des difficultés à parler argent avec votre manager ou avec un recruteur ? Découvrez les étapes à suivre pour négocier son salaire ou un package salarial avec Thibault Gautherot, Managing Consultant IS & Data pour Robert Walters.

Bien négocier son salaire, c’est se préparer en amont

Première règle, ne comptez pas sur votre sourire ou votre attitude positive pour obtenir ce que vous souhaitez : plutôt que d’attendre, demandez l’augmentation ! Pour négocier son salaire avec son N+1 ou évoquer son salaire avec son employeur potentiel, il faut au préalable préparer des arguments solides et prendre le temps d’identifier ses moteurs. « Tout se joue sur la préparation estime Thibault Gautherot. Dans un premier temps, il faut voir comment on se positionne vis-à-vis du marché. Cela passe éventuellement par la rencontre avec un cabinet de recrutement ou en analysant les études de rémunération publiées chaque année. Dans un deuxième temps, les collaborateurs en interne peuvent aussi essayer de comparer leur situation par rapport à leurs collègues pour connaitre la limite qu’il sera difficile de franchir ».

Cette analyse peut parfois révéler qu’un nouveau package salarial n’est finalement pas la motivation première du salarié. « Je rencontre beaucoup de candidats qui mettent en avant le critère majeur de rémunération. Quand ils creusent un peu, ils réalisent que ce n’est pas le moteur primordial. Finalement, ils ont plus envie d’évoluer en interne ou agir sur un paramètre plus grand. Il ne faut négliger le contenu du poste et l’environnement, cela fait partie du package même si ce n’est pas financier ».

Réfléchir à sa valeur pour négocier son augmentation

Prendre le temps de regarder autour de soi permet de se rendre compte (si on l’a oublié) qu’il est peut-être temps de négocier son salaire. Pour le consultant IT, « faire cet effort de voir le monde extérieur peut mettre le salarié en position de force ».

Au-delà des arguments liés au positionnement du marché, il faut aussi justifier les mérites de cette demande en se basant sur d’autres arguments factuels comme les missions remplies en dehors du scope de la description de poste ou l’égalité salariale femmes-hommes. « Dans le cadre d’une négociation de salaire, il faut miser sur une approche en finesse pour valoriser le travail effectué en termes d’expertise, de temps investi, de retombées pour le manager et l’équipe. Il faut être très concret, donner des chiffres. Le salarié peut également partager ces frustrations tout en recherchant un compromis pour obtenir gain de cause ».

Se baser sur du factuel permet aussi d’éviter de tomber dans le piège du discours émotionnel « rédhibitoire et contre productif » selon Thibault Gautherot.

Anticiper différents scénarios de réponses

« Avec tous ces éléments en tête, il faut ensuite envisager les réponses possibles du manager. Si la requête est acceptée, je conseille de s’appuyer sur l’analyse faite au préalable pour définir une rémunération cible. Pour éviter d’être trop contraignant, mieux vaut raisonner en termes de fourchette tout en s’assurant que le bas de cette fourchette corresponde bien à une rémunération acceptable. Il est aussi important de bien valoriser le package dans sa globalité. En effet, certaines entreprises rétribuent uniquement sur du fixe, d’autres mettent en avant une partie variable additionnelle ou encore une participation ».

Il est aussi possible que la requête soit refusée. Là encore, le travail d’anticipation participe à une réaction mesurée réagir face à cette décision. « Le salarié peut faire comprendre à son manager que la situation ne lui convient pas avec les conséquences que cela peut entraîner. Mais il peut aussi travailler avec lui à un compromis. Mettre en place un chemin à suivre pour atteindre des objectifs et obtenir une évolution ou une éventuelle rémunération ».

Choisir son moment pour négocier son salaire

Souvent, le sujet de l’augmentation de la rémunération intervient au moment de l’entretien annuel d’évaluation. « Le sujet de la rémunération est de moins en moins un sujet tabou, c’est une discussion qu’on peut avoir de façon transparente avec son manager. En février, on fait le bilan de l’année précédente et c’est à ce moment que les bonus ou les variables sont octroyés. Je pense qu’il est un peu tard pour avancer des arguments. Il faut déjà avoir sensibilisé son manager deux mois avant car dans certaines structures, la décision ne dépend pas uniquement du manager. ».

Quid des nouveaux collaborateurs qui envisagent de parler rémunération parce qu’ils auraient mal négocié leur salaire d’entrée ? « Pour pouvoir prendre la pleine mesure du poste et avoir une vision juste sur l’entreprise et sa politique de rémunération, il faut attendre au moins un an avant de faire la demande sauf si le collaborateur détecte un écart très fort avec d’autres salariés. Il peut alors se servir de sa période d’essai comme un levier de négociation ».

Négocier son salaire lors du processus d’embauche

Certains candidats ne sont pas à l’aise pour évoquer le package salarial face au recruteur. Qu’ils se rassurent, c’est au recruteur d’aborder la question du salaire d’embauche. « Lors de l’échange téléphonique de pré-qualification, l’entreprise présente le poste, interroge le candidat sur sa rémunération actuelle et ses prétentions salariales pour ce nouveau poste ». La suite du recrutement va dépendre de l’interlocuteur. Si c’est un N+1, « la rémunération n’est pas évoquée car il préfère privilégier ce temps pour comprendre le parcours du candidat, détailler le poste etc. En général, les RH en parlent lors du second entretien. Le candidat possède davantage d’éléments concrets sur le poste, la complexité des tâches, la volumétrie du travail pour négocier le salaire ».

Dans l’hypothèse où le premier entretien se déroule avec les RH, le sujet sera évoqué par le recruteur qui « n’a pas nécessairement les compétences pour rentrer dans le détail du poste et va communiquer les éléments transmis par le manager ». Quel que soit l’interlocuteur, Thibault Gautherot a un dernier conseil pour négocier son salaire. « Lors de cette phase de découverte, il faut être transparent sur son salaire et ses attentes. Gardez en tête que vos prétentions peuvent évoluer en fonction des informations supplémentaires communiquées au fil des entretiens ».

Postulez aux offres qui correspondent à vos attentes salariales

Avant de négocier votre salaire, il vous faudra passer un entretien de recrutement ou faire le bilan sur votre carrière actuelle, non ? Pensez à créer votre profil candidat Monster afin de rester à l’écoute du marché ! Au programme, des annonces totalement gratuites et un contact direct avec les recruteurs.


Back to top