Skip to main content

Quels sont les nouveaux profils de l’audit-conseil ?

Quels sont les nouveaux profils de l’audit-conseil ?

Traditionnellement le secteur de l’audit-conseil accueille des profils issus d’écoles de comptabilité, de commerce ou d’ingénieurs. « Néanmoins, les besoins sont tellement nombreux que le secteur est obligé de s’ouvrir à l’extérieur. C’est un marché en quête de talents, favorable aux candidats » explique Abdelhamid Benhamma, directeur de la division comptabilité finances chez Page Personnel. Ce sont les métiers de conseil qui s’ouvrent en particulier à de nouveaux profils.

Des profils digitaux et sécurité IT

Cette ouverture est en partie due à la tendance massive de la digitalisation, une orientation qui a par ailleurs boosté le marché du conseil de 6,2% en 2017. « Le profil digital ou sécurité est rare donc très demandé. D’ailleurs, le besoin est tel que l’on ne recherche pas forcément des profils expérimentés ». Selon Michael Page, un métier très recherché en 2019 sera le consultant digital. Sa mission est d’accompagner ses clients dans la mise en place ou la transformation de sa stratégie web notamment en développant des processus web efficaces. Il est chargé de l'audit de la situation de son client puis met en place une stratégie digitale adaptée aux besoins et aux attentes de son client (médias sociaux, environnement mobile ou web, SEO...) et son déploiement. En début de carrière, un consultant digital pourra viser une rémunération entre 40 à 45 k€.

Des profils issus du secteur Banques et Finances

Selon l’Etude de rémunérations 2019 de Page Group, les banques et assurances sont un véritable levier de croissance pour les gros cabinets. « Le secteur recherche des consultants avec un background en banque et assurance, capables d’évoluer sur des services financiers et autour de ces spécialisations ». Ils peuvent aussi être amenés à suivre et à conseiller au niveau réglementaire les gros clients car toujours selon l’étude, « les connaissances RGPD vont être la denrée rare pour les cabinets sur l'année 2019 ».

Des profils plus transversaux

« La capacité à participer à des projets transverses liés à la dématérialisation ou au déploiement d’outils informatiques chez les clients est un atout » annonce l’étude. Abdelhamid Benhamma évoque des cabinets qui recherchent des candidats « capables de rassembler les problématiques de développement et d’organisation d’une société ou d’un projet. C’est aussi une logique de diversification de ces gros cabinets ». Comme par exemple le consultant en organisation qui travaille sur la mise en place des processus d’une entreprise, afin de s’aligner à la stratégie et aux objectifs de la Direction. Il interagit avec l’ensemble des métiers d’une entreprise : Finance, Achats, Commercial, IT, Marketing, Ressources Humaines... Il intervient auprès des différentes directions opérationnelles pour accompagner la transformation de l’entreprise et la réorganisation attendue. Son rôle va de l’audit de la situation jusqu’à la mise en place opérationnelle. Un Consultant en Organisation débutera avec un niveau de rémunération de l’ordre de 38 à 42 k€.

Des profils orientés « soft skills »

Même si aujourd’hui, il est évidemment crucial de maîtriser la technicité du métier, la place des soft skills est prépondérante. « Les profils qui mettent en avant leur savoir être sont les plus demandés » assure Abdelhamid Benhamma. Parallèlement, les cabinets d’expertise souhaitent convaincre les candidats potentiels que l’image d’un travail morose et technique est dépassée. « Les cabinets ont évolué en terme de politique et d’accompagnement des candidats. De plus, ils souhaitent désormais proposer des prestations distinctives à leurs clients. Cela passe notamment par des collaborateurs dotés d’une bonne capacité relationnelle ».

Vous souhaitez en savoir plus ?

- Suivez les dernières actualités sur les métiers de l’audit-conseil

- Découvrez aussi les opportunités d’emploi dans la comptabilité et l’audit à pourvoir et correspond à votre profil.

 

 

 


Back to top