Les banques recrutent dans les métiers de la conformité

Les banques recrutent dans les métiers de la conformité

Les pressions réglementaires auxquelles sont soumises les banques entrainent des besoins d’expertises au sein des directions conformité. Selon l’étude de l’Observatoire des métiers, des qualifications et de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la banque, « l’ensemble des enjeux réglementaires donne de plus en plus de légitimité et de poids dans les structures bancaires et tend à accentuer son rôle de conseil auprès des directions générales et des métiers de la banque ». Pour preuve, les effectifs ont été multipliés par 4 depuis 2005.

 

Des compétences transversales

Selon l’étude métiers de l’Observatoire, les métiers de la conformité recrutaient auparavant des juristes pour leur maitrise des textes de lois.  Désormais, les profils recherchés par les recruteurs sont plus variés. « L’ensemble des établissements bancaires souhaite recruter des personnes possédant une expérience terrain mais également des auditeurs, des personnes en capacité de gérer un projet ou encore disposant de connaissances informatiques. Néanmoins une tendance se dégage sensiblement des autres. Les managers de la conformité souhaitent avant tout intégrer à leurs équipes des personnes disposant de connaissances bancaires afin d’être opérationnelles rapidement. Des connaissances en conformité sont également souhaitées même si ces profils se font rares ».

 

De l’importance du savoir-être

La conformité se porte garante du bon respect des pratiques et des règles et les tâches d’un professionnel de la conformité sont complexes. Il se doit d’aider les opérationnels au développement du business, il doit aussi avoir un rôle de conseil, traduire les exigences réglementaires afin d’en permettre la compréhension par tous et s’assurer qu’elles soient appliquées. La complexité de ces enjeux exigent des acteurs de la conformité de faire preuve de pédagogie tout en possédant les compétences métiers nécessaires pour appréhender « les besoins et contraintes des opérationnels, ainsi que déterminer plus aisément le degré de souplesse qu’ils peuvent avoir ». Pédagogie, résistance au stress, patience, les professionnels de la conformité doivent aussi maitriser ces soft skills

 

Recrutement en interne et tremplin de carrière

Si la conformité est un métier récent, il n’en reste pas moins « un véritable accélérateur de carrière qui couvre un périmètre large et proche des opérationnels ». On distingue plusieurs fonctions : Directeur de la conformité, Responsable de la conformité, Chargé de la conformité et Déontologue. En terme de recrutement, l’Observatoire constate qu’il n’y a pas de réel profil qui se dégage en termes d’années d’expérience. Chez certains acteurs, « un prérequis de 5 à 10 ans d’expérience est nécessaire » tandis que pour d’autres, « les métiers de la conformité favorise l’intégration de jeunes diplômés, qui pour la plupart sont déjà spécialisés, notamment via l’alternance ». En interne, des formations ont été mises en place pour répondre aux besoins de recrutement des banques. Par ailleurs, les perspectives d’évolution sont très diversifiées, la conformité est un tremplin vers d’autres métiers : contrôle interne, audit, poste à l’international. Finalement, un responsable conformité peut être embauché avec un salaire de 40k€. Au bout de quatre ans d’expérience, un spécialiste conformité peut compter sur un salaire de 55k€ pour franchir le cap du salaire à 5 chiffres en milieu de carrière.

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

- Suivez les dernières actualités du secteur de la banque et de l’assurance

- Découvrez aussi les opportunités d’emploi dans la banque et l’assurance à pourvoir et correspondant à votre profil