Skip to main content

Introduction à la Responsabilité Sociale des Entreprises

Introduction à la Responsabilité Sociale des Entreprises

La responsabilité sociale (ou sociétale) des entreprises (RSE) se définit comme un « concept dans lequel les entreprises intègrent les préoccupations sociales, environnementales, et économiques dans leurs activités et dans leurs interactions avec leurs parties prenantes sur une base volontaire ».

Au cours de ces dernières années, la RSE a été reconnue comme une nouvelle forme de gestion des opérations commerciales et s’inscrit dans un contexte global avec des normes internationales inscrites dans les directives des Nations Unies (ONU) et de l’Organisation pour la Coopération et de Développement Economique (OCDE) ainsi que dans les conventions de l’OIT. Depuis 2000, l’Union Européenne s’est engagée à développer un cadre européen pour la RSE, muni d’outils pour évaluer les normes.

A l’heure où les consommateurs sont de plus en plus exigeants, la RSE permet à long terme d’améliorer l’image de l’entreprise et de gagner de nouvelles parts de marché. L’action de la RSE ne peut cependant pas se réduire à un simple phénomène de relation publique pour les entreprises car il s’agit avant tout de mettre en valeur leur effort continu et soutenu pour améliorer le dialogue avec les partenaires sociaux.

Pour soutenir publiquement sa responsabilité sociale, une entreprise doit appliquer en interne des normes strictes, telles que :

  • Le respect des relations industrielles,
  • La promotion de la participation des travailleurs au travers de procédures de consultation et d’information, en particulier au sein des Comités d’entreprise européens,
  • Le développement de compétences professionnelles et  de formation continue des salariés,
  • Le respect des normes de santé et de sécurité et l’adoption de mesures préventives,
  • La promotion de l’égalité des sexes,
  • L’amélioration des conditions de travail,
  • La protection et l’intégration des groupes vulnérables tels que les jeunes, les personnes handicapées et les immigrés.

Les entreprises engagées dans la RSE mettent en œuvre la diversité sur quatre terrains d’intervention qui sont :  le positionnement de l’entreprise, le recrutement et la sélection, la gestion du personnel, la communication et la sensibilisation. 

De plus, selon un sondage publié en 2008 par le journal The Economist Intelligence Unit (menée auprès de mille deux cents  dirigeants), la Responsabilité Sociale et Economique procure de nombreux avantages aux acteurs économiques, dont les six principaux sont : 

  • La capacité d’attirer de nouveaux clients,
  • Une grande valeur pour les actionnaires,
  • Une rentabilité accrue,
  • La capacité à gérer les risques,
  • Des produits et des processus de meilleure qualité,
  • La capacité de recruter des employés de premier choix. 

La mise en place d'une politique RSE au sein de l'entreprise ne ferait donc que des gagnants. Cette logique de cercle vertueux n'est probablement pas étrangère au vote en première lecture par le Senat, le 9 avril 2010, de l’article 83 du projet de loi Grenelle 2 qui clarifie et rénove le rôle de la RSE dans le sens voulu par le Grenelle de l’environnement. Cette loi stipulait qu'à compter de 2011, toutes les entreprises de plus de cinq cents salariés, mais aussi les SICAV et les sociétés de gestion devaient rendre des comptes sur leurs impacts sociaux, environnementaux et la qualité de leur gouvernance. Mais en cette fin d'année 2011, on attend toujours les décrêts d'application...


Back to top