Retour à l’emploi : quatre conseils pour tenir la distance

Retour à l’emploi : quatre conseils pour tenir la distance
Le durée au chômage actuelle est de près de quinze mois en moyenne, c’est dire si votre prochain job peut vous sembler loin. Frédérique Magnani, coach MySuccess livre quatre conseils pour tenir la distance.  

Près de quinze mois (453 jours) : c’est, selon le dernier indice conjoncturel de durée au chômage publié par Pôle Emploi (ICDC 3e trimestre 2015), le temps que prend en moyenne le retour à l’emploi. Ce chiffre adresse, au moins, deux messages : vous ne disposez pas forcément d'autant de temps que vous le pensez pour retrouver un job (comprendre qu’il faut lancer sa recherche avant d’être dehors) ; il est aujourd’hui normal d’être toujours en recherche au bout de huit ou dix mois.

Avoir en tête la « normalité » de la lenteur du retour à l’emploi

« Il faut avoir en tête la normalité de la lenteur du retour à l’emploi pour ne pas en faire un handicap personnel et garder un état d’esprit le plus positif possible », recommande Frédérique Magnani, coach MySuccess. Du positif dans la tête, il va vous en falloir pour maintenir durablement vos efforts et muscler votre mental.

« Quand on est depuis longtemps en recherche, on a tendance à se dénigrer, Il faut aussi apprendre à ne pas prendre pour soi les comportements pas aidants de certains recruteurs », ajoute-t-elle. La lenteur de vos avancées éveille leurs soupçons ? Dites-vous qu’ils règlent plus des points de leur histoire personnelle sur le dos des autres qu’autre chose. Le tableau de bord de vos recherches que vous tenez (sinon, il le faut) est une réponse concrète aux questions qu’ils se posent sur l’effectivité de vos actions.

Maintenir l’estime de soi à un niveau qui permet de se vendre

Un travail sur l’estime de soi fait partie du job, à temps plein, de la recherche d’emploi. « L’’idéal est de pouvoir vous appuyer sur quelqu’un, professionnel de l'accompagnement ou personne ressource de votre entourage, pour garder votre estime de soi à un niveau qui permet de vous vendre », précise notre interlocutrice.

De la même façon qu’un job à temps plein, votre recherche d’emploi ne vous empêche pas d’avoir d’autres activités. Il faut vous ressourcer (sport, sorties culturelles, amicales…), cultiver des liens dans différentes sphères. Et éviter absolument de « s’engouffrer dans l’isolement ». En rejoignant des groupes de pairs (des associations implantées nationalement comme l’Avarap, ou localement, dans le Sud par exemple,  l’aixoise Cap Transition), vous pouvez vous appuyer sur leur dynamique de groupe.

Rester en prise avec le milieu professionnel

Rythmer les journées est important. Vous alternerez donc les plages de solitude, propices à la réflexion, au bilan, au travail sur votre projet professionnel, et les moments de vie socio-professionnelle. On vous verra dans des salons, des conférences, des tables-rondes. Vous y prendrez des informations, des idées et des contacts, vous échangerez avec des confrères, vous entretiendrez votre réseau.

Veillez aussi à toujours avoir l’air pro. « Cherchez quelqu’un qui puisse vous renvoyer en miroir une analyse de votre savoir-être et de votre image : faites-vous envie ?, faites-vous peur ? », conseille Frédérique Magnani.

Forcer sur la préparation et rester ouvert

Un entretien se prépare longuement, à chaque fois. Vous avez des points forts à valoriser, il faut également savoir dire vos points faibles sans tomber dans ce dénigrement que nous pointions plus haut. « Pensez aussi à vos compétences transférables afin de pouvoir parler de vos aires de mobilité fonctionnelle », recommande-t-elle.  Bien travailler ce dernier point aide à élaborer un plan B.  Au bout d’un an sans résultat, il faudra en effet penser à réorienter vos recherches. Y penser et le faire.

Enfin, une adaptation régulière de sa vie professionnelle est nécessaire aujourd’hui, le marché de l’emploi n’offre plus de stabilité, aussi « ne refusez pas les passages par les CDD et l’intérim, un jour ou l’autre, cela débouche sur quelque chose de plus solide », conclut-elle.

Sophie Girardeau

Lire aussi Êtes-vous prêt pour un marathon d’entretiens ? L'intérim, un choix de carrière ? Recherche d'emploi : il faut sortir de la logique de supermarché Pourquoi bâtir un projet professionnel est-il si difficile ? Qu'attendre ou ne pas attendre de ses proches quand on cherche un job ? Comment tirer parti de vos points faibles Identifier des compétences transposables : la boîte à outils Ces choses qui fortifient la confiance dont on a tant besoin quand on cherche un job