Skip to main content

Motivé, motivé… vous avez dit motivé ?

Motivé, motivé… vous avez dit motivé ?

Les entreprises veulent des candidats motivés. Mais au fait, qu’est-ce qu’un candidat motivé et comment peut-il le montrer efficacement ?

Êtes-vous intéressé par le poste ? — Oui, c’est à deux minutes de chez moi. Ou : — Ah oui, c’est très bien payé et il y a beaucoup d’avantages !

Mauvaises réponses. Tout le monde est d’accord sur le fait que travailler près de chez soi et être bien payé est attractif, n’importe qui serait motivé par cela. Vous pouvez à la rigueur évoquer la proximité comme un plus, en fin d’entretien et après avoir montré que votre motivation va au-delà de ce point. « Dire sa motivation c’est comme déclarer sa flamme, c’est dire ce que l’autre a envie d’entendre secrètement », remarque Thierry Andrieux, fondateur du cabinet Humanessence. Sauf que le déclaratif ne suffit pas, préparez vos arguments ! Concrets, illustrés, étayés. Vous pouvez par exemple être motivé par un secteur, un projet, la composition d'une équipe, une évolution de carrière, un métier.

Un recruteur tente de cerner votre motivation de multiples façons, le sujet arrive rarement directement ou sous forme de question fermée. Il sera perplexe face à l’excès de motivation qui peut parfois tourner au harcèlement. Ainsi, arriver dix minutes avant un entretien fait de vous un candidat motivé. En revanche, arriver avec trente minutes d’avance — parce que vous êtes dans le coin ou qu’il pleut vraiment trop — vous transforme en quelqu’un qui dérange. De même, envoyer un mail de remerciement post entretien, occasion de confirmer votre motivation, c’est bien. En envoyer dix sous prétexte que votre interlocuteur ne vous a pas répondu dans des délais que vous estimez normaux est déconseillé — l’individu et l’entreprise ne sont pas calés sur les mêmes horloges, ne l’oubliez pas.

Votre curiosité dit votre motivation

Cela ne vous viendrait jamais à l’esprit d’aller à un entretien sans vous informer au préalable sur l’entreprise et le poste qu’elle propose, n’est-ce pas ? Pas plus que vous ne vous présenteriez face à votre interlocuteur sans avoir préparé quelques questions inspirées par la lecture du profil de poste, du site Web de l’entreprise et d’actualités la concernant dans la presse papier ou en ligne. N’est-ce pas ? « Avoir des informations sur le chiffre d’affaire, l’effectif, le marketing (quel est la présence de l’entreprise sur la Toile, quelle publicité fait-elle ?), le nom du patron est fondamental. Cela vous permet de préparer des questions relatives à la culture de l’entreprise et au poste », explique Thierry Andrieux. Des questions autres que « Où est l’endroit pour fumer ? ». Exemple risible et anecdotique ? Si seulement… Les recruteurs constatent quotidiennement que la majorité des candidats ne posent pas de questions pertinentes. C’est pourtant au travers d’elles, notamment, que votre interlocuteur saisit votre envie de prendre le poste.

Vos concessions expriment votre détermination

La mobilité, la rémunération, le périmètre de compétences sont des points auxquels s’attache le recruteur pour lire entre les lignes votre motivation. Prêt à faire plus de kilomètres que souhaité pour aller travailler, à accepter un salaire plus bas que celui attendu, ou à démarrer à un poste au périmètre réduit mais avec la perspective d’une évolution à horizon six mois/un an ? Vous montrez votre motivation. Cela ne signifie pas que vous deviez rogner vos ambitions et aspirations, auquel cas cela paraîtrait louche aux yeux du recruteur ou trahirait une situation d’urgence peu favorable à une négociation à votre avantage.

« Votre motivation ne doit pas se réduire à ce que le poste ou l’entreprise propose comme avantages matériels mais être orientée sur de l’immatériel : un parcours, une dimension, une valeur ajoutée », explique Thierry Andrieux. Il faut finalement pour la prouver, montrer qu’on est capable d’aller chercher ce qu’on souhaite au prix d’un compromis.

Enfin, c’est sur le long terme qu’il s’agit d’être motivé. Demandez-vous quand vous affichez votre volonté si vous ne vous vous survendez pas. « Il faut la garder une fois en poste et se rappeler qu’être motivé c’est aussi tenir sa promesse, ce n’est malheureusement pas le cas de beaucoup de candidats aujourd’hui », conclut le recruteur.

Sophie Girardeau

 

MONSTER Pour trouver mieux


Back to top