Travailler dans le secteur de l’Assurance : quelles passerelles métiers ?

Travailler dans le secteur de l’Assurance : quelles passerelles métiers ?

Votre expérience dans un autre secteur peut vous permettre d’aller vers celui de l’Assurance qui résiste bien aux secousses du marché. Des passerelles métiers, sans être extrêmement nombreuses, existent dans les domaines de la relation client, du technique, du contrôle et de la finance. 

 

Débarrassé de son image poussiéreuse, le secteur de l’Assurance attire de plus en plus. Outre les gros moyens de communication dont il dispose pour séduire les candidats, « il traverse les crises avec moins de difficultés que d’autres secteurs et permet de faire carrière grâce aux nombreuses passerelles internes qu’il propose », explique Louis Guastavino, directeur senior au sein de la division Assurance chez Page Personnel. Les passerelles qui permettent à des profils issus d’autres secteurs de pénétrer dans le monde de l’Assurance ne sont pas très nombreuses. Elles concernent les métiers de la relation client/commercial, du contrôle et du financier. « Les acteurs mutualistes sont néanmoins les plus ouverts à l’extérieur du fait d’un marché en pleine mutation », complète Vincent Picard, associé en charge de la Banque Assurance au sein du groupe Fed.

La relation client

Les conseillers clientèles ou commerciaux BtoC : sur le terrain, en agence ou sur des plateformes, les conseillers clientèles s’adressent à une clientèle BtoC. « On ne leur demande pas d’avoir des connaissances produit mais une aisance au téléphone, de la curiosité, l’envie d’apprendre et une expérience auprès de particuliers idéalement acquise dans le tertiaire », explique M. Picard. Le secteur manque de ces profils de niveau Bac/Bac+2, auxquels on va confier la vente de produits d’assurance des personnes ou d’assurance dommage. « Les passerelles sont possibles à partir de deux, trois ans d’expérience », indique M. Guastavino. Elles sont pratiquement inexistantes en revanche vers la clientèle entreprise.

Le technique

Les gestionnaires en assurance vie : voilà une passerelle pour les profils back office OPCVM venant de la Banque privée et/ou des sociétés de gestion d’actifs (Asset Management) ayant au minimum un an d’expérience. « De Bac+2 à Bac+5 – ces derniers étant les plus nombreux –, ils interviennent auprès d’une clientèle haut de gamme, le niveau d’exigence sur cette fonction est donc élevé », précise Louis Guastavino. Vous êtes fiable, c’est-à-dire ponctuel, réactif, rigoureux ? Vous êtes un  candidat rare et avez donc vos chances de séduire un recruteur.

L’audit et le contrôle interne

Les auditeurs externes ayant réalisé des missions dans le secteur de l’Assurance sont recrutés, débauchés parfois par leur client, il faut bien le dire, en audit interne. « La population qui se fait débaucher a déjà quatre ans d’expérience et avec l’application de Bâle III en cours on assiste à un renforcement des services d’audit interne des acteurs de l’Assurance », note Louis Guastavino. Entrer dans l’assurantiel est également possible pour les compliance officers et les rarissimes contrôleurs des risques. « Peu de gens sont formés et experts sur les sujets de l’Assurance », observe Vincent Picard.

Les profils finance

Les transferts sont possibles pour les comptables, les contrôleurs de gestion, les consolideurs, notamment. « En contrôle de gestion et en consolidation, la réglementation étant moins spécifique qu’en comptabilité, les transferts sont plus naturels », souligne M. Picard. Une société d’assurance a en effet un plan comptable particulier mais peu de personnes sont formées et connaissent les problématiques de comptabilité technique. Les comptables issus de n’importe quel secteur peuvent toutefois entrer dans le secteur de l’Assurance. Vous êtes Bac+2 (titulaires d’un BTS) ou Bac+3/5 (titulaires du DCG ou du DSCG) d’au moins trois ans d’expérience en cabinet d’expertise comptable ? Les recruteurs, confrontés à une pénurie de profils (une méconnaissance du métier de la comptabilité technique en est la cause), s’intéressent à vous. « Les sociétés d’assurance ou les mutuelles recrutent des juniors sur le métier, c’est-à-dire des profils qui connaissent la comptabilité générale et seront formés à la comptabilité technique », observe Louis Guastavino.

Ces passerelles ne doivent pas vous faire oublier une réalité du recrutement dans beaucoup de secteurs. Comme le rappelle Vincent Picard, « nous sommes en France et le marché, tendu, n’est pas actuellement propice aux profils qui sortent des clous ».

Sophie Girardeau

Pour aller plus loin : > Accéder à toutes les offres d'emploi du secteur de l'assurance > Banque et Assurance : le malaise des conseillers clientèle > Zoom sur le métier d'actuaire > Conseiller particulier : son quotidien, les évolutions du poste > Quoi de neuf dans l'audit et le contrôle interne ?