Souffrir de troubles mentaux et travailler, c’est possible

Souffrir de troubles mentaux et travailler, c’est possible

Souffrir de troubles mentaux et travailler, c’est possible

Selon la Fondation Pierre Deniker, plus d’un actif français sur cinq présenterait une détresse orientant vers un trouble mental. Si vous êtes atteint d’une pathologie mentale, sachez que vous pouvez travailler grâce aux dispositifs mis en place pour vous aider.  

 

Qu’est-ce qu’un trouble psychique ?

Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), les troubles psychiques représentent « un ensemble de maladies impliquant des états psychiques (pensées, émotions) mais aussi des comportements et des relations sociales dysfonctionnels ». Il s’agit notamment de dépression, troubles anxieux, bipolaires, addictifs, troubles du comportement alimentaire, de la personnalité bordeline, des pathologies temporaires ou permanents.

 

Ce que dit la loi

Si vous souffrez de l’une des ces pathologies, vous  avez la possibilité de faire reconnaitre votre handicap définit ainsi par l’article L5213-1 du Code du travail : « Le handicap est une déficience physique, sensorielle, psychologique ou intellectuelle entraînant une incapacité totale ou partielle, dans une situation de travail donnée (…) Est considérée comme travailleur handicapé toute personne dont les possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi sont effectivement réduites par suite de l’altération d’une ou plusieurs fonctions  physique, sensorielle, mentale ou psychique. » Sachez aussi que depuis la loi du 10 juillet 1987, les entreprises privées, publiques et les administrations de 20 salariés et plus, ont l’obligation légale d’employer des salariés en situation de handicap à hauteur de 6% de leurs effectifs sous peine de sanction financière.
 

Faire reconnaître son handicap

Pour obtenir la Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé, il faut demander le formulaire de demande de RQTH disponible sur les sites de la CAF ou de la Maison départementale des personnes handicapées dont vous dépendez et qui étudiera votre demande, accompagnée de certaines pièces justificatives. Obtenir la RQTH - valable entre 1 et 10 ans et renouvelable -  donne accès à certains droits et avantages qui, selon l’Agefiph sécurisent le parcours professionnel et permettent d’être reconnu pour ses compétences et sa capacité à travailler et non pour son handicap. Sachez cependant qu’un salarié ayant une RQTH n’a aucune obligation légale d’en faire part à son employeur et celui-ci ne peut légalement entamer une procédure de licenciement en raison d’un handicap. Mais si vous choisissez de l’en informer, celui-ci peut « déclencher des dispositifs et financements afin de faciliter votre maintien dans l’emploi, votre travail au quotidien par le biais par exemple d’un aménagement du poste, d’une réduction des horaires, d’une formation ».

 

Les ressources pour se faire aider

Si vous êtes demandeur d’emploi, vous pouvez bénéficier du parcours emploi compétences (ex contrat aidé) qui repose selon le Ministère du Travail sur le « triptyque emploi-formation-accompagnement ». Votre handicap peut vous donner accès plus facilement à la Fonction publique, à des stages de réadaptation, de rééducation ou de formation professionnelle. Pour vous orienter au mieux, vous pouvez faire appel à des conseillers Cap emploi, spécialisés dans l’insertion professionnelle et le maintien dans l’emploi de 100 000 personnes handicapées chaque année. Vous pouvez aussi postuler auprès d’entreprises adaptées au handicap psychique. Ces entreprises « ordinaires » emploient en majorité des travailleurs handicapés, dans des conditions adaptées.

Si vous êtes salarié, vous pouvez vous tourner vers le médecin de travail ainsi que votre médecin généraliste. En interne, vous pouvez vous adresser à la direction du personnel ou le référent handicap, les délégués du personnel, le comité d’entreprise ou encore le CHSCT.

Plus largement, l’Agefiph propose aussi des services et des aides financières (sous conditions) pour accéder à des formations, faciliter le recrutement, créer sa propre activité ou garder son emploi. Vous pouvez aussi demander à bénéficier du dispositif d’emploi accompagné mis en place par les services publics. En fonction de votre handicap, vous pouvez ainsi évoluer dans un Ésat, « une structure qui propose aux personnes en situation de handicap une activité professionnelle et un soutien médico-social et éducatif »  A noter que ce type de structure accueille des personnes dont les capacités de travail ne permettent pas d’évoluer dans une entreprise ordinaire ou adaptée.

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

- Suivez les dernières actualités Emploi & Handicap

- Découvrez aussi les opportunités d’emplois à pourvoir et correspondant à votre profil.