Trois routines utiles pour cultiver son réseau et avancer vers ses objectifs

Trois routines utiles pour cultiver son réseau et avancer vers ses objectifs

Routine. Vous faites la fine bouche en lisant ce mot ? Rayez de votre esprit l’idée du train-train, celle de l’ennui. Pensez plutôt à ce que fournit comme expérience et comme sens la routine, comment, à force de pratique, certains actes et attitudes deviennent naturels et faciles. Utiles.

 

« L’expérience de Benjamin Franklin, un des lointains pères du développement personnel, est intéressante. Il disait dans son autobiographie que sa routine était d’examiner ses journées au regard de ses propres valeurs. L’idée est de trouver sa propre routine, qui permet de réfléchir sur soi-même et ses actions dans la perspective d’avancer. Les routines sont d’autant plus efficaces qu’elles sont personnelles », explique Vincent Giolito, directeur de Nouvelle Carrière et auteur de l’ouvrage Le livre pour trouver votre travail (Eyrolles). En voici quelques-unes, utiles pour cultiver votre réseau, utiles pour faire avancer vos projets, que vous pouvez adapter à votre façon d'être et d'agir.

Avant un événement networking, qui donne l’occasion de rencontrer des gens de façon informelle, prenez cinq minutes pour vous demander qui sera là et qui vous avez envie de rencontrer pour être efficace (identifier des interlocuteurs, mieux comprendre l'activité de quelqu'un, s'informer sur de bonnes pratiques, trouver des idées de sujet, etc.). Ne pensez pas uniquement en termes de détente, ne cherchez pas seulement à retrouver les personnes que vous connaissez déjà.

Après un événement ou après chaque rencontre, ne vous contentez pas de mettre les cartes de visite que vous avez glanées sur votre bureau ou dans votre carnet d’adresses, envoyez un mail aux personnes récemment rencontrées, avec vos coordonnées complètes, doublez d’une invitation à rejoindre un réseau social, notez des impressions, des détails sur cette rencontre – soit mentalement pour entretenir du même coup votre mémoire, soit par écrit.

Cela peut être, en plus de la fonction occupée, les engagements dans des organisations parallèles à la sphère professionnelle. Comme le précise notre interlocuteur : « Des informations qui donnent une idée du réseau de la personne, notamment : le but est de comprendre les nœuds et jeux relationnels, ce qui peut aussi éviter de gaffer en certaines circonstances ». Des centres d’intérêts, des goûts peuvent fournir des indications du même ordre.

De même, mémoriser ou noter l’anecdote associée à la rencontre est un bon moyen de cultiver son réseau tout en avançant vers son objectif. Vous avez été marqué par le fait que ce patron croisé au Salon des Entrepreneur aime citer le philosophe René Girard ? Osez le lui rappeler quand vous prendrez contact avec lui, vous constaterez à quel point le sésame fonctionne, combien la personne est touchée. Cela marche aussi avec le souvenir d’un sujet abordé lors d’une conférence par telle personne ou celui d’une table partagée à certaine occasion, avec tout signe qui montre votre attention à ce qui se passe autour de vous.

À la fin de chaque jour, prenez le temps de faire le point sur ce que vous avez fait dans la journée, en étant particulièrement attentif aux points qui font avancer vers ses objectifs. Cela peut se décliner selon différents critères : Benjamin Franklin se penchait sur ses valeurs, on peut examiner ses journées au regard de ce qui nous a mis de bonne humeur, donné de l’énergie, rendu productif, etc. L’important est de faire sienne une routine, qu’elle soit porteuse de sens pour soi.

À force de routines où vous trouvez un ressort, une efficacité et un sens, vous modelez naturellement des attitudes productives. Tenir un journal ou un blog peut être une routine très efficace, ou tweeter une fois par jour. « Pour être efficace, une routine ne doit pas être vécue comme une obligation ou une opportunité de culpabiliser. Une pause cigarette peut être vécue comme une habitude nocive, comme une faute, ou bien comme un break qui fait du bien à la tête », conclut Vincent Giolito.

Sophie Girardeau

Lire aussi : Networking : retour aux fondamentaux Le job est ailleurs Etes-vous prêt pour un entretien réseau ?