Skip to main content

Utiliser les associations d’anciens élèves pour trouver un emploi

Utiliser les associations d’anciens élèves pour trouver un emploi

A l’heure des réseaux professionnels en ligne, on aurait tort de négliger les associations d’anciens élèves pour faire évoluer son parcours professionnel. C’est le cas d’associations comme ICN Alumni à Nancy qui « regroupent des personnes passées par une même formation avec des valeurs communes et mettent un point d’honneur à ne pas partager ou monétiser nos données» résume Kevin Gomart, son vice-président.

Les avantages d’une association d’anciens élèves

Les cercles d’alumni misent davantage sur l’humain plutôt que la base de données certes efficace mais déshumanisée. « Nous voulons fournir des moments privilégiés et moins formels avec des professionnels qui partagent leur expérience ». Un procédé visant à cultiver un lien de solidarité construit sur une scolarité plus ou moins lointaine, avec des anciens passés par les mêmes périodes de doute ou de joie. «  Cela ne signifie pas pour autant qu’on va privilégier un ancien de notre école mais c’est un plus. Quand on reçoit un CV provenant d’un ancien, il y a un minimum d’intérêt car on comprend exactement d’où il vient. On ne fait pas de la cooptation mais pour obtenir un premier rendez-vous, cela peut être utile ». Et quand survient l’envie de se tourner vers de nouvelles opportunités, les associations d’anciens sont justement là pour cela. « On va aider ces personnes qui ont été hors du réseau parfois pendant des années. Elles vont pouvoir réactiver leurs contacts via notre site internet, avoir accès à notre base de données et les contacter plus facilement sans passer par un réseau social ».

Quelques maladresses à bannir

Selon Kevin Gomart, il y a des écueils à éviter pour s’assurer que la démarche porte ces fruits. Première chose, « s’abstenir d’envoyer le même mail à 100 personnes » et favoriser plutôt des demandes ciblées. Que l’on débute dans la vie professionnelle ou que l’on ait 15 ans d’expérience, il faut aussi être vigilant sur son projet professionnel. « C’est une erreur de contacter une personne sans avoir de projet. Même s’il n’y a pas de plan abouti, il faut au moins avoir une idée du secteur et des compétences à mettre en avant ». En résumé, avoir eu le même professeur ne vous dispense pas de créer un lien autre. « C’est un réseau d’entraide, pas un agence pour l’emploi même s’il arrive que des anciens postent des offres sur notre site ».

Les méthodes efficaces pour activer son association d’anciens élèves.

D’abord, il faut privilégier le mail. Ensuite et cela devient plus compliqué, il faut pouvoir susciter l’intérêt de l’ancien élève qui a sans doute un emploi du temps chargé. «  Il faut parvenir à trouver des points communs avec la personne. Le mieux est de demander des conseils, de bénéficier de l’expertise de l’autre ». En clair, demander de l’aide au lieu de solliciter un emploi. L’autre règle à respecter, c’est de mettre les formes « ce qui manque cruellement. Quand on contacte la personne, il faut lui montrer qu’on la respecte par son positionnement et garder en tête cette question : comment aimerais-je être contacté ? » Votre interlocuteur étant certainement débordé, il faut aussi accepter qu’il ne réponde pas immédiatement. « Cela ne doit cependant pas vous empêcher de relancer au bout de 8 jours. Et si vos deux mails restent sans réponse, mieux vaut laisser tomber ».

Quid pro quo

Une fois le contact lancé et quelques échanges de mails, Kevin Gomart recommande une conversation téléphonique ou une rencontre autour d’un café voire même un entretien vidéo si la personne est loin. « Il est primordial d’entretenir et faire évoluer ce lien. C’est plus simple avec un contact visuel car le non verbal est aussi important ». Cependant il faut être aussi conscient qu’activer son réseau d’anciens demande une certaine implication. Car si l’un des meilleurs moyens de trouver un emploi passe par le réseau professionnel, il faut aussi le faire vivre. «  Quand on intègre un réseau d’anciens élèves, on peut demander de l’aide mais il faut aussi  être disponible pour en donner un jour à son tour ».

Vous souhaitez en savoir plus ?

Suivez les dernières actualités sur les stratégies de recherche d’emploi


Back to top