Vos centres d’intérêt intéressent-ils les recruteurs ?

Vos centres d’intérêt intéressent-ils les recruteurs ?

La rubrique centres d’intérêt du CV est potentiellement un champ de mines car elle prête à autant d’interprétations qu’il existe de recruteurs. Quand elle est lue. Elle peut néanmoins vous aider à sortir du lot, voici comment.

 

C’est l’histoire d’une candidate qui est fan de Johnny Hallyday, qui aime le shopping et qui tient à le faire savoir sur son CV. L’histoire n’a, a priori, aucun intérêt pour un recruteur.

C’est l’histoire d’une autre candidate dont on pourrait croire qu’elle préfère le monde animal au genre humain parce qu’elle se passionne pour la photographie animalière. L’histoire mériterait d’être développée. Si le recruteur lui en donne l’occasion, elle lui proposera une autre lecture de son dada.

C’est l’histoire d’un candidat qui passe un huitième entretien dans la même entreprise. Il a bien fait d’indiquer sur son CV qu'il pratique la voile, le dirigeant qui l’a reçu, un voileux lui aussi, ne le questionne que sur ce point. L’histoire a des chances de connaître un heureux dénouement.

« Neuf fois sur dix, la rubrique centres d'intérêt du CV n’apporte rien car les candidats la remplissent pour la remplir, le recruteur n’y accorde donc que peu d’attention. Pour être utile, elle doit le renseigner sur d’autres aspects que le professionnel, pour l’aider à connaître la personne », pointe Béatrice Louvet, directrice générale du Groupe Transition.

« Pour être utile, cette rubrique doit aider le recruteur à connaître la personne »

Des compétences, des résultats, des expériences du champ professionnel, les recruteurs en lisent à longueur de CV – et quoi d’étonnant puisque c’est ce qu’ils attendent ? Mais ils peuvent aimer qu’un candidat les fasse rêver, les surprenne. Une jeune femme de 25 ans, candidate à un poste d’hôtesse d’accueil, a par exemple mentionné qu’elle avait publié un livre, le point, qui ouvre une autre porte sur elle-même, a de quoi susciter l’intérêt, voire l’admiration. « Quelque chose d’original peut contribuer au déclic, à ce qu’on se rappelle du candidat. Les recruteurs aiment bien trouver à cet endroit de quoi leur permettre de découvrir la personne et pas seulement l’opérationnel, l’expert, le technicien », explique-t-elle.

« Si c’est trop bateau, le recruteur zappe »

Si vos centres d’intérêt ont de quoi « faire réagir positivement », mettez-les en valeur, sinon, oubliez cette rubrique, votre CV peut très bien s'en passer. Ceux qui reflètent vos capacités à vous investir, à travailler avec les autres, à réaliser, à atteindre des objectifs, à vous épanouir, parlent bien aux recruteurs. « Les sports d’équipe par exemple disent que le candidat a envie de se réaliser avec les autres, pas uniquement de façon individuelle », explique notre interlocutrice. Attention cependant, « si c’est trop bateau, le recruteur zappe » – sauf s'il a le pied marin. Les hobbies comme le shopping ou la fan attitude non seulement n’apportent rien mais encore, révèlent de la superficialité. Pour autant, la prudence est de mise avec ceux qui indiquent un engagement marqué : s’investir dans une association liée au handicap ou à l’enfance est bien perçu, militer sur un terrain idéologique, non.

En entretien, parler des capacités qu’on a développées grâce à sa passion

Les sports d’équipe et le bénévolat sont de grands classiques facilement lisibles pour un recruteur. L’aquariophilie, en revanche, peut le laisser perplexe. « Il peut conclure que cette passion personnelle n’apportera rien d’un point de vue professionnel, or, il s’agit peut-être d’une activité qui permet au candidat de développer des capacités intéressantes, il faut donc qu’il sache argumenter si le recruteur le questionne sur ce point », poursuit Béatrice Louvet. Grâce à la photographie animalière par exemple, quelqu'un est devenu patient, a développé son sens de l’observation et son coup d’œil ; grâce au théâtre, quelqu'un a gagné en assurance, en force de conviction, travaille sa mémoire, etc. Si le recruteur vous demande de lui parler de votre passion, sachez la faire vivre, « parlez-en avec des étoiles dans les yeux, mais sans enthousiasme excessif car il peut être mal interprété », conseille-t-elle.

Sophie Girardeau

Lire aussi La photo sur le CV, un message plus qu'un détail

Le CV par compétences, un CV pour spécialiste expérimenté

CV standard, CV personnalisés : le pour, le contre

CV de senior : halte au document de cinq pages !

L’accroche dans le CV, bonne ou mauvaise idée ?

Plus de conseils CV, ici.

 

 

MONSTER Pour trouver mieux