Accueil / Conseils en recrutement / Cooptation, employee advocacy : quand les techs parlent aux techs

Cooptation, employee advocacy : quand les techs parlent aux techs

Cooptation, employee advocacy : quand les techs parlent aux techs

Tout ce qui relève de l’approche réseau et du travail sur la réputation, comme la cooptation et l’employee advocacy, est efficace en matière de recrutement. L’employeur est d’autant plus attractif qu’il parle le langage de sa cible et lui inspire confiance.

En matière d’attractivité, « nous réalisons que ça marche beaucoup mieux quand les techs se parlent entre eux·elles, par leurs témoignages, parlent le même langage et ont une approche plus technique », remarque Clémence Roynette, responsable recrutement chez Aramisauto. Une force de conviction d’autant plus grande que l’entreprise peut faire valoir son leadership digital.

La cooptation, un canal de recrutement efficace des profils techs

Pour le distributeur automobile en ligne, la cooptation représente un canal d’acquisition important, 30 à 50% des recrutements en l’occurrence. Comme pour d’autres employeurs de profils de l’IT et du digital : chez Eurécia, éditeur de logiciel RH, et chez Equinix, premier fournisseur mondial de datacenters et de services d’hébergement d’infrastructures, elle représente un tiers des recrutements. SAS France, éditeur de logiciels et solutions analytiques, s’appuie également sur ce système de recommandation qui concerne 1 poste sur 5. « Nos salarié·es sont les meilleur·es avocat·es de l’entreprise », constate sa DRH Aurélie Boulay. BNP Paribas Personal Finance s’inscrit pour sa part dans une logique d’employee advocacy, une logique a priori plus large que celle de la cooptation qui cible des profils identiques. Mais l’esprit est le même, il s’agit de faire en sorte que les internes soient les ambassadeurs et ambassadrices de l’entreprise afin d’attirer des candidat·es externes. Quant à Talentsoft, il combine cooptation et rôle des collaborateur·trices dans la diffusion des offres d’emploi publiées sur son site carrière, les réseaux sociaux et les sites emploi. En 2019, ce canal représentait 8% des recrutements pour l’éditeur de logiciel RH dans le Cloud.

Différentes façons de récompenser la cooptation

Aramisauto récompense la cooptation pour remercier ses équipes de leur investissement. « Il y a quelques petites règles à respecter : un manager ne peut pas coopter pour son équipe », précise Clémence Roynette. Chez Equinix, Talentsoft et SAS France elle est rémunérée financièrement. SAS, qui a un programme européen de cooptation, offre une prime de 3 000 euros ; Talensoft la rémunère à la fin de la période d’essai.

Cooptation, employee advocacy : une façon d’impliquer managers et équipes dans les recrutements

Tout ce qui s’appuie sur le réseau, comme la cooptation et l’employee advocacy, est une clef intéressante pour recruter. Pour se rapprocher de cibles difficiles à atteindre, Aramisauto recommande aux équipes « techs » de s’intéresser à leurs centres d’intérêt professionnels. « Sachez où vont ces profils-là, ce qui les intéresse, où on peut les rencontrer », recommande Clémence Roynette. C’est aussi en travaillant avec les équipes de l’IT et du digital, et donc en s’immergeant elle-même dans la « tech », que l’équipe recrutement du distributeur automobile en ligne affine son approche de ses cibles.

Sophie Girardeau

Publié le 1er octobre 2020, mis à jour le 6 octobre 2020.