Accueil / Conseils en recrutement / La vidéo, l’avenir de l’offre d’emploi ?

La vidéo, l’avenir de l’offre d’emploi ?

La vidéo, l’avenir de l’offre d’emploi ?

Monster a lancé son application mobile Monster Studios en mai 2019 répondant ainsi à l’attente des entreprises et des candidats de formats qui permettent à l’offre d’emploi d’être plus attractive.

En marketing et communication, la vidéo, c’est l’avenir, des chiffres, vertigineux, l’affirment. En 2017, Cisco estimait que sur la période 2016-2021 la vidéo représenterait 82% du trafic global d’Internet contre 73% précédemment ; prédisait près de 1,9 milliard d’utilisateurs de vidéo sur Internet d’ici 2021 ; précisait que ces utilisateurs regarderaient 3 trillions de minutes de vidéo par mois d’ici 2021. Toujours en 2017, les Français passaient de 5 à 7 heures par semaine à regarder des vidéos.

La vidéo, le meilleur format pour capter l’attention des Millennials

Le marketing et la com RH ont logiquement adopté la vidéo qui présente plusieurs avantages au regard des enjeux de recrutement et de marque employeur. « C’est le meilleur format pour capter la population des Millennials, cible privilégiée des recruteurs, on colle ainsi à leurs habitudes de consommation sur le Web », explique Loïc Lecharny, directeur général de l’agence Zcomme.

La vidéo permet aussi de faire passer plus d’émotion que le texte d’une offre d’emploi, dont la rédaction est encore largement négligée. « Créer de l’émotion est un levier pour que la campagne de recrutement ou de marque employeur soit attractive », ajoute-t-il. Elle favorise l’authenticité, enrichit le contenu ; on peut y incruster du texte (sous-titres, messages de teasing, call to action) et des infographies, des ajouts cruciaux car 80% des vidéos du Web sont vues sans le son. Avec ce format, on vise le court, on vise le bref pour capter très rapidement l’intérêt, économie de l’attention oblige.

La vidéo, un meilleur moyen de véhiculer l’image employeur

Pour les entreprises, qui peinent de plus en plus à différencier leurs offres d’emploi sur les jobboards, la vidéo est un moyen de mieux véhiculer leur image employeur. Et de plaire davantage à des candidats qui voient dans l’annonce un support inadéquat pour se faire une idée de l’ambiance de travail, du quotidien d’un métier, des valeurs de l’entreprise…

La vidéo, un levier d’engagement

La vidéo est aussi plus engageante que l’offre d’emploi, d’autant plus quand cette dernière est mal rédigée. « Nous constatons qu’une annonce avec vidéo est mémorisée 250% de plus qu’une annonce texte. De plus, les personnes passent en moyenne 4 minutes sur une annonce avec vidéo contre moins d’une minute pour une annonce avec seulement du texte », note Romain Giunta, chef de produit chez Monster France.

Monster Studios, une application vidéo simple et pratique

En lançant l’application Monster Studios, le 20 mai 2019 sur IOS et le 31 mai sur Android, Monster a donc répondu aux attentes des recruteurs et des candidats. Cette solution permet au recruteur, à partir d’un smartphone, d’enregistrer, de monter et de publier directement une vidéo sur une annonce Monster. Cette fonctionnalité, simple et pratique, permet de se filmer ou d’importer une vidéo déjà réalisée. La vidéo, unique, appartient au recruteur, il peut donc l’utiliser sur d’autres plateformes (site carrière, réseaux sociaux, autres sites emploi permettant l’ajout d’une vidéo).

La vidéo, un format exigeant

Démocratiser la vidéo, bonne idée. Le format demande toutefois de la réflexion, de la préparation, de l’entraînement, un travail d’écriture et de mise en scène. Quand se mettre en scène personnellement relève de l’épreuve, quand l’écriture du script tend vers le pensum, il faut penser à se faire accompagner. C’est le rôle des agences de communication RH, celui de Monster aussi dans ce cas précis. Le site emploi aide ses clients dans ce processus, grâce à un guide qui indique clairement les étapes de réalisation, et/ou par des conseils en face-à-face, donnés par les conseillers dans les locaux des agences Monster.

Réaliser des vidéos authentiques sans amateurisme

Faire court (une vidéo de 45 à 90 secondes) et être authentique sont les principaux conseils de nos deux experts. « Ne pas confondre authenticité et amateurisme. On a tendance à oublier le travail d’écriture, la scénarisation, l’entraînement sous prétexte qu’il est facile aujourd’hui de se filmer », avertit Loïc Lecharny. Cette facilité ne doit pas faire oublier non plus l’enjeu du recrutement. Authenticité et professionnalisme vont de pair, même avec « un ton décontracté qui évoque une conversation avec le candidat », conclut Romain Giunta.

Sophie Girardeau

Date de publication : 18 juin 2019.