Accueil / Gestion des ressources humaines / Communication RSE et marque employeur, même combat : la cohérence

Communication RSE et marque employeur, même combat : la cohérence

Communication RSE et marque employeur, même combat : la cohérence

Pour une communication RSE efficace en termes de recrutement, optez pour la cohérence, l’honnêteté, l’éthique, ciblez des actions précises à valoriser auprès des candidat·es.

Une communication RSE efficace est l’alliée de la marque employeur. « Sur des métiers en tension, vous ne captez pas les candidat·es si vous ne mettez pas en avant votre stratégie RSE », confirme Bruno Renard, coordonnateur de la RSE et chef de projet de la stratégie RSE du CEA de Grenoble.

Pour valoriser vos engagements auprès des candidat·es, ayez en tête ces principes :

  • Penser la RSE comme une part essentielle de votre marque employeur ;
  • Embarquer l’interne pour, aussi, capter l’externe ;
  • Se doter d’outils pour sensibiliser, former, informer ;
  • Concrétiser et incarner les discours.

Communication RSE : penser le sujet comme un continuum

Avec un message tel que « Vous êtes unique et ça nous plaît », la communication RSE rejoint la communication employeur. Cette campagne, qui a été créée par la mission handicap de CGI puis appliquée à toute l’entreprise, montre que le sujet de la diversité dépasse le périmètre d’une cellule dédiée et d’un public particulier. « Quand on apprend à gérer la situation de handicap, on apprend à gérer la diversité dans son ensemble et au-delà », souligne Magali Fabre, directrice Diversité & Inclusion de CGI.

Pour cette entreprise de services numériques et de conseil, tournée vers l’innovation, la diversité rend innovant. Sa politique d’inclusion sert donc aussi ses objectifs globaux et le sujet étant porté par le top management, l’alignement se voit.

L’approche du CEA de Grenoble est dans le même esprit. Sa mission de recherche et d’innovation technologique sur des sujets sociétaux (environnement, handicap, Clinatec…) va de pair avec une démarche d’innovation sociétale.

La fréquentation du stand du CEA Grenoble, lors d’un forum de sortie d’apprentissage de ce début d’été, illustre l’impact des actions RSE sur les candidat·es. « Avant, les profils que nous ciblions ne venaient pas nous voir ; lors de cet événement, 80% sont passés sur notre stand et ont manifesté leur intérêt pour nos engagements RSE (bio local, économie circulaire, handicap, mobilité verte…) », précise Bruno Renard.

Embarquer l’interne, capter l’externe

La communication RSE sert plusieurs objectifs. Il s’agit autant de sensibiliser les salarié·es que de capter les candidat·es, quels que soient les publics. En sensibilisant ses équipes à ses engagements, l’entreprise crée de la fierté d’appartenance, fierté qui se voit à l’extérieur — c’est une façon indirecte de valoriser sa politique RSE auprès de candidat·es potentiel·les.

Il s’agit aussi d’embarquer d’autres métiers sur ces sujets, notamment parce que les opérationnel·les recrutent et sont amené·es à parler des engagements de l’entreprise. Cela leur est plus facile avec un exemple de plan de communication RSE et un échantillon des actions et dispositifs mis en place. Un des enjeux est de « montrer aux filières régaliennes (RH, achats, finance) et aux filières d’exploitation que la RSE est un soutien pour elles », poursuit Bruno Renard. Sans oublier les partenaires extérieur·es qui peuvent aussi faire passer des messages.

Les sujets liés à la responsabilité sociétale des entreprises rendent poreuses les parois des organisations. Le projet d’embauche de personnes autistes du CEA de Grenoble a été piloté par le service RSE afin de coordonner l’ensemble de ses acteur·trices internes et externes. « On se doit de sortir de la sphère unique du handicap pour tendre vers un vrai succès de l’inclusion », explique Lorène Ferrandes, chargée de mission RSE – projet Autisme et Neurodiversité au sein de la structure.

Chez CGI, les recrutements de personnes handicapées passent aujourd’hui davantage par le service recrutement que par la mission handicap. « Sortir ces recrutements du seul champ du handicap veut dire que notre marque employeur est efficace », pointe Magali Fabre. Et que la communication RSE joue son rôle de courroie de transmission entre les différents services.

Se doter d’outils pour sensibiliser, former, informer

Le CEA de Grenoble et CGI sont deux des quatre entreprises qui ont participé au documentaire Hymne à l’inclusion. Produit par Tatiana Ayme, réalisé par Tarik Ben Salah, soutenu par Jean-François Dufresne, ancien directeur général d’Andros, et Josef Schovanec, philosophe, écrivain et militant pour la dignité des personnes avec autisme, ce film permet notamment de découvrir comment ces entreprises ont développé leur modèle inclusif et en ont tiré tous les bienfaits.

Outil promotionnel et pédagogique pour casser les préjugés, occasion de raconter une belle histoire, témoignage à plusieurs voix, dont celles des salarié·es autistes, il fait partie de la boîte à outils de communication (vidéos, livret RSE, etc.) — une communication permanente car « rien n’est jamais acquis » comme le rappelle Bruno Renard.

Par ailleurs, des dispositifs tels que le mentorat, le tutorat, les JPO, les jobdating teintés diversité comme Divers’IT de CGI, les showrooms sont d’autres vecteurs de messages RSE et de marque employeur.

Communication RSE : concrétiser et incarner les discours

Pouvoir illustrer concrètement une politique RSE et en témoigner de façon authentique décuple son impact. Le site du CEA de Grenoble est un démonstrateur de ses engagements : on y voit des gens circuler en vélo, des personnes handicapées travailler dans les jardins…

Proposer une visite aux candidat·es ou le visionnage du documentaire permet de montrer la réalité des discours. Dans ces entreprises engagées, les personnes qui recrutent en interne sont non seulement formées à l’entretien de recrutement et à une lecture bienveillante des CV mais encore, « elles parlent sur la base de ce qu’elles constatent : des actions réelles, donc elles en parlent bien », souligne Magali Fabre. En matière de communication RSE, « le plus gros risque est de faire du greenwashing et du socialwashing : on perd le·la candidat·e à jamais », conclut Bruno Renard.

Recrutement et communication RSE : se tourner vers les bon·nes candidat·es

Une politique RSE gagnante passe par des talents qui sauront la porter, la développer, la promouvoir : votre communication RSE commence dès la phase de recrutement. Chez Monster, nous vous fournissons une bibliothèque de candidat·es qualifié·es et taillé·es pour vous. Publiez votre offre d’emploi sur notre plateforme dès maintenant et profitez de nos conseils d’experts quant à votre stratégie de recrutement !

Sophie Girardeau

19/07/2021