Accueil / Gestion des ressources humaines / Le partage, une notion au cœur des outils SMAC’S

Le partage, une notion au cœur des outils SMAC’S

Accessibles partout et tout le temps, les outils SMAC’S favorisent le partage de données, d’informations et d’idées mais aussi un partage des rôles car ils rendent le salarié plus autonome et étendent le pouvoir du manageur, faisant ainsi évoluer la fonction RH.

La notion de partage est au cœur des SMAC’S. Ces solutions logicielles sont les standards technologiques actuels pour répondre aux attentes de l’entreprise et de ses parties prenantes. En matière de Ressources Humaines, et de recrutement plus précisément, certains outils permettent le partage d’offres d’emploi et de messages de marque employeur. D’autres, en donnant plus d’autonomie aux collaborateurs, conduisent à une nouvelle répartition des rôles.

Avec les SMAC’S, on va vers l’autonomisation du salarié

Les SMAC’S rendent les technologies accessibles en tout temps, en tout lieu et avec n’importe quel appareil. Ces outils représentent un package incontournable pour le salarié du 21e siècle qui s’attend à ce que l’entreprise lui propose des solutions similaires à celles qu’elle met en place pour le client. Ils ont un impact important sur la communication et la façon de s’approprier les informations. « Les SMAC’S visent à faciliter et fluidifier les échanges et les processus, à rendre le salarié autonome sur différents aspects, c’est particulièrement le cas dans le domaine de la formation », explique Marisa Berlenga, Offer Manager SIRH chez mc²i Groupe, cabinet de conseil en transformation numérique. Le service apporté par les RH au salarié évolue vers un self-service dont bénéficient autant le collaborateur que les services Ressources humaines.

Les outils sociaux et de mobilité favorisent l’expression du salarié

Les attentes des salariés et des RH se répondent en effet. D’un côté, un collaborateur devient acteur de son évolution professionnelle, de l’autre, un RH libéré de certaines tâches se concentre sur ses priorités : le service à apporter aux salariés, pour les fidéliser, et le reporting, pour piloter son périmètre. Avec les solutions digitales, les collaborateurs ont la possibilité de déclarer facilement leurs aspirations (une mobilité géographique, une évolution dans un autre domaine métier…), de postuler plus simplement en interne, de se positionner sur des projets… Les outils sociaux et de mobilité favorisent l’expression des salariés, ces derniers les plébiscitent et à ce titre, ils sont une priorité des RH pour conserver les talents.

Les SMAC’S donnent plus de pouvoir au manageur

Les SMAC’S permettent en outre de donner plus de pouvoir au manageur, notamment sur les recrutements. Grâce à ces outils, l’opérationnel peut émettre plus rapidement les demandes de postes à pourvoir, en création ou en remplacement. « Le responsable RH aurait donc plus une position de conseil et d’accompagnement vis-à-vis du manageur », observe notre interlocutrice.
Par ailleurs, si les solutions SMAC’S rendent le collaborateur plus autonome, « leur mise en place doit être soutenue d’un management », pointe-t-elle. La fonction managériale est donc amenée à évoluer vers une fonction de manageur-coach.

Partage des données, sécurité, des sujets sensibles pour les RH

Les RH concentrent leurs attentes sur les outils sociaux et de mobilité mais chacun des thèmes de l’acronyme SMAC’S est important. Œuvrant en coulisse, les solutions analytiques, Cloud et de sécurité sont indissociables des autres points. Depuis son entrée en application le 25 mai 2018, le RGPD (règlement général sur la protection des données) met l’accent sur les questions de sécurité. Lorsque l’entreprise passe par des solutions Cloud, le sujet est entre les mains des éditeurs de logiciels, or, « la sécurité du site web et carrière, la gestion des accès, les questions de Privacy (ndlr : vie privée) sont des sujets à traiter en interne », souligne Marisa Berlenga. Maintenant que le salarié a son mot à dire sur l’utilisation et le partage de ses données personnelles, les RH sont tenus de s’occuper d’une matière qu’ils préfèrent, pour l’heure, déléguer aux juristes. « Les RH doivent être sensibilisés à la question des accès et des données : à qui donner accès et à quoi ? », insiste-t-elle.

Mettre de l’éthique dans les SMAC’S

Du fait de la confidentialité des données personnelles, les questions de sécurité doivent être abordées de façon éthique. Et en parallèle de la sécurité des outils, il faut questionner leurs usages. Étant donné que les technologies permettent d’être connecté en permanence, la façon de les utiliser peut améliorer ou compromettre la qualité de vie au travail (QVT) et l’équilibre vie pro/vie perso. Le droit à la déconnexion, les chartes d’utilisation et autres règlements visant à préserver l’équilibre des travailleurs sont des questions qui nécessitent elles aussi d’être gérées de façon éthique. « Comme dans la relation client qui doit éviter la sursollicitation, il y a un équilibre à trouver », note Marisa Berlenga.

Pour digitaliser la fonction RH, mener une conduite du changement est essentiel. Adopter progressivement une culture digitale et choisir les bons outils demande de comprendre les problématiques quotidiennes des salariés, et de faire en sorte de favoriser le partage d’informations, d’expérience et de bonnes pratiques.

Sophie Girardeau

Date de publication : 3 septembre 2019